3 630/365 – Basilique de St Denis, nécropole des Reines et Rois de France – (5), visite guidée

Une visite de la crypte s’impose .

Intéressons nous d’abord au caveau de Turenne , à l’ossuaire et à toute l’histoire que cela concerne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est cruel, glauque, très glauque pour certains passages et infiniment irrespectueux des dépouilles. (voir les liens plus bas -en vert et en gras- )

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Caveau de Turenne ; le 19 janvier 1817 furent rapportés les ossements des Rois jetés dans la fosse commune en 1793.
La destruction des tombeaux royaux fut un véritable acte de barbarie.
Sous la révolution , commandité par la République naissante, les profanations s’étendirent sur une période de deux semaines avec un acharnement incroyable.
Le 12 octobre 1793 , fut donné l’ordre d’exhumer les restes des Reines et Rois de France, des princes et des princesses ainsi que des hommes célèbres.
Le 1er tombeau ouvert fut celui de Turenne ; son corps nullement altéré fut donc découvert en très bon état de conservation. Les spectateurs, en nombre s’agglutinaient pour découvrir ce corps de glace et chacun voulait avoir une partie de sa dépouille. Camille Desmoulin lui coupa même le petit doigt de la main droite.

Ouverture du caveau des Bourbons et on retire le cercueil du roi Henri IV mort en 1610 à l’âge de 57 ans.
Lui aussi était parfaitement bien conservé et avait gardé tous les traits de son visage. Il fut placé debout dans le passage des chapelle et fut ainsi livré aux insultes des gens ; une femme lui aurait reproché le fait d’avoir été roi, lui aurait donné un soufflet et il est tombé !
Avant d’être porté en fosse, il aurait eu le crâne coupé et sa cervelle aurait été remplacée par une liqueur composée d’aromate à l’odeur insupportable.

> si l’histoire de cette profanation vous intéresse, je ne saurais trop vous conseiller de cliquer sur le lien suivant en vert et en gras dont je me suis servi pour vous raconter cette histoire. 

> clic ici : histoire de la profanation des dépouilles royales et hommes importants de la Basilique St Denis

> et clic ici aussi :  profanation des tombes royales de la Basilique

Caveau Royal ; 12 cercueils dans cette chapelle souterraine ; Marie-Antoinette, Louis XVI, Louis XVIII, Louis-Joseph de Condé, Louis-Henri de Condé, le Duc de Berry, le duc d’Artois, Isabelle, Adélaïde, Victoire, Louis VII, Louise de Lorraine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Intéressons nous, voulez vous à des détails d’architecture et autres de la crypte, laissez promener votre regard sur les murs enchâsses d’arcades, de piliers , la base de colonne Carolingienne.
Cette base de colonne, décorée et sculptée de motifs végétaux fut découverte dans la bas côté nord de la Basilique en 1881.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais, avant de remonter vers la lumière, un arrêt s’impose à la Chapelle des Princes.
Ici reposent des corps inhumés après la révolution. Les cercueils de plomb sont entourés de bois et placés sur des tréteaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ici reposent ; Victoire, Adélaïde, Louise-Isabelle d’Artois, Charles Ferdinand, Louis-Henri-Joseph de Bourbon, Louis-Henri de Bourbon.
Dans des urnes se trouvent ; le coeur de Charles-Ferdinand d’Artois, le coeur de Louis XVIII, le coeur de Louis XV, le coeur de Louis XIII, une parcelle du corps d’Henri IV, les entrailles de Louise Isabelle d’Artois,une parcelle du corps de Louis XIV.

Envie de revoir la publication précédente ?
Un petit clic sur le lien en vert et en gras  :
Basilique de St Denis (1)

Basilique de St Denis (2)

Basilique ST Denis (3)

Basilique de ST Denis (4)

Merci de la visite et … n’oubliez pas le guide 😀

Cet article est le dernier de la série.
Pour écrire ces articles, je me suis servie d’informations trouvées sur internet et j’y ai inclus de nombreux liens.
Il m’a fallu du temps pour le faire, quatre, cinq heures en moyenne par article. Car tout en effectuant ces recherches, je me laisse prendre par ma curiosité et je lis certains des documents trouvés (et parfois terriblement longs) sur internet, car je veux apprendre de cette histoire de France, ce pays dans lequel je vis depuis 15 ans. Si j’ai tout retenu ? Non, mais une bonne partie je pense, car la curiosité pour un sujet, la façon dont on l’aborde, fait que ce que l’on retient est ancré beaucoup plus profondément dans la mémoire.

