3 387/365 – Château de Versailles,les appartements de Mesdames,Cabinet intérieur de Madame Victoire (5)

Avant de débuter la visite, voiçi ci-dessous les liens des quatre premières parties du reportage.
Les liens sont en vert et en gras, il vous suffira de cliquer dessus.
>>>   1ère partie – première antichambre de Madame Victoire

>>>  2ème partie – seconde antichambre ou pièce des Nobles de Madame Victoire   

>>>  3ème partie – grand cabinet de Madame Victoire

>>>  4ème partie  –  chambre de Madame Victoire

Cette pièce est une partie de ce qui fut « le vestibule dorique de l’appartement des bains » qui fut séparé en trois pièces vers 1724.
Derrière les boiseries de ces pièces il reste deux rangées de colonnes en marbre de Rance 
* les boiseries ont été sculptées par Jules-Antoine ROUSSEAU en 1767 sur des dessins de Ange-Jacques GABRIEL, pour Madame Sophie.

Les appartements de Mesdames , Cabinet intérieur de Madame Victoire , Chateau de Versailles

* la « table à écrire » , en acajou et bronze doré, à plateau de marbre blanc, a été faite par LEVASSEUR vers 1785,  pour Mesdames, au château de Bellevue.
* le secrétaire à cylindre en acajou , bronze doré et marbre blanc, a été fait vers 1789 par Etienne LEVASSEUR
* la pendule en bronze doré et marbre vert de mer. Bronze par OSMOND , mouvement par LECOEUR, vers 1770
* l’écran de cheminée en hêtre sculpté et doré est attribué à Georges JACOB vers 1780
* le bureau en placage de bois d’amarante, de rose et de sycomore et bronze doré proviendrait des appartements de Marie-Antoinette à Fontainebleau vers 1775.

Je vous propose de voir une partie de cela dans le diaporama  ci-dessous. Diaporama dans lequel vous pourrez admirer la finesse des broderies des rideaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Suite dans quelques jours.
Merci de la visite et … n’oubliez pas le guide 😀

Publicités

3 382/365 – Château de Versailles,les appartements de Mesdames,Chambre de Madame Victoire (4)

Avant de débuter la visite, voiçi ci-dessous les liens des trois premières partie du reportage.
Les liens sont en vert et en gras, il vous suffira de cliquer dessus.
>>>   1ère partie – première antichambre de Madame Victoire

>>>  2ème partie – seconde antichambre ou pièce des Nobles de Madame Victoire  

>>>  3ème partie – grand cabinet de Madame Victoire

Aujourd’hui nous passerons par la chambre de Madame Victoire.

Dans cette pièce, avant qu’elle ne devienne la chambre de Madame Victoire, il y a eu 12 colonnes de marbre.
Cette pièce fut l’antichambre ionique de la chambre des bains, seconde antichambre du Comte de Toulouse, puis de Madame de Toulouse, puis de Madame Adélaïde.
En 1767 elle fut la chambre de Madame Sophie et par après celle de Madame Victoire.

Les appartements de Mesdames, Chambre de Madame Victoire, Chateau de Versailles
  • les peintures sont de Jean Marc NATTIER.
  • l’impériale de lit est en bois de hêtre sculpté et doré.
  • le tapis « aux armes de France couronnées » est de la Manufacture de la Savonnerie. Le tissage est de la seconde moitié du XVIIIème siècle et d’un modèle dessiné par Pierre Josse PERROT en 1738 pour la salle à manger du château
  • deux fauteuils à la Rene et à châssis en hêtre sculpté et doré sont attribués à Jean-Baptiste 1er TILLIARD, vers 1740. (ils proviennent d’un don de Monsieur Antenor Patino.

D’autres détails dans le diaporama ci-dessous

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai aimé les tapisseries du lit et des divers fauteuils que je trouvais très frais.

A bientôt pour la suite de la visite.
N’oubliez pas la guide 😉

3 379/365 – Château de Versailles,les appartements de Mesdames,Grand Cabinet de Madame Victoire (3)

Pour la troisième partie de notre visite au Château de Versailles, nous visiterons le Grand Cabinet de Madame Victoire.

