3 152/365 – Paris rue Galande

C’est au cours d’une promenade improvisée au cours du mois d’août dernier et dans un Paris agréable car vide de la plupart de ses habitants et d’un calme presque inquiétant, que je me suis trouvée ici.
L’endroit m’a plu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En rentrant dans mon logement parisien j’ai voulu en savoir plus sur cette rue, son histoire.

Cette petite rue pavée est située dans le quartier de la Sorbonne du 5ème arrondissement de Paris.
Elle est étroite – 12 mètres -, pavée,  peu longue – 165 mètres – et d’un charme fou.
Elle comporte plusieurs lieux remarquables dont une maison qui a gardé son pignon datant des environs des années 1480   et qui est inscrit aux MH (Monuments Historiques).
Beaucoup d’anciennes maisons médiévales et de petits détails

Il faut savoir que le Clos Garlande appartenait à une famille portant le même nom que cette voie traversait eau 13ème siècle.

La suite …. d’ici quelques semaines

3 143/365 – Paris Immeuble Hennebique Rue Danton

Cet imposant édifice situé dans le quartier Latin du VIème arrondissement de Paris en impose, c’est bien ce que l’on peut dire !
Lorsque l’on s’intéresse un petit peu plus à son histoire, à sa conception on peut être surprit d’apprendre que c’est le 1er immeuble en béton armé de Paris.  Du moins c’est sa structure qui est en béton armé !
C’est la firme de François Hennebique qui a inventé le béton armé (brevet déposé en 1892)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

François Hennebique a contruit cet immeuble pour lui même, pour y installer ses bureaux et il fait appel à l’architecte François Arnaud pour réaliser son oeuvre. La construction s’est faite en très peu de temps ; celle-ci a débuté en 1889 pour se terminer en 1900.
Les 4 premiers étages seront aménagés en logements et les trois derniers en bureaux.

De très jolis panneaux en céramique ornent plusieurs endroits de la façade ; François Hennebique a fait appel à l’architecte Alexandre bigot pour les réaliser. On les appelle d’ailleurs les céramiques de Bigot.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il est fait usage de bow-windows, de moulures, de baies en demi cercle au dessus des portes, de colonnettes, de moulures, d’encorbellement, de tourelles d’angle ….
Cet immeuble est une véritable splendeur en plein coeur de Paris à deux pas de la Cathédrale Notre Dame

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comment s’y rendre ?
Metro
Ligne 4 – arrêt : Saint Michel / Notre Dame

RER
B ou C – arrêt : Saint Michel / Notre Dame

Bus
Ligne 96 – arrêt : Saint Michel
Ligne 27 – arrêt : Saint Michel
Ligne 87 – arrêt : Saint Michel
Ligne 21 – arrêt Saint Michel / Saint Germain
Ligne 27 – arrêt Saint Michel / Saint Germain
Ligne 38 – arrêt Saint Michel / Saint Germain

3 142/365 – Paris le Panthéon (1)

Une autre visite guidée en plusieurs épisodes, que je vous proposerai d’ici peu, effectuée durant mon mois de congé en août lorsque Paris était vide et bien tranquille et agréable à visiter

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Panthéon est une église de style néoclassique dont la construction a débuté en 1757 pour se terminer et ouvrir en 1790. Prévu à l’origine pour abriter la Chasse de Sainte Geneviève, à la Révolution il a commencé à accueillir les dépouilles des Grands de ce monde.
Vous pourrez vous recueillir devant la tombe de Victor Hugo (auteur de les Misérables ), de Victor Schoelcher (c’est lui qui décide l’abolition de l’esclavage, à Paris par un décret, le 27 avril 1848), de Simone Veil (décédée en juin 2017, enterrée au cimetière du Père Lachaise en juin 2017 – sa dépouille ainsi que celle de son mari a été transférée au Panthéon le 1er juillet 2018 , Simone Veil est la première femme à y entrer) , etc ….

Sa destination actuelle en fait une nécropole

Je suis restée scotchée devant la grandeur du bâtiment, j’étais complètement ébahie devant la beauté du lieu, l’architecture intérieure de la coupole … je ne sais pas s’il existe quelque chose de plus beau.
Mais … nous verrons cela en plusieurs épisodes, prochainement 😀

3 137/365 – Paris Les arènes de Lutèce

Beaucoup de visites dans ma ville ce mois d’août
Et si nous allions voir des vestiges gallo-romain, vous me suivez ?