Je ne suis absolument pas un livre d’histoire, mais j’espère qu’au travers de ces articles agrémentés des photographies que j’ai prises en juin 2017 lors de ma visite, vous aurez pris du plaisir à les lire et qui sait, peut-être cela vous donnera t’il l’envie d’aller visiter cette Basilique de St Denis, une pure merveille.

Publicités

3 627/365 – Basilique St Denis, nécropole des Reines et Rois de France – (4), Visite Guidée

Nous reprenons après un break, la visite que j’avais effectuée à la Basilique de St Denis en juin 2017 .
En été on s’est intéressé à l’architecture extérieure du bâtiment puis on avait commencé la visite intérieure en s’intéressant à l’orgue, aux vitraux, au transept et aux superbes stalles qui proviennent de la chapelle du château de Gaillon (Normandie).

Aujourd’hui nous allons nous intéresser à certaines des sépultures, dalles funéraires et au coeur de Louis XVII. Par après, dans une autre publication, nous descendrons dans la crypte.
Alors :  je ne suis pas un livre d’histoire;  je n’ai pas appris l’histoire de France; je n’ai d’ailleurs pas effectué mes études en France; j’ai, aux dires de certaines personnes ….. un langage très pauvre et peu évolué 😀 ; je dois donc effectuer quelques recherches sur internet pour parler au minimum de ce que je présente et espérer ainsi donner l’envie aux gens de venir visiter cet endroit .

Les tombeaux du transept
Dans le transept se trouvent plusieurs tombeaux comme celui de Charles V et Jeanne de Bourbon, Philippe III le Hardi, Charles Martel, Clovis II, Isabelle d’Aragon, Philippe IV le Bel … et si vous ouvrez vos vieux livres d’histoires ces noms vous rappelleront probablement les longues heures d’étude sur l’histoire de France !

Je ne vais pas tous vous les montrer, ce n’est pas non plus le but. Mais voiçi les tombeaux de Berthe, femme de Pépin et celle de Charles V et son épouse Jeanne de Bourbon.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Qui étaient ils ?
… recherches google ou autre …

Berthe : tout d’abord elle s’appelle Bertrade de Laon dite Berthe aux grands pieds, née en 720 et fille du Comte Caribert de Laon. Elle aurait eu un pied bot plus grand que l’autre d’où ; son surnom Berthe aux grands pieds.
Il se dit que son époux ; Pépin le Bref aurait eu d’une autre épouse ; 5 enfants totalement inconnus. En 741 Berthe devint sa maîtresse en 741 et Pépin son épouse Leutburgie, pour épouser Bertrade. Ce mariage aurait eu lieu ne 743 ou 744.
En 751 elle donne naissance à Carloman. La même année, avec son mari, elle est couronnée Reine de Soissons .
Elle accompagne son mari durant ses expéditions guerrières.
Pépin veut épouser une jeune fille qui se prénomme Angla et Pépin envisage de répudier Bertrade. Le Pape s’y oppose.
Pépin meurt en 768 et Bertrade fait monter sur le trône ses deux fils ; Charles et Carloman tout en gardans une partie du pouvoir.
En 771 Carloman meurt et Charles, son frère s’empare de ses biens et écarte sa mère Bertrade.
Bertrade se retre alors à l’ Abbaye de Choisy-au-Bac et elle y meut le 12 juillet 783.

>> pour en savoir plus sur Charles, son histoire, son pouvoir, … et vous dire ; mais bon sang … c’est lui ! cliquez donc sur le lien en verte et en gras ici :  Charles

Jeanne de Bourbon :  fille du Duc de Bourbon et d’Isabelle le Valois est née en 1337.
Le 8 avril 1350 elle épouse le dauphin Charles, qui deviendra le futur Charles V. Ils ont tous les deux 12 ans lors de ce mariage et ce n’est qu’en 1355 qu’ils partagent le même toit.
Elle aura 8 enfants ; Jeanne 1357, Bonne 1360, Jeanne, Charles VI 1366 Roi de France, Marie 1370, Louis 1372 Duc d’Orléans, Isabelle 1373, Catherine de France 1378.
Jeanne de Bourbon devient Reine de France en 1364.
En 1378 elle meurt en couche.

