3 283/365 – Jour de neige en Ariège en ce 02 avril 2022

Ces 2 et 3 avril dernier, nous avons eu un bel épisode de neige en Ariège.
Une belle occasion d’aller se promener et de ramener quelques images toutes simples. En voiçi une -sur la série- .
La maison me plait, me plait beaucoup et elle est vide. Lorsque j’aurai l’occasion de voir les proprietaires (leur maman a perdu la vie récemment) j’irai leur rendre une petite visite …. en gardant la tête sur les épaules, ne pas « rêver » si c’est vraiment impossible financièrement pour moi.

02 avril 2022 neige en Ariege

Dans la nuit du samedi au dimanche il a neigé, une fois encore et toute la matinée c’était une véritable tempête de jolis flocons.
Tout a fondu dans l’après-midi et aujourd’hui il fait chaud comme c’est pas permis.

3276/365 – Quotidien – L’hiver en Ariège après la crue

Il y a une dizaine de jours nous avons connu en Ariège une période de fortes pluies.
Dans ma région il a plu sans discontinuer durant presque 3 jours. Cela avait commencé durant la nuit puis sans cesse de l’eau qui tombe du ciel, encore et encore.
De ma fenêtre je regardais la rivière Ariège qui heureusement restait dans son lit mais gonflait, gonflait.
Durant ces trois journées je suis restée cloîtrée à la maison, comme pas mal de gens aussi. Ne sortaient que celles et ceux qui avaient vraiment quelque chose à faire à l’extérieur ou y étaient forcés pour se rendre à l’école ou au travail.
Ayant pas mal d’occupations à la maison , cela ne m’a posé aucun problème mais sortir , cela aurait signifié une fois rentré chez soi, se mettre dans la machine à essorer à 1200 tours minutes (rires)

Bon, après ces évènements, et comme depuis une bonne semaine il fait vraiment grand beau chez moi (soleil, ciel d’un bleu incroyable mais froid, tres froid … c’est l’hiver quoi !), dimanche matin je suis sortie à la fraîche pour une promenade de deux bonnes heures. (un pot au feu que j’avais confectionné la veille m’attendrait pour me réchauffer).

Le petit ruisseau qui avait occasionné une belle crue à une dizaine de minutes de chez moi était bien sage.  Une jolie lumière descendait sur lui.

l’hiver en Ariège après la crue

3 272/365 – Ariège-Quotidien- Promenade vivifiante

Après une trop longue semaine de temps couvert, humide,brumeux,maussade et à rester à la maison (hormis une sortie réellement nécessaire), depuis hier il fait un temps réellement splendide.

Mes jambes réclamant de bouger je me dis que je passerais en vitesse au jardin pour voir si on m’a bien apporté les deux ou trois seaux de sable ; que j’y resterais pour un petit bricolage (besoin de clouer des planches dans le mini cabanon que j’ai construit avec des palettes de récupération, une tôle récupérée et des tuiles récupérées elles aussi ; puis que je ferais peut-être une promenade au grand air.
Il fait superbe mais frais, vraiment très frais . Mais le temps est sec,  la matinée sera superbe, je le sens , et je vais m’amuser.

Après avoir traversé le hameau et dépassé le petit chateau j’entamme la montée à travers le petit bois et en profite pour ramasser un grand sac de feuilles mortes que je mettrai sur le tas de compost. Les branches de noisetiers (gourmands et autres) je viendrai en couper un autre jour pour ne pas me surcharger (et porter tout cela durant pres de 1 km encore …)C’est avec plaisir que je respire le parfum des feuilles mouillées par la météo de cette dernière semaine, que je regarde à travers les arbres ce ciel qui commence à devenir de plus en plus bleu.
Faire attention surtout à ne pas glisser. Ce sentier a dû être pavé il y a bien des années et des pierres apparaissent encore ici où là, recouvertes par de la terre et des débris végétaux déposés au fil des années .

C’est en même temps que le marchand de sable que j’arrive sur mon terrain et je réceptionne donc deux grands seaux que je m’empresse de mettre sous abris dans mon mini cabanon.
Après avoir effectué mon bricolage, je m’enfile une tasse de café noir encore bien chaud pour avoir l’énergie nécessaire de repartir
Mais avec ce paysage devant les yeux, quel plaisir de marcher .
Je traverserai la prairie pour rejoindre le chemin qui passe derrière les bâtiments de ferme (non visibles sur la photo) et j’ai bien envie de faire connaissance avec le petit chemin des bergers pour rejoindre une petite route que je connais tres bien maintenant (et qui est un des deux trajets que j’emprunte pour me rendre ua jardin).
Mon bâton m’est fort utile, la marche en montée est moins fatigante pour le coeur (qui cogne assez fort par moment) et est utile également pour ne pas tomber.

