188/365 – Tourne la roue

Au mois de mars une amie avait la possibilité d’aller à Grosbois, le fameux centre d’entraînements des trotteurs. Le nec le plus ultra pour l’entraînement des chevaux de courses et pour les entraîneurs, qui y habitent au milieux de leurs écuries plus ou moins grande.
Lorsque mon amie m’a proposé cela je n’ai pas hésité un seul instant et nous avons pu aller nous « promener » tranquillement dans ce fameux centre d’entraînement, mais promettant bien naturellement de laisser les chevaux tranquilles dans les écuries ainsi que de ne pas gêner les promenades ou entraînements que nous pourrions rencontrer.

C’est un domaine immense (pour les curieux, allez voir sur google) , nous n’avions qu’un couple d’heure devant nous mais voulions en profiter pleinement (on ne peut pas rentrer ainsi là bas comme dans un moulin à vent).

Les plus grands entraîneurs y sont, comme de moins connus. Car il y a tout jusqu’à une clinique vétérinaire en cas de pépins, des maréchaux ferrants, des vétérinaires , un magasin d’articles ….

Du côté du gigantesque rond d’entraînement couvert se trouvent d’autres écuries. Je suis allée y faire un tour.

Centre d’entraînement de Grosbois
Mars 2012

Des sulkys sont sagement rangés, encore couverts de boue.
Plus loin, dans une écurie se trouve un tapis d’entraînement, de gigantesques bottes de paille.

Nous nous sommes dirigées vers le fameux ronds d’entraînement couvert. On nous a proposé de faire un tout sur un sulky à deux places.
Je n’ai pas hésité un seul instant et même si bien naturellement c’est un apprenti qui a drivé, j’ai pu faire trois tours de piste (pas au trot de course) mais à un bon trot d’entraînement.
Et croyez moi .. je n’avais plus approché un cheval de près depuis la mort prématurée et difficile de ma jument Milady le 15 septembre 1988.  J’étais aux anges, le sourire aux lèvres .. j’attendais ce « contact » avec un cheval depuis longtemps et même si je ne me trouvais pas sur son dos, mais derrière lui, ce fut un moment extraordinaire.

Il est possible que je puisse y retourner. Grosbois n’est pas si loin de Paris.
Il me faut renouer certains contacts dans le milieu et alors, peut-être bien que …

Publicités