Charles V : dit « le sage », nait à Vincennes en 1337, est le fils aîné de jean ll le Bon et de Bonne de Luxembourg. Alors qu’il n’est encore que Duc de Normandie la guerre de 100 ans le contraint de prendre une part active aux affaires
>> pour la suite de sa vie, cliquez sur le lien suivant en vert et en gras  :  Charles V
En 1378 , le 4 févier plus exactement, lorsque son épouse Jeanne de Bourbon meurt 2 jours après avoir accouché d’une petite fille se prénommant Catherine, Charles est déploré. Le couple s’aimait profondément et a toujours été uni par les liens sacrés du mariage sans aucune faille, sans aucune trahison. Il va lui offrir des funérailles , grandioses !
Le Roi fut éploré, inconsolable et ressentit durant très longtemps la douleur de cette séparation il reste dans un immense désarroi. La Reine et lui s’aimaient d’un amour immense.
Charles V meut au Château de Beauté le 16 septembre 1380.

Charles V est le 1er qui, à l’âge de 27 ans, commande son gisant. Pour en savoir plus, un petit clic sur le lien en vert et en gras ici :  gisant

 A savoir
Pour les personnes qui ont visité cette nécropole ou qui aimeraient la visiter. Les tombeaux tels que vous les avez vu (ou les verrez) ne sont absolument pas les originaux). 
Tels qu’ils sont, les gisants se retrouvent sur une simple pierre taillée. Pourquoi  donc ?

En 1952 fut instauré une restauration (dérestauration) .
L’architecte Jules Formigé mandaté pour cette « restauration » a massacré le travail effectué par Violet-le-Duc et Guilhermy au milieu du XIXème qui, à l’époque les avaient remis  dans l’état dans lequel ils étaient au XIIIème. Pour ce faire, ceux-ci avaient étudiés les dessins de Gaignières et des fragments qui subsistaient lors de la destruction des tombeaux originaux lors de la révolution.
On peut dire, en voyant l’état actuel des tombeaux, que cette « dérestauration » fut un échec total ! 
Regardez sur le dessin de Violet-le-Duc d’après les originaux de Gainières et fragments d’origine subsistant (photo libre de droit)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

les gisants se trouvaient deux par deux, à la tête de ces sarcophages (doubles sarcophages) étaient des piliers qui servaient à accueillir des cierges lors de cérémonies … on peut le remarquer dans e diaporama plus bas.
En 1793 lors de la Révolution ces monuments furent détruits . Bien plus tard, la restauration … bien dénaturée de l’original.
Regardez le diaporama puis allez donc visiter cette nécropole et voir l’état actuel de ces tombeaux. Maintenant que j’écris cet article et que je prends seulement connaissance de l’état dans lequel ils étaient avant 1958, je reste ébahie de ce massacre !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais  il subsiste les soubassements originaux d’un des tombeaux démantelés en 1952.
>> je vous propose  la lecture d’un article très intéressant dont je me suis servie pour en relater le minimum, pour continuer votre instruction de cette partie de l’histoire , de cliquer sur le lien suivant en vert et en gras ici : proposition de rétablissement …

Lors de ma visite , je me suis arrêtée longuement devant de somptueuses dalles funéraires.
Le détail des gravures sur la pierre est fin et délicat, regardez donc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Urne du coeur de François 1er
Avant de descendre dans la crypte, je me suis intéressée au monument contenant l’urne du coeur de François 1er

