3 577/365 – Arboretum de la Vallée-aux-Loups,Hauts-de-Seine,Chatenay-Malabry,arbres remarquables

Il y a deux jours nous avons commencé la promenade dans ce jardin remarquable qu’est l’arboretum de la Vallée-aux-Loups.
Aujourd’hui, j’avais envie de vous montrer quelques uns des arbres dits « remarquables ».

Pourquoi dit on qu’un arbre est remarquable ?
Tout simplement parce-que sa dimension, son histoire, son âge, parfois sa légende, sa forme … fait qu’il l’est.

J’ai, lors de ma visite, réalisé un de mes rêves ; celui de pouvoir serrer dans mes bras le tronc d’un séquoia.
J’ai toujours voulu (et le désire encore) pouvoir me rendre aux Etats-Unis, y revenir , mais cette fois ci aller sur la côte ouest,  visiter des parcs naturels comme le séquoia National Park en Californie,
Mais ici, lorsque je suis passée à côté du séquoia  j’ai lu sur le panneau qu’il s’agissait d’un séquoia toujours vert (c’est son vrai nom). Je suis passée sous ses branches, j’ai levé la tête et   p….n de b….l de m…e ! … c’est haut 😀
Je l’ai alors serré dans mes bras et je peux vous dire qu’il est doux , tendre et fort à la fois 😀

Celui-ci a été planté en 1963.
Un séquoia peut croître de 1 mètre par an.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le plus grand séquoia au monde se trouve aux Etats-Unis, en Californie, dans le parc National des Séquoias.
Il mesure 75 mètres de haut.
Il a un tronc de 8 mètres de diamètre à sa base.
Il est âgé de … 3 200 ans !!!!
Son nom ? : le Président !
Personne n’a pu le photographier en entier, mais une équipe du National Geographic a réalisé 126 clichés pour y arriver.
Envie de voir ce géant ?
Une petite vidéo trouvée sur internet

Revenons en Europe et dans ce jardin remarquable.

Un autre arbre impressionnant est un chêne à feuilles de myrsine.
Celui-ci a été planté en 1 895. Il a donc cette année atteint l’âge vénérable de 123 ans !
La petite pancarte indicative nous dit qu’il n’existe qu’une vingtaine de spécimens de cet arbre en France et que celui-ci est probablement celui qui est le mieux développé. Que cet arbre est très recherché pour l’élevage du vers à soie et la qualité de la soie de ces vers est recherchée et très rare. Ses glands très appréciés des Japonais n’atteignent pas leur pleine maturité sous nos climats.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cet arbre ci dessous est le cèdre bleu pleureur de l’Atlas
Pour la petite histoire, cet arbre est né par accident en 1873 au sein des pépinières Paillet de Sceaux et Chatenay-Malabry. Il a été planté en 1895 et est donc aujourd’hui âgé de 145 ans.
Il serait le pied mère de tous les cèdres bleus pleureurs d’Europe car il est la première mutation au monde du cèdre bleu pleureur de l’Atlas par les pépiniéristes.
En 2001 il a reçu le label d’arbre remarquable de France par l’association A.R.B.R.E.S.
En 2015 il a été élu arbre national.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

… je n’ai pas prit de photographie de dessous, même si c’est impressionnant (peut-être une autre fois ?).
Il a un tronc d’une circonférence de 6 mètres.
Il a une hauteur de 8 mètres.
L’ampleur de sa ramure est estimée à 700m2

Un dernier arbre à vous présenter.  Il s’agit du cèdre du Liban
Celui-ci a été planté en 1750 et a donc aujourd’hui atteint l’âge vénérable de 268 ans !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce sera tout pour aujourd’hui.
Fin de la visite d’ici deux ou trois jours.
A bientôt.

Publicités

3 576/365 – Arboretum de la Vallée-aux-Loups, Hauts-de-Seine, Chatenay-Malabry

Dernièrement je vous avais parlé de ma promenade à l’île Verte : clic sur le lien en vert et en gras pour revoir l’article :  >>>   l’île verte

Je vous avais fait la promesse de vous emmener prochainement nous promener et visiter l’arboretum qui se trouve tout à côté.