Situé dans le quartier latin, les vestiges des arènes de Lutèce sont classées aux Monuments Historiques.
Les arènes de Lutèce sont un amphithéâtre gallo-romain construit entre le 1er et le 2ème siècle .
Cet endroit avait plus d’une fonction ; il servait de lieu de représentation de spectacle et de théâtre, mais il servait également d’arène pour des combats de gladiateur.
L’endroit pouvait contenir pas moins de 17 000  personnes (personnellement j’ai beaucoup de mal à imaginer 17 000 personnes installées là) .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cet amphithéâtre resta en place jusque la destruction de Lutèce puis en 557 fut reconstruit (ou réparé) par Chilparic .

On dit des arènes de Lutèce que c’est le plus vieux monument de la capitale.

On dit que Victor Hugo a tout fait pour le maintien de ce lieu qui aurait pu être détruit au profit d’un garage.

La photographie ci dessous montre des niches surélevées . L’arène se trouve plus bas.
c’est dans ces niches que se trouvaient les acteurs pour réciter les diverses répliques, le son étant ainsi projeté vers le bas et les spectateurs

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’arène servant également de lieu de combat aux gladiateurs, qui dit gladiateur dit fauves et qui dit fauves dit fosse aux lions. Il en reste des traces

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 131/365 – Paris Hôtel des Abbés de Fécamp

Ce que l’on remarque en premier c’est sa tourelle Renaissance en encorbellement, absolument magnifique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1292 : implantation, puis remaniement et reconstruit à la Renaissance. Diane de Poitiers y aurait habité.
1292/1523 : les abbés de Fécamp possèdent ce bâtiment qui leur sert de résidence parisienne. L’abbé Guillaume V de Putot serait l’instigateur de sa construction.
1560 : quelques artistes y habitent
1663 : amant et complice de la Marquise de Brinvilliers, le Capitaine Godin de Sainte Croix y avait avec elle des rendez-vous galants réguliers.
1791 : l’hôtel est vendu comme un bien National
XVIème siècle : c’est au début du XVIème siècle que la  tourelle (celle-ci est classée) est construite.
1947 : le 18 février : les façades et la toiture font l’objet d’une inscription,
1948 : 5 janvier 1948 : la tourelle fait l’objet d’un classement

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’intérieur du bâtiment ainsi que la cour recèlent des trésors d’architecture

Comment s’y rendre ?
métro : 4 Saint Michel Notre Dame, 10 Cluny la Sorbonne
RER C : Saint Michel Notre Dame

3 130/365 – Paris Impasse Hautefeuille

Cela faisait longtemps que je n’en avais pas découvert un …. un coupe gorge 😀

Précédemment appelée impasse Percée cette voie commençait rue Hautefeuille pour se terminer voie de la Harpe.

1262 : elle s’appelle rue Percée
XIVème siècle : elle s’appelle rue Percée dite des Deux Portes, rue des Deux Portes, puis rue Percée Saint André.
L’ouverture du Boulevard Saint Michel se faisant, elle devint une impasse.
1877 : 1er février 1877, un arrêté donne à l’impasse Percée le nom d’impasse de Hautefeuille à cause de la proximité de la rue du même nom.

Longueur : 28 mètres
Largeur : 10 mètres

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comment s’y rendre ?

Métro : 4 Saint Michel Notre Dame, 10 Cluny la Sorbonne
RER C : Saint Michel Notre Dame

3 122/365 – Paris – Notre Dame de Paris vue sur les travaux

Début août, revenant de promenade je me trouvais dans l’autobus . Celui-ci passait sur le quai de Montebello ne direction du Pont St Michel (où je devais descendre).  Je me suis dit que ce serait une bonne idée de venir effectuer quelques prises de vue des travaux sur différents côté de la façade de la Cathédrale.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

j’ai été sidérée de voir la rosace qui surplombe la porte d’entrée principale de la Cathédrale Notre Dame de Paris absolument intacte (voir dans le diaporama)
J’ai zoomé sur les poutres de soutien et les gros rivets
J’ai zoomé également vers la toiture , les échafaudages
Les photographies zoomées au maximum engendrent certes du bruit mais je voulais voir … comme tant d’autres.

J’ai cependant attendu quatre mois avant de m’arrêter à ses pieds

Maintenant sur les travaux, l’urgence qu’à celui qui gouverne le pays à entamer les travaux et surtout de les voir être terminés avant 2024 (et les JO) … je crains le pire quand aux résultats qui seront obtenus. Lorsque je vois les projets de reconstruction , je frémis , je pâlis devant les horreurs qui ont été proposées.
Selon moi, c’est un véritable sacrilège de vouloir mêler le modernisme à un bâtiment historique aussi somptueux que Notre Dame et qui est l’histoire de Paris , ce serait ne pas respecter le travail des bâtisseurs de Cathédrale et des architectes de l’époque.

