3 097/365 – De Belleville à l’Hôtel du Nord dans le quartier de la Porte Saint-Martin, vers la Place Bonsergent (8)

Hôtel particulier abandonné dans Paris
Hôtel particulier abandonné dans Paris

Derniers moments dans le quartier ;  mes pieds et mon corps ne suivent plus … j’ai toujours faim et il est 14h00 passé !
Dans mon dernier billet je vous avait fait la promesse de vous montrer un hôtel particulier abandonné en plein Paris. Ce n’est pas le premier certes,  et certainement pas le dernier ;  mais lorsque je suis arrivée devant  je n’ai pu m’empêcher de pousser un de mes jurons favoris dans cette occasion (nom de bleu, pu…n de b….l de m…e,  etc …. )
Vous comprenez pourquoi ?  😀

Couvert de graff, des portes anti intrusion … j’ai tout de même fait le tour et aucun moyen d’entrer … c’est donc la raison pour laquelle je n’hésite pas à le montrer 😀

 

Cet Hôtel particulier est de style néo-Louis XII , à façade de brique et de pierre. C’est l’architecte Edouard Singery qui l’a bâti en 1878

Hotel particulier abandonné place Bonsergent
Hotel particulier abandonné place Bonsergent

quartier de la Porte Saint Martin,copie,©Yoshimi-Paris Photographie,I7D_8828 (7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

passage des Marais
passage des Marais

Alors tout juste à sa droite il y a un passage sous un immeuble et une petite ruelle.
Je décide donc de l’emprunter (pour aller voir l’arriere de l’hôtel particulier) puis pour emprunter la ruelle, voir jusqu’où elle mène et ce qu’il y a .
Résultat des courses concernant l’hôtel particulier … aucune entrée arrière.  😀

La ruelle – qui s’appelle Passage du Marais-  a du charme. Etroite, elle permet cependant à une voiture de circuler. L’entrée de style cocher démontre qu’une voiture cochère avait la place d’y passer.
Passage du Marais ; je n’ai rien trouvé comme historique mais le nom Marais me fait penser qu’au dela du passage il devait y avoir … des marais, ou des cultures.

Aujourd’hui nous nous arrêterons sur des details d’architecture, une petite arrière cour, une façade colorée. Une enseigne « machine à écrire » pour laquelle je n’ai pas trouvé de signification (peut-être y a t’il dans cet immeuble ou y a t’il eu un fabricant de machine à écrire).
Tout au bout de ce passage des Marais je tombe sur une enseigne que j’ai vue dans un dossier photo sur lequel je travaillais au service photo de la Mairie de Paris.
C’est un ancien « bain douche » où les habitants dans le temps (encore maintenant aussi) allaient y prendre gratuitement un bain ou une douche, car ils n’avaient pas de salle de bain chez eux, tout simplement . Ou maintenant … dormaient à la rue et ainsi savent rester propre.
Maintenant l’enseigne  et donc les bains douches étaient un ensemble d’Habitations à bon marché et de bains douches municipaux quiont été construits entre les deux guerres. Le revêtement de briques roses, de ferronnerie des années trente a été conservées.
Au bout du passage, j’ai retrouvé quelque part par là la rue Legouvé,  avec des habitations aux façades colorées
Regardez donc cela dans le diaporama ci dessous

J’ai rebroussé chemin pour m’arrêter sur deux petits détails au bout du passage sous l’immeuble. Regardez donc :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est avec une joie immense que je vois que l’entrée du métro est vraiment proche. Je ne sais absolument pas de quelle ligne il s’agit, je verrai sur le plan. Mais je dois absolument m’asseoir .. et me laisser porter par le métro 😀

Voiçi l’itinéraire de la promenade

Itineraire de Belleville à l'Hôtel du Nord
Itineraire de Belleville à l’Hôtel du Nord

Métro 11 : Belleville, Goncourt
Métro 2   : Belleville
Métro 5   : Jacques Bonsergent

Envie de revoir les autres publications de la promenade ?

C’est par ici : cliquez sur les liens en gras.

De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 1
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 2
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 3
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 4
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 5
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 6
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 7

3 092/365 – De Belleville à l’Hôtel du Nord, dans le quartier de la Porte Saint Martin (7)

Rappelez-vous ; à la fin de la dernière publication nous (enfin je …) m’étais arrêtée sur un banc pas loin de l’Hôtel du Nord, histoire de me reposer un petit peu avant de continuer la promenade.

