3 179/365 – Paris Montmartre En descendant la rue du Chevalier de la Barre

Dimanche dernier , reprenant mes bonnes vieilles habitudes, j’étais partie de bon matin me promener du côté de Montmartre. Je voulais bien évidemment éviter la foule de touriste maissssssss pour vous emmener ici j’ai bien du faire un petit détour et me fondre au milieux d’eux le temps de prendre un chemin de traverse .
Me trouvant donc derrière la Basilique du Sacré Coeur de Montmartre, j’ai laissé le flot de touriste tourner à droite pendant que …. je tournais à gauche 😀
Nous sommes rue du Chevalier de la Barre.
Quel drôle de nom. Mais le personnage qui était-ce,le nom de la rue ; son histoire ?

Celui qui a donné son nom a la rue a été décapité.
Que diantre, décapité ; et la raison ?
Il n’a tout simplement pas voulu retirer son chapeau au passage d’une procession religieuse !!!
On peut dire qu’il est mort jeune. Né en 1746 il est mort … sans sa tête, 20 ans plus tard.
Mais on lui a octroyé un privilège ; rendez vous compte, il a été décapité à l’épée, privilège réservé aux nobles. Le bourreau lui aurait « épargne » le supplice de lui arracher la langue (ils étaient charmants à cette époque)

Revenons à notre promenade . Je longe le parc  pour rejoindre une volée d’escaliers (les escaliers si typiques et nombreux de Montmartre) et les descendre.  Me trouvant rue Lamarck  et avant de la traverser, je me retourne vers la Basilique du Sacré Coeur de Montmartre
(diaporama : 2 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

puis, je la traverse pour continuer mon chemin vers cette maison aux volets bleus.
(diaporama : 2 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avant de continuer , je voudrais inclure deux vidéos , une nouveauté dans ce site (marchant mon Canon dans une main et mon petit apn servant à filmer dans l’autre, je n’ai pu éviter quelques saccades)

 

Un joli coupe gorge (le passage Cottin) et de très nombreuses marches sur ma gauche, mais je continue à descendre cette petite rue pavé qui m’appelle.

La rue du Chevalier de la Barre date du XVIIème siècle. Elle a porté le nom de rue des Rosiers et est déjà indiquée sur un plan en 1672.
C’est en 1885 que lui fut donné le nom de la Barre puis en 1906, en mémoire du chevalier décapité elle fut appelée rue du Chevalier de la Barre.
A cette époque beaucoup de restaurants, de bistrots et de boutiques de souvenirs où on y trouvait seulement des articles de piété.
Des généraux furent mis à mort dans cette rue (mais cela je vous le laisserai découvrir par vous même)

La partie de cette rue que j’emprunte est piétonne, on se croirait presque dans un décor de cinéma, il y passe peu de monde, il fait calme. On entend parfois les habitants des immeubles qui s’interpellent, semblant se connaître et échangeant paisiblement entre eux. Une femme à la fenêtre du 1er étage croise mon regard, on se salue.
(diaporama : 2 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Arrivée dans le bas de la rue on ne peut plus y circuler qu’à pied (ou en poussant un vélo à la main) et je finis par arriver rue Ramsey et à peine plus loin je rejoindrai la rue de Clignancourt.
On est ici dans le vrai Paris, l’authentique je dirais, le Paris dans lequel je n’habiterai malheureusement pas …

3 177/365 – Paris le Pantheon (1)

Promise depuis le mois d’août 2019, la voici enfin. Ma visite au Panthéon, enfin, la première partie 😀
Diaporama : 1 photographie

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme vous le voyez sur ma photographie ci-dessus, le Panthéon est un édifice plus que grandiose, par la taille et surtout par ce qui’l « est ».
Dans les quelques publications que je ferai sur cette visite, mon but ne sera pas de décrire tout un livre d’histoire (ce serait d’ailleurs bien trop long), mais au contraire de vous raconter mon « ressenti » en y ajoutant le minimum syndical en explications historiques et architecturales.
Le reste, vous êtes des grands et savez utiliser internet pour effectuer vos propres recherches.

Cela fait des années que je tenais à venir visiter cet édifice réservé aux grands de ce monde. Cela fait 16 ans que j’habite Paris et ce n’est qu’au mois d’août 2019, lorsque la ville se vide de ses habitants – sauf de moi …-,  que je me suis décidée.