Comme dans une propriété non loin d’ici, ici aussi dans cette prairie les cochons (sangliers) sont venu faire des dégâts et remuer la terre pour rechercher des verres de terre ou autre Le chemin de berger au départ est un sentier de prairie , tout ce qui est de plus banal et normal ; il laisse le passage pour une voiture . Ce n’est que plus loin, juste après le tournant que le chemin devient un petit sentier  … de berger . Absolument pas plat du tout, pentu, ne laissant la place que pour une personne et il faut bien fair eattention où mettre les pieds, on peut glisser, se tordre le pied ou autre si on ne marche pas avec attention.
Photographié ici sur la fin et au moment où l’attention peut se relâcher.

 

 

Et ce ciel si bleu …..

Je remarque avec plaisir un néflier mais celui-ci se trouvant sur un terrain pentu il me serait préjududiciable de tenter d’en cueillir. Je ferai donc le tour dans la prairie qui est encore gelée par endroits pour voir si la cueillette de ce côté est possible. Mais je désenchanterai et ne me régalerai pas de ces fruits

 

 

Avant d’emprunter la petite route goudronnée qui me ranènera à la maison, je décide de faire un petit détour vers la rivière et l’endroit où il y a une quinzaine de jours j’ai vu une biche. Peut-être aurais je encore de la chance d’en voir.
Je ne me lasse pas de regarder cette nature que j’aime particulièrement en automne et lorsque la saison est déjà plus qu’entammée et me rappelle que l’hiver n’est plu très loin.  On respire enfin et lorsque le temps est sec , c’est vraiment un réel plaisir d’aller vagabonder

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors, je me pose sur mon bâton et j’attendrai quelques temps pour voir si les biches arrivent plus loin à l’orée du bois, là où se trouve une prairie en contrebas de la route qui traverse la montagne.
Il doit y avoir des chasseurs aujourd’hui car plusieurs fois le long de ma promenade j’ai entendu des tirs.  J’espère voir les biches sauves pour les contempler je l’espère une autre fois.

Maintenant il ne me reste plus que quelques centaines de mètres avant d’être chez moi. Je fais un petit détour pour voir si les chevaux sont en pâture.
Une des prairies est occupée par une jument poulinière et son poulain.


Avec de nombreuses autres juments , elle a passé l’estive en « haut » et passera maintenant l’hiver ici, et comme l aplupart sans abri (l’année dernière j’ai vu les poulains couchés dans la neige avec leurs mères respectives).
J’ai questionné un des fermiers qui me dit que si ils les rentrent, en hiver lorsqu’ils devront les sortir elles auront froid.

C’était une matinée ordinaire dans mon quotidien ici en Ariège

Catherine
Ariège 19 novembre 2021

 

3 269/365 – Ariège premiers frimas

8h45 ce matin, les premiers froids sont là. Je traverse le hameau pour me rendre au jardin, longe la prairie « aux poiriers » (j’ai échangé des chataîgnes contre des poires chez le vieux monsieur) et l’herbe est bien blanche par endroits déjà.
Le genre de temps que j’adore, ensoleillé mais frais.

premiers frimas

Je continue vers le petit château, passe sous les deux vieux noyers puis emprunte la « servitude » à travers le petit bois. Un sentier couvert de feuilles mortes et des chataîgniers où j’ai fait plusieurs merveilleuses récoltes de fruits vraiment gros.
Travail au jardin de bon matin ; terminer de faire une petite barrière protectrice pour mes plantations d’oignons rouges et échalottes qui seront protégées du vent et du froid, enlever les pieds de maïs, terminer de rassembler ce qui reste de compost pour le parsemer sur mon terrain , ainsi Daniel pourra passer le motoculteur et les déchets seront enfouis pour nourrir la terre.

ps ; tout va bien mais mais toujours aussi bien occupée ce qui me laisse peu de temps pour passer ici.
Les deux minettes vont bien aussi, Mrs Patmore est sortie de sa coquille et joue énormément. Je peux commencer à lui donner quelques furtives vraies caresses sur le dos (mais pas trop). Quelques clashs entre elles deux, tout ce qui a de plus normal mais elles ne jouent pas ensemble (sauf si c’est pour coincer (l’autre) , l’empêcher de passer ou alors lui coller une tape (tout ce qu’il y a de plus amical bien sur ….. )

Ce site continue, peut-être un petit peu différement, peut-être sous forme de « journal » …. wait and see.
Faites attention à vous et j’espère à bientôt.
Je ne vous oublie pas.