Je me suis positionnée en haut de la passerelle de la Grange-aux-Belles et j’ai regardé tout autour de moi.
Puis … oh ohhhhhhhhhhh

Sur la passerelle de la Grange-aux-Belles, vue sur la rue des Vinaigriers
Sur la passerelle de la Grange-aux-Belles, vue sur la rue des Vinaigriers
passerelle du pont tornat de la Grange -aux-Belles
passerelle du pont tornant de la Grange -aux-Belles

Je vois un mur avec de la couleur, des vieux bien vieux escaliers qui descendent vers une maison Empire et un endroit qui vaut que je … continue ma promenade.
Comment ? Je n’en sais rien ; je ne sens plus mes pieds malgré mes Dr Martens et j’ai toujours faim. Et je suis vraiment fatiguée (pour les « anges » …. qui se gaussent en secret de ma fatigue, elle est due à un grave souci cardiaque qui ne m’empêche cependant pas de vivre mais je dois donc faire des promenades péperes, ce qui ne m’empêche pas de marcher beaucoup)
Le mur coloré se trouve pour un côté ; Quai de Valmy et pour l’autre côté il vous faudra emprunter l’escalier pour vous retrouver quelques marches plus bas dans la rue Jean Poulmarch.
La maison Empire c’est celle du coin au 21 rue des Vinaigriers et 18/21 rue Jean Poulmarch.
On dit d’elle ceci : Maison Empire. Pan coupé orné d’un balcon présentant un beau garde-corps. La maison a conservé à rez-de-chaussée une remarquable grille de bouchon avec un décor de petits pilastres qui bénéficie d’une inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Maison figurant au procès-verbal de la commission du Vieux Paris (séance du 9 janvier 1989).
J’ai par après emprunté la rue Lucien Sampaix pour trouver des facades bien colorées, dignes de se trouver dans le sud de la France 😀
Au n° 24 de la même rue, la porte cochère était ouverte sur une arrière cour d’immeuble pavée.
J’ai fait enfin la connaissance de Tim 😉

Regardez donc tout cela en diaporama

Rendez-vous dans quelques jours pour le dernier article de cette promenade avec un cadeau que je fais pour tous les urbexeurs car hé hé , je les défient d’entrer dans cet Hôtel Particulier, vide, abandonné et qui ne demande qu’à se refaire découvrir …..

Envie de revoir les autres publications de  la promenade ?
C’est par ici : cliquez sur les liens en gras
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 1
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 2
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 3
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 4
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 5
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 6

3 091/365 – De Belleville à l’Hôtel du Nord -Vidange du Canal Saint Martin (6)

La suite de notre longue promenade va nous emmener sur les rives du Canal Saint Martin.
Mais, avant de vous y emmener, je me suis arrêtée sur l’horloge qui est située au coin de la rue du Faubourg du Temple et de la rue Jules Ferry.
Une vieille horloge avec de petits angelots. J’ai cherché des informations sans trouver (cela arrive 😀  )

horloge coin boulevard jules ferry,rue du faubourg du temple
horloge coin boulevard jules ferry,rue du faubourg du temple
horloge coin boulevard jules ferry,rue du faubourg du temple
horloge coin boulevard jules ferry,rue du faubourg du temple

Le Canal Saint Martin a une longueur de 4,55 km et relie le port de l’Arsenal au bassin de la Villette et apres le canal de l’Ourcq.
Si le Canal Saint Martin débute au bassin de l’arsenal, il se jette dans la Seine ou plutôt, c’est l’eau de la Seine qui est déversée dans le canal . Allez y voir c’est intéressant.

Je commence à longer le Canal Saint Martin côté Quai de Valmy et regarde attentivement comment est composée la structure de ce canal. Au moment où j’y suis allée il n’avait pas encore été remis en eau et ainsi, à sec la vue est intéressante.

vidange du canal saint martin
vidange du canal saint martin

Tout d’abord c’est profond et le canal me paraît beaucoup plus large vide qu’en eau.
En arrière plan on apperçoit le pont tournant de la rue Dieu que l’on voit de plus près ici en bas

Pont tournant de la rue Dieu, vidange du canal Saint Martin
Pont tournant de la rue Dieu, vidange du canal Saint Martin
ecluse - vidange du canal saint martin
ecluse – vidange du canal saint martin

Laissez donc porter votre regard sur le diaporama de la suite de ma promenade le long du canal Saint Martin.  On y verra quelques motos rassemblées avant de pouvoir être treuillées sur le quai. On sera sur le pont tournant de la rue Dieu avec cette petite maisonnette sur laquelle graffeurs et colleurs d’affiches  s’adonnent à leur plaisir. Et puis, quelques vues sur cette écluse dont j’ai trouvé intéressant de m’attarder sur des détails en zoomant sur la porte. Tout cela nous montre la grandeur de cette construction qui parait bcp plus petite lorsque le canal est empli des eaux de la Seine.