Les deux premiers parties du reportage se trouvent ici ,  clic sur le lien en vert et en gras ici :
<<<<   1ère partie – première antichambre de Madame Victoire

<<<<  2ème partie – seconde antichambre ou pièce des Nobles de Madame Victoire

Je vous a vais laissé une demi fesse posée sur un siège
Pour débuter la visite je vous propose un autre siège, vous pourrez ainsi vous y asseoir à votre aise 😀

Les appartements de Mesdames, grand cabinet de Madame Victoire, Chateau de Versailles

Originellement la pièce avait pour destination première d’être le cabinet octogone de l’appartement des bains de Louis XIV. Cette pièce était composée de marbres, de sculptures et de peintures.
En 1763, Mesdames voulurent changer le décor qu’elles trouvaient démodé.
Il ne reste plus grand chose des transformation. Seules des boiseries et la cheminée .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci de la visite et … n’oubliez pas le guide 😀

3 374/365 – Château de Versailles, les appartements de Mesdames, seconde antichambre ou pièce des nobles de Madame Victoire (2)

Nous voici au second épisode de ma visite au château de Versailles.
Avant de la commencer et pour celles et ceux qui auraient envie de revoir la 1ère partie, la voiçi : clic sur le lien en vert et en gras ici : <<<<  1ère partie de la visite – première antichambre de Madame Victoire

Lors de ma visite je m’intéresserai le plus possible aux détails des tissus, des meubles. Donc il y aura pas mal de gros plans durant les nombreuses publications du reportage, mais également des photographies lambda des pièces  (quand je pourrai ne pas photographier les nombreux visiteurs).

Avant d’être la seconde antichambre de Madame Victoire, cette pièce a connu plusieurs autres destination.
Il faut l’imaginer sol et mur en marbre lorsqu’elle fut une salle de bain, puis elle fut chambre du Comte de Toulouse , puis de la Comtesse de Toulouse. Par après elle fut occupée par Madame Adélaïde puis enfin par Madame Victoire.

Les appartements de Mesdames, seconde antichambre ou pièce des nobles de Madame Victoire, Château de Versailles

On remarquera au dessus des portes des tableaux. Ils ont été peints par Oudry, pour le dauphin et représentent des fables de la Fontaine.

Le tapis est de la manufacture royale de la Savonnerie (1761).

Cette pièce est très claire et je suis étonnée, alors que je n’aime pas particulièrement la décoration « chargée », de trouver que celle-ci n’est pas désagréable. Mais la pièce est grande et il y a des larges pans de purs et plafonds blancs.
Un tres grand paravent (1710/1715), d’après Blain de Fontenay , de la Manufacture de la savonnerie

Paravent de la Manufacture de la Savonnerie – Les appartements de Mesdames, seconde antichambre ou pièce des nobles de Madame Victoire, Château de Versailles

Une portière de Mars, tapisserie de la Manufacture des Gobelins, d’après un dessin de Charles Le Brun, pour la manufacture de Maincy (vers 1660).

Portière de Mars,tapisserie de la manufacture des Gobelins – Les appartements de Mesdames, seconde antichambre ou pièce des nobles de Madame Victoire, Château de Versailles

Très bon article et documentation sur la manufacture des Gobelins, clic sur le lien en gras et en vert : >>>>  Manufacture des Gobelins

Il y a beaucoup de pièces au château, mais je n’ai pas tout visité non plus.
D’autres pièces, dans d’autres reportages  … plus tard.

Merci de votre visite et , suivez le guide 😀

3 372/365 – Château de Versailles, les appartements de Mesdames , première antichambre de Madame Victoire (1)

Un bien long reportage qui attendait sagement depuis le mois d’août.

Cela faisait des années que je voulais y entrer, cela faisait des années où de temps en temps je venais à Versailles puis cela m’a prit un beau matin du mois d’août et avec un itinéraire dont je n’avais pas pensé qui de surplus est largement plus facile pour m’y rendre et beaucoup plus court.
Je ne sais pas pourquoi auparavant je m’évertuais à partir de la gare Saint Lazare alors qu’il me suffisait de prendre le bus 62 jusque Javel (10 minutes à peine de bus) puis de prendre le RER. En 40 minutes à tout casser et avec de la chance j’y suis.

Si souvent j’ai hésité à y aller c’est que je ne vouais absolument pas voir l’intérieur du château de Versailles avec des expositions d’art moderne.
Je ne dénigre absolument pas cet art mais j’ai beaucoup de mal à imaginer Louis et consort mélangés à cet art là !