Ariège 24 octobre 2021

3 243/365 – Ariège trois arbres penches, Ariege three leaning trees

Arbre 1 : voilà je me penche
Arbre 2 : encore un peu plus
Arbre 3 : moi je ne me penche pas plus sinon je ne pourrai plus me relever

Les trois arbres ensemble : bienvenue à la nouvelle arrivante en Ariège

trois arbres penches

 

3 240/365 – Ariège, deux petits bergers, two little shepherds

Début d’après midi, envie d’une promenade.
Je regarde le ciel ; des nuages , couvert mais rien d’alarmant. Je décide d’aller me promener.
Aujourd’hui je vais vers ce chemin que j’ai déjà emprunté par deux fois , mais j’irai plus loin encore.
Je marche lentement dans la montée, continue d’aller à la découverte mais ne désire pas trop m’égarer car le temps peut vite changer ici.
De chez moi jusqu’à la caserne des pompiers (qui se trouve près des jardins ouvriers), je mets une demi heure à mon aise.
Sur le retour je fais une très belle rencontre. Une chèvre puis un troupeau entier de chèvres et de moutons.
Deux bergers, deux enfants qui la journée entière se promènent avec les chèvres, les moutons et les deux chiens.
Nous entamons une conversation et ils m’expliquent donc qu’ils passent la journée à les faire paître. Elles sont mieux dehors qu’à l’étable puis, le lait des chèvres est meilleur aussi
Je leur pose alors une question car j’ai vu que le bélier porte un tablier sous son ventre ; c’est pour qu’il ne fasse pas sans cesse des petits. Le tablier freine la ….(vous voyez bien ce que je veux dire ….. 😀 ).
Une merveilleuse après-midi, vraiment

deux petits bergers

 

 

3 632/365 – Noisiel en bord de Marne

Durant les journées du Patrimoine 2018 je suis retournée visiter l’ancienne chocolaterie Menier , devenue le siège de Nestlé France.
Mais, avant de vous montrer les photographies de cette architecture particulière, les détails des machines etc … laissez moi vous faire voir l’endroit où, après ma visite à l’ancienne chocolaterie, je suis allée faire une pause pic nique et recharger mes batteries.

Je me suis dirigée vers les anciennes écuries en bord de Marne et j’ai avisé un endroit agréable et un petit peu d’ombre, avec des barques (visiblement peu utilisées).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

3 569/365 – Paris, Jardins de Bagatelle, visite guidee

Nous sommes en 1775, le Comte d’Artois , frère de Louis XVI et futur roi Charles X acquiert un domaine en piteux état au coeur du bois de Boulogne.
A la révolution son domaine lui est confisqué puis est laissé à l’abandon, mais il réussit à le récupérer !
1905 (il s’en est passé du temps), la ville de Paris rachète le domaine.
Samedi 21 avril 2018 … je m’y promène

… résumé de 243 ans d’histoire en 5 lignes   😀

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 563/365 -Paris, Jardins de Bagatelle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On peut presque se perdre dans ces jardins … ou mettre du temps avant de retrouver le chemin de la sortie (les jardins sont grands et il existe plus d’une entrée).  Si on va vers la mauvaise on a de fortes chances de devoir retraverser tout le jardin.
Après pas loin de trois heures d’errance dans ces jardins, je recherchais la sortie vers la grille d’honneur (celle par où je suis arrivée) et je me suis retrouvée à l’opposé.
Pour mon plus grand bonheur car j’ai vu cette vue et cet arbre ❤

N’hésitez pas à aller passer la journée entière dans ces jardins.
Après votre promenade, vous pourrez dans un environs proche soit :
* aller à l’hippodrome de Longchamp qui vient de réouvrir (n’hésitez pas à consulter le calendrier des courses)
* vous rendre à la Fondation Luis Vutton (personnellement je déteste cette architecture et désolée … trouve cela très laid) !
* vous jouez au golf ? Vous aurez le choix entre le golf du bois de Boulogne et celui du Polo de Paris
* le musée Marmottan Monet vous attend également
* un autre jardin, différent se trouve pas très loin, le jardin d’acclimatation réouvrira ses portes au mois de juin.

Pour vous y rendre en transport en commun de Paris :
Le plus simple est de rejoindre la Porte Maillot par le Métro de la ligne 1 (la jaune), puis de prendre le bus n° 244 et de descendre quelques arrêts plus loin à l’arrêt Bagatelle-Pré Catelan (flèche bleue sur le plan).

plan d’accès jardins de Bagatelle

Un autre genre d’activité que vous ne manquerez pas de remarquer le long de l’avenue de longchamp et dans les bois environnants est, comment dire …… celui de rencontres expresses et monayées …..