Un petit peu d’histoire 😀
Louis Gustave Croux, pépiniériste de son état, acheta en 1890 un parc.
Il y a planté des végétaux, des arbres qu’il trouvait particulièrement intéressant et que nous voyons encore de nos jours (ils dépassent pour la plupart plus de 100 ans ) !
Au fil des ans ce parc est devenu un patrimoine paysager d’une grande importance tant il recèle des espèces différentes, très anciennes et vraiment impressionnantes pour certaines.
En 1986 Maurice Croux met en vente l’arboretum et le département des Hauts-de-Seine le rachète .
Des travaux y sont fait et en 1994 le domaine est alors ouvert au public.
Pas loin de 165 types d’arbres différents y sont plantés , à bonne distance les uns des autres pour qu’ils puissent se développer en toute quiétude et que l’on puisse bien admirer toute leur beauté.
On y trouvera également un kiosque, des fontaines, un pavillon Mauresque, des étangs …
Plusieurs bancs sont disséminés dans ce jardin remarquable, pour permettre aux visiteurs d’admirer ou tout simplement de se reposer.

C’est par une merveilleuse matinée chaude et ensoleillée que j’ai effectué cette promenade dans ce magnifique jardin. Un ciel d’un bleu très pur et un chaud soleil ont ainsi complété ce qui a fait de cette promenade une journée bien agréable.
Deux entrées sont possibles. Je sui entrée du côté de la Maison de Chateaubriand (qui se trouve juste en haut de ce jardin remarquable (entrée de l’autre côté de la petite rue).

Mais, venez donc 😀

Une allée bordée de buis vous encadrera jusqu’à la jonction de plusieurs sentiers et d’une grande prairie.
Vous trouverez non loin de là des moutons (si vous entendez gueuler un mouton, c’est probablement la mère qui crie pour qu’on vienne récupérer son petit qui est allé là où il ne faut pas) ! 😀
Ce grand jardin est également classé par thèmes et près des moutons les châtaigniers règnent en nombre.
Vous ne manquerez certainement pas de voir une cabane d’observation mais on ne peut y aller que lors de visites guidées.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’endroit est également très colorés, des massifs de fleurs et autres rhododendron ne manqueront pas d’attirer votre regard.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je vous propose de continuer la promenade d’ici deux ou trois jours.
A très vite 😀

3 574/365 – Paris,Enfers et fantômes d’Asie,musée du quai Branly Jacques Chirac – (1)

Depuis le 10 avril et jusqu’au 15 juillet 2018, au Musée du Quai Branly Jacques Chirac il y a une exposition à ne pas manquer.
Pour qui est curieuse ou curieux, pour qui a un intérêt pour l’Asie, sa culture.
Pour qui a envie d’aller se faire peur et d’en rire, pour les personnes qui aiment les fantômes, les vampires, les squelettes …
Pour qui s’intéresse aux mythes et aux esprits du Japon, de Chine, de Thaïlande, du Cambodge …
Pour qui a envie de voir des belles estampes
Pour qui a envie de voir des extraits de films d’horreur …

>>  cette exposition est faite pour vous !

N’hésitez pas à pousser la porte du musée et d’aller y passer du temps.

Pour ma part j’y suis allée deux fois déjà (samedi 12 et jeudi 17), et je pense y retourner encore.
Je suis en train de vous préparer des diffusions complètes (avec photographies et nombreux textes) et par pays.
Cela me prendra du temps, beaucoup de temps et peut-être que lorsque j’aurai terminé de diffuser l’exposition sera terminée. Outre les sources trouvées sur place et dont je me servirai, j’essayerai de vous trouver des liens instructifs ou du moins intéressants.
Je diffuserai entre d’autres reportages pour éviter de lasser et peut-être que nombre de mes lectrices et lecteurs risquent de ne pas aimer.
Tiendrais je la distance point de vue recherches, explication ?  Vous vous en rendrez compte à la manière dont je diffuserai, possible que je change d’avis en cours de route 😀

J’y suis allée pour l’intérêt que j’y porte, mais également pour la photographie.

Une première toute petite mise en bouche.