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le 31 mars 1547, au Château de Rambouillet meurt, François 1er.
Henri II, nouveau Roi donne de suite des instructions pour des  funérailles. Elles se veulent triples ; en effet, les corps du dauphin François et Charles, duc d’Orléans ne se trouvant respectivement à Tournus et Beauvais Henri II désire réunir ses frères et son père.
L’éviscération du corps de François 1er se déroule le 1er avril (en ces temps l’éviscération était de mise ; on embaumait le corps ensuite). Le jour d’après le cercueil et les deux coffrets contenant les restes de ses deux frères sont acheminés jusqu’au Prieuré de Haute Bruyère. Durent deux jours et deux nuits les cloches de l’Eglise sonnent sans discontinuer, le 6 avril les entrailles et le coeur de François 1er sont déposées dans un caveau de l’Eglise et 5 jours après sa dépouille est transférée au château du cardinal-évêque de Paris.
Le 21 mais les funérailles sont célébrées en la Cathédrale de Notre-Dame de Paris puis se dirige vers l’Abbaye de ST Denis.
C’est en 1556 que Henri II commande une urne où sont transférés le coeur et retourne au prieure de Haute-Bruyère.
>> oui mais … l’urne se trouve ici à St Denis ?  >> en effet, mais je n’ai  pas trouvé des informations sur al date de ce transfert. Si on peut m’aider, merci.
>> quelques informations sur l’urne de François 1er ici ; clic sur le lien en vert et en gras :  François 1er urne coeur

Un autre coeur, celui de Louis XVII

Il ne m’a pas été facile de réaliser une photographie bien nette du coeur de Louis XVII.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La prochaine publication, nous descendrons dans la crypte.

Envie de revoir la publication précédente ?
Un petit clic sur le lien en vert et en gras  :
Basilique de St Denis (1)

Basilique de St Denis (2)

Basilique de St Denis (3)

A bientôt pour a suite, merci de la visite et … n’oubliez pas le guide 😀

3 602/365 – Basilique de St Denis,nécropole des Reines et Rois de France – (3), Visite guidée

Reprenons, au cours de ces deux mois de vacances, le chemin de la Basilique (ou Cathédrale) de Saint Denis
L’année dernière à la même époque, j’avais passé à Saint Denis presqu’une journée entière avec un bon couple d’heure consacré s à la visite de la Basilique.

Aujourd’hui, nous allons y entrer.

Le bâtiment mesure 108 mètres de long.
Il a une hauteur de 29 mètres.
La largeur du transept est de 39 mètres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les vitraux , en nombre, racontent chacun leur propre histoire.
Des vitraux originaux du XIIème siècle, il ne subsiste que 5 verrières et quelques éléments démontés en 1997 pour être restaurés.
Pour en savoir plus sur les vitraux de la Basilique de Saint Denis, un petit clic sur le lien en vert et en gras ravira et contentera les plus curieuses et curieux :   les vitraux

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si on lève les yeux vers le ciel, on s’arrêtera sur un orgue de belle facture.
L’orgue que nous admirons n’est plus celui d’origine.
En 1806, alors que Napoléon décide de faire restaurer la Basilique, on pense alors à reconstruire un orgue.
C’est en 1836 que François Debret en dessine le buffet, que maître menuisier André Bouxin réalise la structure du buffet et que Blois et Brun la sculpteront.
Un clic sur le lien en vert et en gras pour les curieuses et curieux :   orgue

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une approche sur l’horloge

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je me suis longuement arrêtée pour admirer les stalles en bois et le détail des sculptures
En consultant des informations sur internet, j’apprends que ces stalles ne font pas partie de l’histoire de la Basilique.
Elles viennent de la Chapelle du Château de Gaillon. en Normandie et remontent au XVIème siècle.
C’est une commande du Cardinal Georges d’Ambroise, archevêque de Rouen.
Viollet-le-Duc prit la décision de les installer à Saint-Denis au XVIIIIème siècle.
Les scènes illustrent des épisodes de la vie de Jésus, de la Vierge et de martyrs.
Un superbe travail de marqueterie. Regardez donc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Envie de revoir la publication précédente ?
Un petit clic sur le lien en vert et en gras  :
Basilique de St Denis (1)

Basilique de St Denis (2)

A bientôt pour a suite, merci de la visite et … n’oubliez pas le guide 😀

3 581/365 – Basilique de St Denis,nécropole des Reines et Rois de France – (2), Visite guidée

Fin mars j’avais débuté une série (qui promettait -et promet toujours- d’être longue),  sur ma visite faite à la Cathédrale (ou Basilique) St Denis, nécropole des Reines et des Rois de France.
Je ne suis absolument pas un livre d’histoire,  donc, ce que je pourrais vous dire dans les prochains épisodes proviendra de la documentation trouvée sur place ou alors trouvée sur la toile.

Mais avant d’avancer, revenons en arrière 😀 et à la première publication de la série, à voir en cliquant sur le lien  en vert et en gras ici :   Basilique de St Denis (1)

Aujourd’hui nous allons nous arrêter sur les détails de la façade qui a été restaurée il y a peu de temps.