La première chose que j’ai faite en entrant, outre de rester totalement ébahie par l’immensité des lieux, c’est de les lever vers le ciel. Et je vous prie de croire que j’en avais des frissons devant tant de beauté !
La hauteur est carrément impressionnante ; l’on dit qu’elle serait de 90 mètres du sol de la place au sommet de la croix qui surmonte la lanterne du dôme.
Diaporama : 2 photographies

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je me suis dirigée vers le centre et oh my God … le fameux pendule de Foucault
Celui-ci est la preuve matérielle du mouvement de la terre
Le panneau didactique en dit ceci : le pendule de Foucault évoque l’expérience conduite dans ce lieu le 31 juillet 1851 par Léon Foucault.
La question de la rotation de la terre intrigue depuis l’Antiquité. Foucault propose une réponse expérimentale aux lois de mouvement de Newton.
Un premier essai a lieu dans sa cave. Conscient de cet enjeu, Louis Napoléon Bonaparte propose à Foucault de renouveler l’expérience dans un lieux prestigieux, le Panthéon, mais elle doit être interrompue afin de ménager l’Eglise.
Sur fond de séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’expérience est renouvelée en 1902, occasion pour la République d’affirmer que l’enseignement laïc et obligatoire prend désormais le pas sur la religion.

Diaporama : 1 photographie

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour en savoir plus je vous suggère de cliquer sur le lien suivant en verte et en gras >>> pendule de Foucault

Et pour plus d’explications, ainsi qu’une démonstration, une petite vidéo trouvée sur internet vous en apprendra beaucoup

Lors de ma visite, j’y ai vu des peintures, des sculptures, j’ai visité la crypte … Nous continuerons notre visite guidée lors d’une prochaine publication

3 173/365 – Paris Fontaine Cuvier

A l’angle des rues Linné et Cuvier, face à une des entrées du Jardin des Plantes, se trouve une fontaine majestueuse.

Inspecteur des eaux de la Ville de Paris, Alphonse Vigoureux réalise en 1840 une fontaine en remplacement de l’ancienne fontaine Saint Victor. Les travaux se terminent en 1846.

(diaporama : 3 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La nouvelle fontaine rend hommage à Georges Cuvier, passionné de paléontologie et fondateur de l’anatomie comparée et qui a enseigné l’histoire naturelle au Collège de France.
La statue est une allégorie de l’histoire naturelle et a été sculptée par Jean-Jacques Feuchère.
Celle-ci représente une jeune femme portant des tablettes sur lesquelles est inscrite la devise de Cuvier  » Rerum cognoscere causas  » > d’après un vers de Virgile,  accompagnée d’un lion et d’animaux marins et amphibies. On peut y voir un crocodile tournant la tête, effet stylistique de l’artiste car il est impossible pour ces animaux d’effectuer ce mouvement.
Jean-Jacques Feuchère est l’auteur de la figure principale, mais c’est Pierre Pomateau qui a peuplé l’ensemble d’animaux divers.

Pour s’y rendre

Metro : 7 , arrêt Jussieu
Bus : 67 – arrêt Cuvier/Jardin des Plantes
89 – arrêt Cuvier/Jardin des Plantes

plan fontaine cuvier

3 152/365 – Paris rue Galande

C’est au cours d’une promenade improvisée au cours du mois d’août dernier et dans un Paris agréable car vide de la plupart de ses habitants et d’un calme presque inquiétant, que je me suis trouvée ici.
L’endroit m’a plu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En rentrant dans mon logement parisien j’ai voulu en savoir plus sur cette rue, son histoire.

Cette petite rue pavée est située dans le quartier de la Sorbonne du 5ème arrondissement de Paris.
Elle est étroite – 12 mètres -, pavée,  peu longue – 165 mètres – et d’un charme fou.
Elle comporte plusieurs lieux remarquables dont une maison qui a gardé son pignon datant des environs des années 1480   et qui est inscrit aux MH (Monuments Historiques).
Beaucoup d’anciennes maisons médiévales et de petits détails

Il faut savoir que le Clos Garlande appartenait à une famille portant le même nom que cette voie traversait eau 13ème siècle.

