3 156/365 Paris Grande galerie de l’évolution Albatros de Chine Diomedea Ambatrus Musée d’histoire naturelle 6ème partie

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’albatros de chine ou albatros de Steller est devenu rare à cause des « chasseurs de plumes » qui le traquaient à la fin du XIXème siècle et au début du XXème.
On a cru même longtemps que l’espèce avait disparu, avant d’en découvrir quelques survivants au Japon, dans l’archipel Izu.
Grâce à des mesures très strictes de protection, l’oiseau a pu être sauvé. Ses effectifs progressent désormais mais lentement.
Quelques centaines de couples vivent actuellement au Japon

ps  : informations de la plaque didactique du musée

Envie de revoir les publications précédentes ? Clic sur les liens en vert et en gras
Grande galerie de l’évolution musée d’histoire naturelle 1ère partie
Grande galerie de l’évolution musée d’histoire naturelle 2ère partie
Grande galerie de l’évolution musée d’histoire naturelle 3ème partie
Grande galerie de l’évolution musée d’histoire naturelle 4ème partie
Grande galerie de l’évolution musée d’histoire naturelle 5ème partie 

3 153/364 – Paris Grande galerie de l’évolution Onagre de Perse Equus hemonius Onager Musée d’histoire naturelle 5ème partie

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’onagre de Perse ou Equus hemonius onager est une espèce  » en danger »  Iran.
Environs 140 espèces vivent dans les différents zoos du monde.
Dans la nature, l’onagre n’est plus représenté que par quelques dizaines d’individus . Il vit sur les hauts plateaux et les montagnes sèches du nord de l’Iran où il est encore chassé près des points d’eau.
Sa zone naturelle de répartition s’étendait de l’Ukraine à l’Afghanistan.
L’Onagre de Perse est une des quatre formes de l’hémiome. Les trois autres sont : le dziguétaï qui vit en Mongolie où il est très menacé, le khour encore abondant ne Inde, et le koulan au Turkménistan où il est bien protégé dans la grande réserve de Bagghyz

Envie de revoir la publication précédente ? Clic sur les liens en vert et en gras
Grande galerie de l’évolution musée d’histoire naturelle 1ère partie
Grande Galerie de l’écolution musée d’histoire naturelle 2ème partie
Grande Galerie de l’évolution musée d’histoire naturelle 3ème partie
Grande Galerie de l’évolution musée d’histoire naturelle 4ème partie

3 151/365 – Paris Grande galerie de l’évolution Musée d’histoire naturelle Girafe 4ème partie

Ce diaporama nécessite JavaScript.

diaporama : 4 photographies
Envie de revoir les publications précédentes ?  Clic sur les liens en vert et en gras ci-dessous
Musée d’histoire naturelle Grande Galerie de l’évolution 1ère partie
Musée d’histoire naturelle Grande Galerie de l’évolution 2ème partie
Musée d’histoire naturelle Grande Galerie de l’évolution 3ème partie

3 140/365 – Paris Grande galerie de l’évolution Erismature à tête blanche Oxyura Leucocephala Musée d’histoire naturelle 3eme partie

La grande galerie de l’évolution au musée d’histoire naturelle est vraiment très intéressante et j’y ai passé un excellent moment au mois d’août.
Une section de la galerie a attiré mon attention, c’est celle réservée aux espèces menacées ou disparues.

Le texte du panneau didactif à l’entrée de cette galerie secondaire se trouve ici :
 » les animaux et végétaux exposés dans cette salle appartiennent à des espèces menacées ou déjà totalement disparues.
L’extinction des espèces est un phénomène naturel , mais les sociétés humaines ont accéléré certaines extinctions ou fait disparaître des espèces.
Les spécimens exposés collectés au cours des siècles passés , témoignent de ces disparitions parfois liées à la chasse ou à la collecte, souvent due à l’accroissement de la démographie et à la transformation des milieux naturels par l’agriculture et l’industrie.

La conservation des spécimens naturalisés exposés dans cette salle nécessite un contrôle rigoureux des conditions d’humidité , de température et d’éclairement. L’accès des visiteurs peut être limité et la salle momentanément fermée » .