Le portail central est consacré au Jugement dernier (pour les Chrétiens, le Jugement dernier est celui qui interviendra à la fin des temps, lorsque le Christ réapparaîtra.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le portail de gauche représente le supplice de St Denis
Les piedroits (jambage d’une porte ou d’une cheminée) sont d’époque et ornés des signes du zodiaque
Le thème du tympan (surface verticale triangulaire et la corniche horizontale d’un fronton . Ce terme désigne également l’espace semi circulaire d’un portail, compris entre le linteau et un arc plein-cintre ou une voûte d’ogive) , on y voit Dieu qui remet les tables de la loi à Moise, tandis qu’Aaron lui remet un sceptre fleuri qui est le symbole de la descendance royale du Christ.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D’autres détails des éléments d’architecture fort nombreux qui ornent la façade

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette comptine, ne vous dit elle rien  ? (hormis le sens détourné des paroles)

Rappelez vous que Dagobert 1er est enterré ici, en 638

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Envie de revoir la publication précédente ?
Un petit clic sur le lien en vert et en gras  :
Basilique de St Denis (1)

A bientôt pour a suite, merci de la visite et … n’oubliez pas le guide 😀

3 557/365 – Remonter dans le temps , plaine Saint Denis, visite guidée

Durant l’été 2017 je suis allée me promener à la plaine Saint Denis, un quartier en pleine mutation avec et des immeubles modernes, et des habitations insalubres .
J’avais publié ici même un article sur le sujet.
Envie de le revoir ? Un petit clic sur le lien en vert et en gras ici : >>>>  bouleversement dans les quartiers à Saint Denis

La Plaine Saint-Denis fut dans le passé la plus grande plaine industrielle d’Europe. (verreries, électricité, gaz, métallurgie, savonnerie, chaussures etc …)
Une crise économique, une désindustrialisation et plus tard, la construction du Stade de France on vu le quartier changer de visage.

Dans les années 2000 de nouveaux quartiers furent construits, de nouveaux quartiers d’habitats furent crées.
Mais il reste encore (car la Plaine Saint Denis est vaste) des quartiers en pleine mutation.
La Seine Saint Denis accueillera aussi le village des jeux olympiques de 2024. Il y a donc beaucoup de chantiers de destruction, de construction .et de reconstruction .

Saint-Denis a connu plusieurs vagues d’industrialisation .
La 1ère a débuté vers 1772,.
La seconde vers 1860 (le bassin de la Villette, les abattoirs … et s’est terminée au milieu des années 1870).
La troisieme, elle, a débuté en 1890 (l’aéroport du Bourget en 1914, les Grands Moulins de Pantin en 1920 etc ..)
Certains des bâtiments ont été détruits, d’autres réhabilités.

Mais la Plaine Saint Denis est vaste (et riche en histoire), les pianos Pleyel, l’orfèvrerie Christofle, les Magasins Généraux …), cela ne vous parle pas ?

Nous resterons une fois de plus entre le quartier Plaine Saint Denis et la Montjoie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai eu fort envie de voir sur carte l’évolution de ce quartier au fil des ans. Je suis donc allée sur google earth et me suis amusée à remonter le temps …. jusqu’en 1949.
Regardez donc le diaporama 😀

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous aurez certainement remarqué en partant de l’année 1949, la construction, la vétusté,la destruction puis reconstruction . Je suis restée volontairement dans la même position pour chaque imprim écran et que l’on puisse mieux se rendre compte de l’évolution du quartier.

J’ai vraiment fort envie d’y retourner (cela fait presqu’une année que j’y suis allée), voir l’évolution, voir si les quartiers insalubres dans lesquels je me suis promenée existent toujours ou sont rasés. Des quartiers où la population mérite qu’on s’arrête quelques temps et prenne le temps de parler avec eux.

N’oubliez pas le guide 😉

3 548/365 – Basilique de St Denis,nécropole des Reines et des Rois de France – (1), Visite guidée

Nous allons commencer aujourd’hui un bien long reportage à la Basilique de Saint Denis , (ce n’est qu’en 1966 que la Basilique est élevée au rang de Cathédrale) !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’avais effectué ce reportage photographique à la mi juillet 2017. Une journée entière absolument fantastique avec de très agréables moments passés dans une ville où peu de gens aiment aller.