J’ai alors continué jusqu’au Quai de Gemmapes où je me suis attardée un gros quart d’heure sur un banc.
Je suis déjà en route depuis Belleville, je n’ai rien dans le ventre, j’ai faim  et je suis fatiguée …

Bon ; et l’Hôtel du Nord dans tout ca ?
L’Hôtel du Nord ? Et bien il est là non loi de moi 😀
Allez, je vous poste une vidéo avec une scène mythique du film 😉

Vous désirez voir le film en entier ?
Voilà 😀

 

Aujourd’hui nous sommes le dimanche 24 avril et je suis en pleine programmation. D’ici là,  le canal aura probablement retrouvé son état d’origine et sera  nouveau sous eaux.

Je voudrais tout de même, en diaporama, vous montrer les panneaux indicatifs des travaux et aménagements .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous aurons encore deux publications à voir avant la fin de notre promenade car je n’ai pas pris le métro ici comme je le pensais. J’ai vu quelque chose puis … je ne sais pas comment mais j’ai continué car ma curiosité a été plus forte que tout.

Envie de revoir les autres publications de  la promenade ?
C’est par ici : cliquez sur les liens en gras
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 1
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 2
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 3
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 4
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 5

Protégé : 3 089/365 – De Belleville à l’Hôtel du Nord – le quartier de l’Hôpital Saint Louis et la Cour des Bretons (5)

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

3 087/365 – De Belleville à l’Hôtel du Nord – les quartiers de la Folie Méricourt, de l’Hôpital Saint Louis et de la Porte Saint Martin par la rue du Faubourg du Temple (partie 4)

Dans la rue du Faubourg du Temple j’ai remarqué bon nombre de chantiers.
C’est bien, Paris manque cruellement de logements sociaux

Je rencontrais donc un des ces chantiers, mais ce qui m’a attirée en priorité c’est cet enorme porte cochère en bois. Les deux vantaux étaient ouverts de chaque côté du passage et un grillage fermait l’entrée du chantier. Le long d’un des deux côtés du passage se trouvait la façade d’un immeuble vétuste où j’ai vu s’engoufrer une personne. Auparavent j’etais allée « voir », restant tout de même sur mes gardes et par l’une des portes je troubvais l’endroit glauque à souhait. En ressortant, je rencontre une personne qui cherchais « le chinois » …
Il s’y passe peut-être un petit trafic, des gens y résident peut-être pas tout à fait légalement …
Le chantier qui nous préoccupe à l’instant présent a un joli nom  et s’appelle les terrasses d’Opale.
En préparant cet article je regarde donc sur internet de quel genre de chantier il s’agit. Voiçi  donc : clic sur le lien en vert >>> les terrasses d’Opale

chantier les terrasses d'Opale 83 rue du Faubourg du Temple
chantier les terrasses d’Opale 83 rue du Faubourg du Temple

Toujours dans le quartier de l’hôpital Saint Louis un autre petit chantier

chantier rue du Faubourg du Temple
chantier rue du Faubourg du Temple

Pour ce troisième chantier, faisant l’angle du  43-45 rue du Faubourg du Temple  et de la rue Bichat, l’architecte est Alexandre Chemetoff.
>> lorsque je travaillais encore à la Mairie de Paris, j’ai plusieurs fois vu défiler sous mes yeux des photographies de ses diverses constructions, de visite de chantiers où il apparaissait.

Il y aura 91 logements sociaux, un parking, une crèche, deux locaux commerciaux et un petit jardin.

Obtenir un logement là ? Le bâtiment n’est pas vilain …
L’immeuble sous la maîtreise d’ouvrage de Paris Habitat OPH a fait l’objet d’un concours remporté par Alexandre Chemetoff
J’ai fait deux imprim écran pour montrer l’endroit tel qu’il était au début du chantier en mai 2012 puis un autre imprim ecran qui montre le chantier tel qu’il était en juin 2015

chantier 43-45 rue du Faubourg du Temple
chantier 43-45 rue du Faubourg du Temple

L’endroit tel qu’il était lorsque je suis passée fin mars/début avril 2016

chantier 43-45 rue du Faubourg du Temple
chantier 43-45 rue du Faubourg du Temple
les marcheuses
les marcheuses

Dans ce quartier (même du côté de celui de Belleville au début de notre promenade, il y a des « filles » que l’on surnomme les marcheuses.
Pourquoi donc ? Ce sont pour la plupart des femmes chinoises, africaines,  genre mère de famille, mais leur particularité c’est qu’elles « travaillent » pour ne pas dire autre chose.