La suite …. d’ici quelques semaines

3 143/365 – Paris Immeuble Hennebique Rue Danton

Cet imposant édifice situé dans le quartier Latin du VIème arrondissement de Paris en impose, c’est bien ce que l’on peut dire !
Lorsque l’on s’intéresse un petit peu plus à son histoire, à sa conception on peut être surprit d’apprendre que c’est le 1er immeuble en béton armé de Paris.  Du moins c’est sa structure qui est en béton armé !
C’est la firme de François Hennebique qui a inventé le béton armé (brevet déposé en 1892)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

François Hennebique a contruit cet immeuble pour lui même, pour y installer ses bureaux et il fait appel à l’architecte François Arnaud pour réaliser son oeuvre. La construction s’est faite en très peu de temps ; celle-ci a débuté en 1889 pour se terminer en 1900.
Les 4 premiers étages seront aménagés en logements et les trois derniers en bureaux.

De très jolis panneaux en céramique ornent plusieurs endroits de la façade ; François Hennebique a fait appel à l’architecte Alexandre bigot pour les réaliser. On les appelle d’ailleurs les céramiques de Bigot.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il est fait usage de bow-windows, de moulures, de baies en demi cercle au dessus des portes, de colonnettes, de moulures, d’encorbellement, de tourelles d’angle ….
Cet immeuble est une véritable splendeur en plein coeur de Paris à deux pas de la Cathédrale Notre Dame

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comment s’y rendre ?
Metro
Ligne 4 – arrêt : Saint Michel / Notre Dame

RER
B ou C – arrêt : Saint Michel / Notre Dame

Bus
Ligne 96 – arrêt : Saint Michel
Ligne 27 – arrêt : Saint Michel
Ligne 87 – arrêt : Saint Michel
Ligne 21 – arrêt Saint Michel / Saint Germain
Ligne 27 – arrêt Saint Michel / Saint Germain
Ligne 38 – arrêt Saint Michel / Saint Germain

3 142/365 – Paris le Panthéon (1)

Une autre visite guidée en plusieurs épisodes, que je vous proposerai d’ici peu, effectuée durant mon mois de congé en août lorsque Paris était vide et bien tranquille et agréable à visiter

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Panthéon est une église de style néoclassique dont la construction a débuté en 1757 pour se terminer et ouvrir en 1790. Prévu à l’origine pour abriter la Chasse de Sainte Geneviève, à la Révolution il a commencé à accueillir les dépouilles des Grands de ce monde.
Vous pourrez vous recueillir devant la tombe de Victor Hugo (auteur de les Misérables ), de Victor Schoelcher (c’est lui qui décide l’abolition de l’esclavage, à Paris par un décret, le 27 avril 1848), de Simone Veil (décédée en juin 2017, enterrée au cimetière du Père Lachaise en juin 2017 – sa dépouille ainsi que celle de son mari a été transférée au Panthéon le 1er juillet 2018 , Simone Veil est la première femme à y entrer) , etc ….

Sa destination actuelle en fait une nécropole

Je suis restée scotchée devant la grandeur du bâtiment, j’étais complètement ébahie devant la beauté du lieu, l’architecture intérieure de la coupole … je ne sais pas s’il existe quelque chose de plus beau.
Mais … nous verrons cela en plusieurs épisodes, prochainement 😀

3 137/365 – Paris Les arènes de Lutèce

Beaucoup de visites dans ma ville ce mois d’août
Et si nous allions voir des vestiges gallo-romain, vous me suivez ?

Situé dans le quartier latin, les vestiges des arènes de Lutèce sont classées aux Monuments Historiques.
Les arènes de Lutèce sont un amphithéâtre gallo-romain construit entre le 1er et le 2ème siècle .
Cet endroit avait plus d’une fonction ; il servait de lieu de représentation de spectacle et de théâtre, mais il servait également d’arène pour des combats de gladiateur.
L’endroit pouvait contenir pas moins de 17 000  personnes (personnellement j’ai beaucoup de mal à imaginer 17 000 personnes installées là) .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cet amphithéâtre resta en place jusque la destruction de Lutèce puis en 557 fut reconstruit (ou réparé) par Chilparic .

On dit des arènes de Lutèce que c’est le plus vieux monument de la capitale.

On dit que Victor Hugo a tout fait pour le maintien de ce lieu qui aurait pu être détruit au profit d’un garage.