La Basilique de Saint Denis est la dernière demeure des Reines et des Rois de France.
St Denis, évêque missionnaire mort en vers 250 y est enterré. La Basilique est d’ailleurs construite sur sa tombe.
A la mort du Roi Dagobert en 639 elle commence à accueillir les Reines et les Rois de France. Pas loin de 43 Rois, 32 Reines et 10 serviteurs de la Monarchie y sont enterrés.

L’ossuaire Royal se trouve dans la crypte.
Dans cette crypte, se trouve un petit réduit avec dedans et à son entrée des plaques de marbre où sont gravés les noms de tous les défunts royaux, princiers, l’année de leur mort et leur âge à ce moment.
Il paraît que le Roi Louis XVIII aurait ordonné que ces plaques soient bien maçonnées car dernière se trouvait un ossuaire.
Depuis 1817 l’endroit n’a pas été ouvert et le mystère plane ; qu’y a t’il réellement derrière ces plaques  ?
Les cinq cercueils devraient toujours y être, mais … dans quel état ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1ère Dynastie

  • Dagobert (fondateur de l’Abbaye Royale de St Denis), mort en 638 à l’âge de 36 ans.
  • Nanthilde, 2ème femme du Roi Dagobert, morte en 642
  • Clovis II,2ème fils du Roi Dagobert et de la Reine Nanthilde, mort en 655
  • Clotaire III, fils aîné du Roi Clovis II, mort en 669
  • Landregesile, frère de la Reine Nanthilde est le 1er personnage qui fut enterré dans l’Eglise de St Denis, par ordre du Roi Dagobert , vers 631

2ème Dynastie

  • Charles Martel, Maire du Palais de France, prince des Français, mort en 741 à l’âge de 50 ans
  • Pepin (le Bref) mort en 768 à l’âge de 54 ans
  • Berthe, femme du Roi Pépin, morte en 783
  • Ermantrude, 1ère femme du Roi Charles le Chauve et de la Reine Richilde sa 2ème femme, mort en bas âge en 875
  • Charles II (le Chauve), mort en 877
  • Louis II, fils du Roi Louis le Begue mort en 882
  • Carloman, 2ème fils du Roi Louis le Bègue, mort en 884
  • Eudes,Comte de Paris, duc de France et Roi d ela partie occidentale de la France, mort en 898 à l’âge de 40 ans
  • Hugues (le Grand), duc de France et de Bourgogne, Comte de Paris, et père de Hugues Capet, mort en 956

3ème Dynastie

  • Henri IV, mort en 1610 à l’âge de 57 ans
  • Marie de Médicis, 2ème femme du Roi Henri IV, morte en 1642 à l’âge de 68 ans
  • Louis XIII , le Juste, mort en 1643 à l’âge de 41 ans
  • Charles 1er, Roi d’Angleterre, mort en 1669 à l’âge de 60 ans
  • Louis Dauphin, fils du Roi Louis XIV, mort en 1711 à l’âge de 50 ans

etc … etc …

Le temps de terminer la publication de Versailles, nous reviendrons dans la Basilique de Saint Denis pour continuer la visite (qui sera longue).

Merci de la visite guidée et … n’oubliez pas le guide 😀

3 359/365 – Bouleversement dans les quartiers à Saint-Denis

Au début du mois d’août, j’ai voulu aller voir ce qu’il en était de ces quartiers de Saint-Denis/Aubervilliers .. quelque part par là, quartiers en pleine restructuration.

Pas vraiment des beaux quartiers.
Mais n’étant point « sectaire » comme le sont certaines personnes (qui doivent avoir les oreilles qui sifflent 😀 ), c’est avec envie de nouvelles découvertes que je m’y suis promenée, pour voir, sans idée toute faite sur un quartier ou sur des gens.

J’y ai vu plusieurs chantiers de construction. Des grands et de moins grands. Et me suis attardée quelques temps, histoire de regarder œuvrer les engins de BTP.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Certaines de ces entreprises sont installées dans des propriétés et des bâtiments qui ont dû être des fermes il y a encore pas si longtemps que cela, lorsqu’il y avait encore des prés, et des animaux qui y paissaient tranquillement.