Coup de bol on va dire ; grâce à mon formulaire de gratuité d’entrée pour les monuments et musées nationaux (on peut dire que « le malheur du rsa a du bon de ce côté »), je n’ai pas eu à faire la queue (qui de surcroît n’était pas longue) et j’ai ainsi pu passer devant tout le monde, montrant le précieux sésame  aux gardiens.

J’ai traversé une cour pour entrer dans un aile centrale  du château appelée « les appartements de mesdames ».

Situés au rez-de-chaussée , à partir de 1752 les six filles de Louis XV y ont élu domicile. Adélaïde et Victoire, qui ne se marièrent pas y vécurent plus longtemps. Elles y ont habité jusqu’au moment de la révolution.
Louis-Philippe les a complètement transformés, puis le XXème siècle ces appartements ont retrouvé leur éclat et origine d’antan avec les meubles et les sièges de provenance royale.

Nous commencerons la visite avec la première antichambre de Madame Victoire
Autrefois elle fut cabinet des bains de Louis XIV,
puis de 1692 à 1724 cabinet intérieur du Comte de Toulouse
puis de 1724 à 1750 cabinet intérieur de la comtesse de Toulouse,
puis de 1752 à 1753 cabinet de Madame Adélaïde,
puis de 1755 à 1767 chambre de Madame Sophie,
puis en 1769, première antichambre de Madame Victoire.
On y accède par un grand hall carrelé de grandes dalles noires et blanches, des colonnes de marbre et statues décorent l’endroit avec grâce.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est au niveau de la galerie basse, quelques marches plus bas, que nous allons entrer dans les appartements de Mesdames en commençant par l’antichambre de Madame Victoire.

Les appartements de Mesdames, galerie basse, Chateau de Versailles

A vrai dire, je ne m’y suis pas attardée bien longtemps. La visite promettait d’être longue.
Je me suis attardée sur un petit coffre richement décoré et sur du mobilier

Les appartements de Mesdames, première antichambre de Madame Victoire, Chateau de Versailles

Mais rassurez vous ; le manque de photographie de ce premier reportage sera largement récompensé par des jolies vues et mobilier qui , j’en suis certaine, en ravira plus d’une (je ne pense à personne particulièrement 😉  )

En attendant, posez donc une demi fesse sur ce siège confortable 😀

Les appartements de Mesdames, première antichambre de Madame Victoire, Chateau de Versailles

3 354/365 – Eglise Saint-Médard de Noisiel

Une petite Eglise devant laquelle je passe de temps en temps.
Une longe allée bordée d’arbres se dessine pour y arriver.
Les messes n’y sont plus dites aussi souvent qu’avant.
Une cité ancienne ouvrière se trouve dans les environs proches.

Eglise Saint-Médard de Noisiel

Pour la petite histoire, voici ce que dit le panneau :
 » le première Eglise de Noisiel, dédiée à Saint-Médard est édifiée sur les terres du prieuré de Gournay.  Détruite au cours des guerres de religion, au XVIème siècle, elle est rebâtie en 1602 par Jean du Tremblay, premier seigneur laïc de Noisiel, puis agrandie en 1670 par Yves Mallet, seigneur du Luzard. A la révolution, l’église est désaffectée puis détruite, si bien qu’en 1851 les habitants de Noisiel n’ont plus de lieu de culte. En 1856, le duc de Lévis fait construire l’Eglise actuelle. Emile Menier exclut la religion de son projet social et édifie la cité ouvrière à distance de l’église, fréquentée occasionnellement par les ouvriers.  »

Cette église est de style néo-romane.

3 343/365 – Grand Trianon, chambre de l’Impératrice, salon de la Chapelle, Château de Versailles (2)

Aujourd’hui pour la deuxième partie de la visite, nous continuerons la visite par la chambre de l’Impératrice et le salon de la Chapelle (1 seule photographie pour lui).

La 1ère partie de la visite se trouve ici , cliquez sur le lien en gras et en vert ici : >>> 1ère partie de la visite

La chambre de l’Impératrice Marie-Louise était auparavant la chambre du roi Louis XIV.
Créée en 1691 à l’emplacement de quatre petites pièces de buffets et destinée à Louis XIV, puis au grand Dauphin. Au XIXème siècle , elle fut affectée à Madame Mère, puis à l’Impératrice Marie-Louise, et enfin à la reine Marie-Amélie. Celles-ci conserva une partie du mobilier impérial qu’elle fit compléter.
Sous l’Empire la chambre a été divisée pour former une chambre plus petite et un salon qui a servi à l’Impératrice.