Têtes de démons – « Namahage » – Tablette votive « ema »
Vers 1960 – Japon – Région de Tohoky – Bois peint
« Namahage » 
Le Japon possède de nombreuses traditions. Le « namahage » est une tradition de la préfecture d’Akita située dans le nord de Tohuku. Le « namahage » est une coutume qui est spécifique de la région d’Oga.
>> pour en savoir plus, un clic sur le lien suivant en vert et en gras:    « Namahage »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A quelques jours près, lors de ma visite, j’aurais pu y croiser une sorcière …. 😀

3 572/375 – L’Ile Verte de la vallée aux loups, domaine départemental de la Vallée aux Loups

Le moi de mai offrant de nombreux ponts, c’est sans hésitations que j’ai effectué au cours de l’un d’eux une bien jolie promenade dans le domaine départemental de la Vallée-aux-Loups.

Cette journée-ci je la passerai à l’Ile Verte puis j’irai me promener dans ce merveilleux jardin remarquable qu’est l’arboretum (et qui fera l’objet d’un autre reportage).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un petit peu d’histoire ..

1820 ; une famille bourgeoise et parisienne, la famille Blot achète 22 parcelles agricole et construit une maison de villégiature en 1826. Celle-ci devient un grand jardin sauvage.

1852, le dramaturge Jules Barbier rachète la moitié de la propriété qui contient la villa et ses dépendances. C’est lui qui a d’ailleurs fait construire l’étang , alimenté en eau par l’aqueduc Colbert. La Villa s’appelle « Villa Barbier » du nom de son nouvel acquéreur.

Dans les années 1940, Jean Fautrier artiste peintre et sculpteur, alors à l’époque en séjour à la clinique du docteur le Savoureux (actuelle Maison Chateaubriand), découvre la propriété qui est alors à l’abandon. Il en tombe amoureux, l’achète et s’y installe.
Le nom  » l’Ile verte » , vient d’une de ses toiles peinte en 1958). Il y vivra jusqu’à sa mort en 1964.

Je m’y suis promenée par cette chaude, très chaude matinée du 8 mai. On se croyait en été, déjà …
J’y ai vu des tonnelles, des parterres de groseilles dans l’ancien potager .
J’y ai aussi vu des carpes et d’autres poissons nager dans l’eau de l’étang , qui devait être fraîche.
La maison est vide et ne se visite pas. Il s’est dit qu’un chocolatier star rêvait de l’acheter, c’était en 2003. Le projet n’est pas arrivé à terme et il a relancé la demande, même si le prix est monté en flèche.
S’il acquiert un jour cette superbe propriété, ce n’est pas pour fabriquer du chocolat, mais pour y installer son atelier de sculpteur.  (cela se passait en 2016).
A l’heure actuelle, elle serait toujours la propriété du Conseil Général.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il faudrait que j’y retourne à l’automne, avec une autre lumière, d’autres couleurs.

N’oubliez pas le guide 😀

Pour vous y rendre
34 rue Eugène Sinet
92290 – Chatenay Malabry

Moyens d’accès
RER B gare Robinson
Bus : 179, 194, 294,
Paladin : 11

Ps : si vous venez à pied depuis le RER Robinson ou depuis l’arrêt de bus et que vous avez envie de vous égarer dans les rues environnantes. Dans certains quartiers , je vous préviens d’avance … c’est raide.
Il vous faudra donc un coeur solide ou (comme moi) s’arrêter souvent et reprendre son souffle.

 

3 571/365 – Cimetière Américain de Suresnes, chemin de mémoire

Conçu pour abriter les dépouilles des soldats de la première guerre mondiale (1914/1918), c’ est le seul cimetière américain en Europe qui abrite aussi 24 soldats inconnus de la deuxième guerre (1940/1945).  Ils reposent donc aux côtés des 1 541 soldats de la première guerre mondiale enterrés dans ce cimetière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans la chapelle du souvenir, sont inscrits sur les murs, les noms des 974 soldats morts ou disparus en mer entre 1917 et 1920.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chaque 25 mai, a lieu le Mémorial Day qui est le jour où un hommage leur est rendu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A David,   Jim,  Carl,  Léon,  John,  Byron,  Henry William,  ……