St Denis,Aubervilliers

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En face de ces chantiers se trouvaient également des bâtiments neufs ou ayant vu le jour depuis peu d’années. Un étonnant mélange que ces chantiers, ces bâtiments neufs et d’autres insalubres, encore debout mais … pour peu de temps encore.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors j’ai marché, marché. Beaucoup marché, comme lorsque je pars ainsi à l’aventure dans ma ville Paris, ou ailleurs.

St Denis,Aubervilliers

Je suis arrivée dans un autre quartier, lui tout à fait insalubre et entouré d’autres chantiers, d’autres immeubles déjà né depuis peu d’années. Un autre étonnant mélange.
Je me suis promenée dans ce quartier, munie de mon seul petit APN de poche que j’avais pris pour l’occasion, laissant mon 7D au chaud à la maison. J’ai parlé à certains des habitants, d’autres se demandant ce que je pouvais bien faire ici.

St Denis,Aubervilliers

J’y ai vu des maisons  que je pensais vide, à l’aspect pas très engageantes, aux fenêtres pour certaines murées et d’autres laissant passer un voilage effiloché et pas toujours très propre. Une grande majorité sont encore habitées et la plupart par des squatter.
Il y a encore un café/bar qui vivote, tant bien que mal et qui vit aussi probablement ses derniers mois de vie.
Je m’en suis rendue compte car je pensais une habitation vide, je me suis engagée dans l’allée pour aboutir dans une cour ou j’ai aperçu des femmes africaines en train de cuisiner ou de laver du linge .  J’ai fait demi tour et suis repartie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne suis pas mécontente de cette promenade car je ne m’arrête pas ainsi face à une personne qui ne me ressemble pas, qui n’a pas la même culture ou les mêmes intérêts que moi.
Je ne la rejette pas car je ne suis absolument pas sectaire.
Je lui parle et s’il ou elle engage la conversation et que nous échangeons quelques mots je suis ravie 😀

Pour une nouvelle « amie » ….. 😉

3 350/365 – Bataille de Saint-Denis (reconstitution)

Lors d’une journée du mois de juillet de l’an de grâce 2017, j’assistai à une bataille de grande ampleur.
Ecoutez donc mon récit.

Je me trouvais non loin de la Cathédrale de Saint-Denis .
Entendant des chants je me suis approchée de celle-ci pour voir des combattants en arme en sortir et se rassembler (selon les armées auxquelles ils appartenaient),  sur le parvis.

Bataille de Saint-Denis

Des échauffourées commencaient ; les armées différentes se provoquant avant la bataille qui allait bientôt avoir lieu.
Un instant prise entre deux combattants je pu m’en échapper et ainsi rejoindre le flot de gens allant assister au futur combat

Bataille de Saint-Denis

Les différents corps d’armée se préparèrent chacun de leur côté et selon leur façon de faire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Deux chefs d’armée luttèrent ensemble , mas le plus féroce, le plus sanguinaire eut gain de cause et clama haut et fort sa victoire sur l’ennemi !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un ménestrel (même si la bataille de Saint-Denis eut lieu en 1567 et que les ménestrels c’était la période du moyen-âge 1401/1500 et que -en principe- il n’y en avait plus  >>> on s’en fou  😀 ) ; s’est alors avancé sur le terrain de bataille (vide pour le moment) et,  étant là pour encourager les troupes qui allaient maintenant toutes s’affronter entama une série de douces mélopées ennivrantes .

Bataille de Saint-Denis

Les combattants furent acharnés les uns envers les autres et utilisèrent au mieux leurs armes.
Certains demandèrent grâce, pitié, pitié …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des samaritains arrivèrent (si si , ils existaient surement à cette époque ! )
Ils demandèrent la paix entre tous, pour le bien de tous.

Bataille de Saint-Denis

La paix décrétée, les différents corps d’armée se rassemblèrent et se mélangèrent pour une photo de groupe.

Bataille de Saint-Denis

Euhhhh des photographies à cette époque et,  des photographes ?
Ben oui. Sinon, chère lectrice, cher lecteur ; comment aurais tu pu les visionner ? 😉

D’ailleur ; la photographe fatiguée de sa journée passée à Saint-Denis, s’en alla prendre le métro (je vous assure que le métro existait déjà à cette époque) pour rentrer se reposer dans son chez-elle.