On débute la visite de cette galeries avec une espèce disparue : l’ erismature a tête blanche – oxyura leucocephala

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sa disparition de France est due à la chasse et à l’assèchement des étangs où l’espèce nichait.
En 1966, l’érismature à tête blanche était encore présente en Corse où elle occupait les étangs côtiers de la plaine orientale.
Sa survie dans les autres pays européens , en Espagne notamment, est menacée par l’expansion d’une espèce nord-américaine introduite, l’érismature rousse.


Envie de revoir les publications précédentes ? Clic sur les liens en vert et en gras
Grande galerie de l’évolution musée d’histoire naturelle 1ère partie
Grande galerie de l’évolution musée d’histoire naturelle 2ère partie

3 139/365 – Paris Tigre de Sumatra Grande galerie de l’évolution Musée d’histoire naturelle 2eme partie

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tigre de Sumatra – Panthera tigris sumatrae
Ce tigre, assez petit et coloré était très commun au XIXème siècle.
Cette forme de l’espèce paraissait prospère jusqu’à la seconde guerre mondiale
Depuis, un braconnage intense a considérablement réduit ses effectifs. Elle s’est vue en outre repoussée vers d’étroites zones montagneuses à cause des déboisements et des défrichements qui appauvrissaient son aire naturelle.
Il ne subsisterait plus que quelques centaines d’individus dans le centre et le sud de l’île.
D’autre part, plusieurs centaines de tigres de Sumatra vivent en captivité

ps : texte de la plaque didactique

Envie de revoir la publication précédente ? Clic sur le lien en vert et en gras
Grande galerie de l’évolution musée d’histoire naturelle 1ère partie

 

3 138/365 – Paris Musée d’histoire naturelle Grande galerie de l’évolution 1ère partie

Une de mes visites de mes vacances aoûtiennes fut de me rendre à la Grande galerie de l’évolution.
Toujours j’ai voulu la voir, curieuse comme je suis. J’ai attendu 15 ans (depuis que je suis à Paris) pour enfin franchir les portes d’entrée.

Il y aura bien évidemment beaucoup de photographies donc les articles seront publiés en plusieurs parties numérotées (1),(2) etc … A la fin de chaque article sera un récapitulatif des chapitres précédents avec en lien les chapitres déjà édités (vous me suivez?) 😀

Mais tout d’abord un petit peu d’histoire/

Nous sommes au 36 rue Geoffroy St Hilaire dans le 5ème arrondissement de Paris.
Ce bâtiment fut la maison de l’intendance -construite en néoclassique- et remaniée en 1780/1785 pour l’intendant des jardins du Roi, Buffon. Sur le comble brisé une lucarne à poulie fait saillie.
Un bel escalier à rampe de fer forgé subsiste à l’intérieur. Buffon y a habité jusqu’à sa mort.

Nous nous  intéresserons à la Grande Galerie de l’évolution et nous y trouverons des squelettes avec entre autre celui du  rhinocéros de Louis XV -avec panneau didactique où vous pourrez revenir en arrière depuis le moment de sa capture puis son tres long voyage jusqu’en France-, nous verrons Siam (la réalité de sa vie n’est pas racontée aux plus petits, mais Siam a énormément souffert, son histoire que je vous raconterai est terrible), nous y verrons des tas d’animaux naturalisés dont certaines espèces ont complètement disparues de la terre, d’autres sont en voie d’extinction.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous voyagerons dans la savane africaine, l’Amérique du sud, en Arctique, au Groenland, nous suivrons l’aventure de l’évolution des espèces, nous comprendrons l’emprise que l’homme aura eu face à elles.

Créée en 1889 par Jules André la galerie a connu diverses évolutions mais la magie de l’endroit reste intacte !
Un hall immense, trois balcons, 1 000 m2 de verrière !  De la fonte, du verre, du métal, du bois et maintenant des matériaux plus modernes. En 1994 la galerie connait une véritable transformation .

Nous y entrerons pour débuter la visite guidée d’ici peu