Grand Trianon chambre de l’Impératrice

Le lit fut celui que Napoléon avait aux Tuileries et celui dans lequel mourut le roi Louis XVIII, frère de Louis XVI, en 1824.
Il est en bois doré et baldaquin par JACOB DESMALTER , livré en 1809 pour Napoléon 1er aux Tuleries, puis modifié pour Louis XVIII qui y mourut en 1824.
Apporté à Trianon et élargi pour Louis-Philippe et Marie-Amélie, le dossier porte le chiffre LP couronné.

Grand Trianon chambre de l’Impératrice

On remarquera de part et d’autre du lit royal des colonnes corinthiennes.
Le mobilier est dû à l’ébéniste MARCION. (sièges, pommier, bergère, six fauteuils, douze chaises, un tabouret de pieds et un écran).
La balustrade est en bois peint et dorée par MARCION – 1810 –
Deux somnos (table de nuit) en frêne par ALFONSE JACOB DESMALTER – 1837 –
Table dite de famille (table circulaire)
etc, … etc … etc …

J’ai été en admiration devant les couleurs vraiment pétantes flamboyantes aux yeux .
La première chose que j’ai remarqué en entrant dans la pièce fut ce canapé, rose fushia , vif, très vif que j’ai adoré, vraiment !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Passons dans le salon de la Chapelle.
Je n’ai fait que de le traverser mais je m’y arrêterai plus en profondeur lors d’une prochaine visite.

En 1692, il fut transformé en antichambre lors de l’installation de Louis XIV.

Grand Trianon salon de la chapelle premier salon de l’Impératrice

J’espère que vous avez aimé la visite de ce jour.
Je vous dis à dans quelques jours, une semaine, pour la suite de la visite et d’autres couleurs oh combien chatoyantes 😀

3 342/365 – La Samaritaine 23 mai 2013

Lors de mon arrivée à Paris en juin 2004 je me souviens m’être rendue à la Samar. Je n’avais malheureusement pas d’appareil photo avec moi et n’étais pas (encore) au courant qu’elle allait définitivement fermer ses portes très peu de temps après et je n’en garde que de très vagues souvenirs.

En 2013, lorsque je travaillais encore pour un service photo de la Mairie de Paris j’ai eu le bonheur de devoir travailler sur un « dossier » Samar et j’ai pu voir toutes les photographies prises à l’iintérieur, avant le début des grands travaux tant décriés.

J’ai essayé tant bien que mal moi aussi de pouvoir m’y rendre et de prendre moi aussi des photographies de cet intérieur si particulier ….
N’ayant pas reçu d’autorisation je me suis tout de même rendue sur place, un jour du mois de mai 2013 pour prendre beaucoup, mais vraiment beaucoup de photographies des facades extérieures avant qu’elles ne soient bâchées, et de pouvoir garder un souvenir de cette architecture que l’on aurait aimé pouvoir garder …..

En voici une … d’autres viendront, plus tard, compléter le dossier SAMAR de ce site.

La Samaritaine 23 mai 2013 tous droits réservés ©yoshimiparis photographie

3 339/365 – Grand Trianon, boudoir de l’Impératrice,salon de Madame Mère -dit salon des Glaces- Château de Versailles (1)

Durant les vacances – qui ne sont  pas terminées – , j’ai effectué quelques visites de château et j’ai le plaisir de commencer les publications faites lors de mes promenades durant ces deux mois de vacances.

Nous commencerons aujourd’hui une première série sur le château de Versailles et plus précisément sur le grand Trianon. C’est Jules Hardouin Mansart qui en entreprend sa construction en 1687 sous l’oeil personnel du Roi !
Il est classé MH en 1862 et déclaré Patrimoine Mondial en 1979 !

Sous le 1er Empire, en 1804, Napoléon 1er fait complètement amménager le Grand Trianon pour y habiter à la belle saison.
Après la révolution 1789/1799, les tableaux et collections de peintures sont transportées au Louvre et le mobilier vendu aux enchères et complètement dispersé.

Avant de commencer la visite, regardez donc cette vidéo issue de la chaîne youtube Château de Versailles., pour vous présenter le domaine.
J’y ai appris que c’est Louis XIII en 1629 qui fit bâtir un petit pavillon de chasse.
Petit pavillon de chasse qui a bien évolué … 😀
Regardez, c’est étonnant l’évolution que cela a prit et les modifications apportées par la suite.