OUI il faut du modernisme pour les systèmes de sécurité, les alarmes d’incendie, les détecteurs de fumées, dans ce que l’on ne VOIT pas, etc …. mais pour le reste il faut au possible reconstruire à l’identique, même si cela prend beaucoup plus que 5 ans.

Et en ce moment encore (j’écris cet article le 17 août 2019) on ne sait pas encore si la Cathédrale tiendra debout, on pense qu’elle peut encore s’effondrer, que les échafaudages ne viennent trop peser sur Notre Dame. En ce moment (17 août donc), il y a toujours un arrêté de péril et suite aux épisodes de canicule, de nouvelles chutes de pierre des voûtes de la nef se sont produites

3 080/365 – Paris quartier de la Butte aux Cailles la rue Michal

Ancienne voie de la commune de Gentilly, elle n’a pas de suite été appelée rue Michal.
Jusqu’au 10 mai 1881 (jour de l’arrêté), cette rue a porté le nom de  » rue Neuve Désirée  »
Après, elle reçut le nom de Zorastre Michal (né à Voiron le 4 mars 1801 et mort à Paris le 22 mars 1875). Il fut inspecteur général des Ponts et Chaussées et Directeur du service municipal des travaux publics de la Ville de Paris.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A l’extrémité de la rue, se trouve l’Eglise Sainte Anne de la Butte aux Cailles.

3 581/365 – Basilique de St Denis,nécropole des Reines et Rois de France – (2), Visite guidée

Fin mars j’avais débuté une série (qui promettait -et promet toujours- d’être longue),  sur ma visite faite à la Cathédrale (ou Basilique) St Denis, nécropole des Reines et des Rois de France.
Je ne suis absolument pas un livre d’histoire,  donc, ce que je pourrais vous dire dans les prochains épisodes proviendra de la documentation trouvée sur place ou alors trouvée sur la toile.

Mais avant d’avancer, revenons en arrière 😀 et à la première publication de la série, à voir en cliquant sur le lien  en vert et en gras ici :   Basilique de St Denis (1)

Aujourd’hui nous allons nous arrêter sur les détails de la façade qui a été restaurée il y a peu de temps.

Le portail central est consacré au Jugement dernier (pour les Chrétiens, le Jugement dernier est celui qui interviendra à la fin des temps, lorsque le Christ réapparaîtra.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le portail de gauche représente le supplice de St Denis
Les piedroits (jambage d’une porte ou d’une cheminée) sont d’époque et ornés des signes du zodiaque
Le thème du tympan (surface verticale triangulaire et la corniche horizontale d’un fronton . Ce terme désigne également l’espace semi circulaire d’un portail, compris entre le linteau et un arc plein-cintre ou une voûte d’ogive) , on y voit Dieu qui remet les tables de la loi à Moise, tandis qu’Aaron lui remet un sceptre fleuri qui est le symbole de la descendance royale du Christ.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D’autres détails des éléments d’architecture fort nombreux qui ornent la façade

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette comptine, ne vous dit elle rien  ? (hormis le sens détourné des paroles)

Rappelez vous que Dagobert 1er est enterré ici, en 638

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Envie de revoir la publication précédente ?
Un petit clic sur le lien en vert et en gras  :
Basilique de St Denis (1)

A bientôt pour a suite, merci de la visite et … n’oubliez pas le guide 😀

3 571/365 – Cimetière Américain de Suresnes, chemin de mémoire

Conçu pour abriter les dépouilles des soldats de la première guerre mondiale (1914/1918), c’ est le seul cimetière américain en Europe qui abrite aussi 24 soldats inconnus de la deuxième guerre (1940/1945).  Ils reposent donc aux côtés des 1 541 soldats de la première guerre mondiale enterrés dans ce cimetière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans la chapelle du souvenir, sont inscrits sur les murs, les noms des 974 soldats morts ou disparus en mer entre 1917 et 1920.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chaque 25 mai, a lieu le Mémorial Day qui est le jour où un hommage leur est rendu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A David,   Jim,  Carl,  Léon,  John,  Byron,  Henry William,  ……

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour vous y rendre

123, Boulevard Washington
92150 – Suresnes

Transports en commun

  • Gare de Suresnes – arrêt : Gare de Suresnes Mont Valérien ; Lignes L, U
  • Tramway T2
  • Bus : 563 – arrêt Washington
    160 – 241 – 360 – arrêt Cluseret-Hôpital Foch