La photographie ci dessous montre des niches surélevées . L’arène se trouve plus bas.
c’est dans ces niches que se trouvaient les acteurs pour réciter les diverses répliques, le son étant ainsi projeté vers le bas et les spectateurs

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’arène servant également de lieu de combat aux gladiateurs, qui dit gladiateur dit fauves et qui dit fauves dit fosse aux lions. Il en reste des traces

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 131/365 – Paris Hôtel des Abbés de Fécamp

Ce que l’on remarque en premier c’est sa tourelle Renaissance en encorbellement, absolument magnifique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1292 : implantation, puis remaniement et reconstruit à la Renaissance. Diane de Poitiers y aurait habité.
1292/1523 : les abbés de Fécamp possèdent ce bâtiment qui leur sert de résidence parisienne. L’abbé Guillaume V de Putot serait l’instigateur de sa construction.
1560 : quelques artistes y habitent
1663 : amant et complice de la Marquise de Brinvilliers, le Capitaine Godin de Sainte Croix y avait avec elle des rendez-vous galants réguliers.
1791 : l’hôtel est vendu comme un bien National
XVIème siècle : c’est au début du XVIème siècle que la  tourelle (celle-ci est classée) est construite.
1947 : le 18 février : les façades et la toiture font l’objet d’une inscription,
1948 : 5 janvier 1948 : la tourelle fait l’objet d’un classement

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’intérieur du bâtiment ainsi que la cour recèlent des trésors d’architecture

Comment s’y rendre ?
métro : 4 Saint Michel Notre Dame, 10 Cluny la Sorbonne
RER C : Saint Michel Notre Dame

3 130/365 – Paris Impasse Hautefeuille

Cela faisait longtemps que je n’en avais pas découvert un …. un coupe gorge 😀

Précédemment appelée impasse Percée cette voie commençait rue Hautefeuille pour se terminer voie de la Harpe.

1262 : elle s’appelle rue Percée
XIVème siècle : elle s’appelle rue Percée dite des Deux Portes, rue des Deux Portes, puis rue Percée Saint André.
L’ouverture du Boulevard Saint Michel se faisant, elle devint une impasse.
1877 : 1er février 1877, un arrêté donne à l’impasse Percée le nom d’impasse de Hautefeuille à cause de la proximité de la rue du même nom.

Longueur : 28 mètres
Largeur : 10 mètres

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comment s’y rendre ?

Métro : 4 Saint Michel Notre Dame, 10 Cluny la Sorbonne
RER C : Saint Michel Notre Dame

3 122/365 – Paris – Notre Dame de Paris vue sur les travaux

Début août, revenant de promenade je me trouvais dans l’autobus . Celui-ci passait sur le quai de Montebello ne direction du Pont St Michel (où je devais descendre).  Je me suis dit que ce serait une bonne idée de venir effectuer quelques prises de vue des travaux sur différents côté de la façade de la Cathédrale.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

j’ai été sidérée de voir la rosace qui surplombe la porte d’entrée principale de la Cathédrale Notre Dame de Paris absolument intacte (voir dans le diaporama)
J’ai zoomé sur les poutres de soutien et les gros rivets
J’ai zoomé également vers la toiture , les échafaudages
Les photographies zoomées au maximum engendrent certes du bruit mais je voulais voir … comme tant d’autres.

J’ai cependant attendu quatre mois avant de m’arrêter à ses pieds

Maintenant sur les travaux, l’urgence qu’à celui qui gouverne le pays à entamer les travaux et surtout de les voir être terminés avant 2024 (et les JO) … je crains le pire quand aux résultats qui seront obtenus. Lorsque je vois les projets de reconstruction , je frémis , je pâlis devant les horreurs qui ont été proposées.
Selon moi, c’est un véritable sacrilège de vouloir mêler le modernisme à un bâtiment historique aussi somptueux que Notre Dame et qui est l’histoire de Paris , ce serait ne pas respecter le travail des bâtisseurs de Cathédrale et des architectes de l’époque.

OUI il faut du modernisme pour les systèmes de sécurité, les alarmes d’incendie, les détecteurs de fumées, dans ce que l’on ne VOIT pas, etc …. mais pour le reste il faut au possible reconstruire à l’identique, même si cela prend beaucoup plus que 5 ans.

Et en ce moment encore (j’écris cet article le 17 août 2019) on ne sait pas encore si la Cathédrale tiendra debout, on pense qu’elle peut encore s’effondrer, que les échafaudages ne viennent trop peser sur Notre Dame. En ce moment (17 août donc), il y a toujours un arrêté de péril et suite aux épisodes de canicule, de nouvelles chutes de pierre des voûtes de la nef se sont produites