Pour l’heure, nous nous intéresserons au Grand Trianon.

Je ne l’ai pas visité en entier lors de mon passage, mais j’y retournerai une autre fois. En automne plus que probablement ou alors en hiver, lorsqu’il y aura moins de monde et que je serai donc moins « gênée » pour mes prises de vue. Lorsqu’il y aura surtout une jolie lumière rasante  ❤

Grand Trianon

Le Grand Trianon ne portera ce nom qu’après la fin de la construction du Petit Trianon . Mais le Grand Trianon est aussi surnommé le Trianon de marbre. Le marbre rouge utilisé est du marbre rouge du Languedoc.
Il était surtout le château personnel du roi Louis XIV – Versailles étant le château réservé à la Cour- .
Ce château est composé de deux ailes ; l’aile Nord et l’aile Sud.

Je vous propose de le découvrir avec moi et … mon regard si personnel sur les choses qui m’entourent 😀

Empruntons ce corridor des gravures baigné d’une lumière royale (bonjour à Stéphane Bern) 😉 …

grand trianon, corridor des gravures

…  pour arriver devant le boudoir de l’Impératrice.

Grand Trianon boudoir de l’Impératrice

Ce boudoir fut premièrement le boudoir de Madame Mère, mère de Napoléon , en 1805 puis, celui de l’Impératrice Marie-Louise en 1810.
Cette pièce fut par après rattachée aux appartements que le  roi Louis-Philippe s’est fait amménager dans les cuisines du  Louis XIV.
Cet appartement de Louis Philippe (non visible sur la photo) est aujourd’hui affecté pour la réception des hôtes de marque du Ministère des Affaires Etrangères.
Dans ce boudoir on trouve un canapé à haut dossier avec ses deux bergères, un tapis dit en peau de tigre, un bureau « arc de triomphe », (non visible sur la photographie) et d’autres mobiliers non visibles sur la photo egalement
Le lustre est de style Premier Empire en bronze doré

Nos arrivons au salon des glaces.

Salon du conseil sous Louis XIV, la pièce a conservé  sa corniche et son décor de boiseries de glaces dantant de 1687/1689. Modifié en 1706.
En 1805 il devint le grand cabinet de Madame Mère puis celui de l’Impératrice Marie-Louise.
Cette pièce fut à nouveau utilisée comme cabinet du Conseil sous Louis-Philippe.

Grand Trianon Salon des glaces

Les rideaux sont en Lampas de soie dit Quatre parties du Monde, tissés par PERNON  à Lyon à la fin du XVIIIème siècle pour le grand cabinet de la reine Marie-Antoinette au château de Compiègne, dont une partie fut rachetée en 1805 à Paris (tissage moderne d’apres les modèles anciens)

Ce diaporama nécessite JavaScript.


L’ensemble des sièges livrés en 1805 pour cette pièce par JACOB DESMALTER recouverts de 
 Lampas de soie dit Quatre parties du Monde et destinés à Madame Mère.

Grand Trianon salon de Madame Mère – salon des Glaces

En levant la tête on pourra admirer de jolis angelots gravés

Grand Trianon salon de Madame Mère – salon des Glaces

Nous continuerons la visite d’ici quelques jours, une semaine,  si vous le voulez bien.
J’ai plutôt l’intention d’effectuer mes publications de ma visite faite au Grand Trianon, entre d’autres publications, histoire de ne pas lasser (et de me laisser aussi le temps de les préparer).

A bientôt pour la suite 😀

 

 

 

3 332/365 – Tour Velléda au parc de la maison de Chateaubriand (2)

Tout au long de ces vacances  (qui ne sont pas encore terminées), c’est plusieurs fois que je me suis rendue au coeur de la vallée aux loups et que tout naturellement mes pas on repris le chemin de cette bien jolie propriété de la maison de Chateaubriand.

La tour Velléda se trouve dans le parc la propriété de la maison de Chateaubriand.

tour velléda

C’est dans cette tour que Chateaubriand a installé son bureau et sa bibliothèque. C’est donc en pleine nature, dans un milieu arboré sur le haut de sa propriété que Chateaubriand aimait se retirer une petite dizaine d’heures par jour.

Cette tour ne se visite pas mais lorsqu’on regarde par une des fenêtres on ne peut que rester muet(te) lorsque le regard se promène parmi les  bien nombreux ouvrages sur les dives rayonnages de ce petit ensemble.

Ce diaporama nécessite JavaScript.