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour vous y rendre

123, Boulevard Washington
92150 – Suresnes

Transports en commun

  • Gare de Suresnes – arrêt : Gare de Suresnes Mont Valérien ; Lignes L, U
  • Tramway T2
  • Bus : 563 – arrêt Washington
    160 – 241 – 360 – arrêt Cluseret-Hôpital Foch

3 570/365 – Paris, Jardins de Bagatelle, trainée de paon

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lorsque l’on prend le temps d’observer un paon qui fait la roue (et qu’on le respecte en ne bougeant pas, en ne parlant pas, en ne criant pas) … , lorsqu’il déploie ses plumes , bouge et fait la roue, on entend le froissement de celles-ci dans une danse frétillante.
Il suffit d’écouter.

 

 

3 569/365 – Paris, Jardins de Bagatelle, visite guidee

Nous sommes en 1775, le Comte d’Artois , frère de Louis XVI et futur roi Charles X acquiert un domaine en piteux état au coeur du bois de Boulogne.
A la révolution son domaine lui est confisqué puis est laissé à l’abandon, mais il réussit à le récupérer !
1905 (il s’en est passé du temps), la ville de Paris rachète le domaine.
Samedi 21 avril 2018 … je m’y promène

… résumé de 243 ans d’histoire en 5 lignes   😀

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 568/365 – Paris, Jardins de Bagatelle, vestiges de l’Abbaye de Longchamp, visite guidée

Il faut la découvrir … presque par hasard 😀

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un petit peu d’histoire 

De cette Abbaye fondée en 1245 il ne reste que quelques vestiges ici dans les jardins de Bagatelle.
Il y avait un grand domaine qui comprenait un château, une abbaye, un moulin …
Ce domaine , situé sur un massif  de marécage était couvert de bois . Le bois de Boulogne (appelé anciennement forêt de Rouvray). Cette partie du bois était proche du village des Menus. Cette partie du bois n’était pas un endroit fréquentable et était surtout connue pour être un réel coupe gorge, car mal fréquentée. Il y avait également beaucoup de crimes qui y étaient perpétrés.
L’abbaye de Longchamp fut un lieux de promenade très prisés au XVIIIème siècle.

Pour en savoir plus sur l’histoire du domaine de Longchamp, n’hésitez pas à cliquer sur le lien suivant en vert et en fras : >>>  domaine de Longchamp

Sur le site de la BNF j’ai lu ceci  ;    » Abbaye de Clarisses fondée en 1255 par la bienheureuse Isabelle de France, soeur de aint-Louis, avec des religieuses venues de Reims, elles-même arrivées d’Assise. En 1263, le Pape Urbain IV approuva les constitutions de Longchamp, lui autorisant même  la possession de biens et revenus : cette dérogation  fut à l’origine de la branche des Clarisses Urbanistes.
L’abbaye fut fermée en 1790 et démolie en 1792.  »
En fait ; en 1792 les religieuses furent expulsées et les bâtiments furent vendus.
L’Abbaye, elle, fut détruite en 1795 et le moulin de Longchamp fut conservé et resta en activité jusqu’en 1809
ps : les informations sont difficiles à avoir sur les différents sites officiels ou non. Mais le moulin de Longchamp, le moulin actuel que l’on voit sur le site de l’hippodrome de Longchamp (qui vient d’être réouvert) est en pierre. Alors que le moulin d’origine lui … était en bois.

Ces deux liens suivants , en vert et en gras, viendront compléter votre curiosité.

Isabelle de France, soeur de Saint Louis :  la Vierge savante

Isabelle de France et l’Abbaye de Longchamp

Des vestiges se trouvant dans les  jardins de Bagatelle, il ne reste pas grand chose. On peut passer sous un porche et sur le côté se trouve encore une partie soutenue par des etais, avec une fort belle grille en fer forgé. (je n’ai pas pu la photographier en entier car il y a de ce côté un grillage ).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci de la visite
N’oubliez pas le guide 😉

Pour vous y rendre en transport en commun de Paris :
Le plus simple est de rejoindre la Porte Maillot par le Métro de la ligne 1 (la jaune), puis de prendre le bus n° 244 et de descendre quelques arrêts plus loin à l’arrêt Bagatelle-Pré Catelan