 

 

On revient vers l’architecture des bâtiments très différents es uns des autres dans ces quartiers pour nous intéresser à quelques détails.
Une nouvelle petite arrière cour d’immeuble avec une vue sur les vieux es caliers intérieurs en bois. Le Palais des Glaces qui se situe au n°37 rue du Faugourg du Temple.
Visio en diaporama ici.

On remonte au 82 rue du Faubourg du Temple pour lever les yeux sur la facade de cet immeuble. Au niveau du 5ème étage on remarquera que les balcons ont été protégés par des filets.
Ce qui m’interpèle à propos de cet immeuble, c’est que les fenêtres des appartements sont toutes dirigées vers le centre du carrefour … comme c’est etrange, non ?
Je n’ai pas pu trouver une quelconque information sur cet immeuble …

82 rue du Faubourg du Temple
82 rue du Faubourg du Temple

D’autres détails auront attiré mon oeil; comme ce commerce proposant pêle mêle vêtements et chaussures, un volet en bois fermé au dessus d’une petite boucherie de proximité et bien évidemment … d’autres détails d’architecture.

J’avais faim, vraiment tres faim mais pas de sous sur moi et seulement un biscuit en poche … Une porte en fer semble me dire « ouvre moi » … je la pousse et me retrouve dans un restaurant fermé. C’est un restaurant qui propose de la cuisine turque. Il n’y a personne … de toute façon ; je n’ai pas d’argent sur moi. je resterai sur ma faim  ….

Restaurant Sizin,36 rue du faubourg du temple
Restaurant Sizin,36 rue du faubourg du temple

19:12 … samedi soir … je termine en vitesse de programmer cet article. Cela fait pas loin de quatre heures que je suis dessus. Choix des photographies, travail des photographies, travail d’iconographie, recherche d’informations sur internet, ecriture du texte, publication, correction etc, etc, etc … et je suis fatiguée…

A bientôt pour la suite de nos aventures 😉
Je vous ai promit une superbe, mais vraiment superbe tres grande arrière cour d’immeuble. Nous la visiterons 😀

Envie de revoir les autres publications de  la promenade ?
C’est par ici : cliquez sur les liens en gras
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 1
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 2
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>>  partie 3

3 086/365 – De Belleville à l’Hôtel du Nord – le quartier de la Folie Méricourt, le quartier de l’Hopital Saint Louis, le Palais du commerce, par la rue du Faubourg du Temple (partie 3)

On reste toujours dans les deux mêmes quartier aujourd’hui. Celui de la Folie Méricourt et celui de l’Hopital Saint-Louis, en parcourant la rue du Faubourg du Temple.

La porte que l’on m’a ouverte,  la cour où je vous réserve une belle surprise architecturale et gigantesque  … ca ; c’est pour une autre fois.

A l’instant présent je rencontre une porte ouverte qui donne sur une petite arrière cour d’immeuble. Cette porte me dis; viens, n’hésite pas, entreeeeeeeeee …
Alors, comme je suis une personne toujours très obéissante , je rentre !

Et je vois .
Je voisssss … à ma droite se dresse l’immeuble avec à son rez-de-chaussée les fenêtre garnies de grilles en fer forgé.  Il est entre douze et treize heures, les gens sont en cuisine, l’on entend le bruit des casseroles et des plats, les gens qui parlent …

arrière cour d'immeuble, rue du Faubourg du Temple
arrière cour d’immeuble, rue du Faubourg du Temple

Un trottoir et un chemin pavé sépare le bâtiment de vieilles remises. Lorsque je me retourne et vois la porte par laquelle je suis entrée je m’apperçois encore mieux de son étroitesse.

arrière cour d'immeuble, rue du Faubourg du Temple
arrière cour d’immeuble, rue du Faubourg du Temple

Une autre porte ouverte m’invite aussi à entrer (que de gentillesse de la part de ces deux portes …)
Je suis à peine entrée par cette porte là que je vois qui ?
Putain de bordel de merde (je vous prie de m’excuser pour ma vulgarité), mais ce harceleur photographe en manque d’imagination est encore là, il me suit depuis Belleville et la rue Denoyer bordel !
Je lui fais comprendre qu’il n’est pas le bienvenu et en moi même me dit ; mon p’tit vieux, si je te revois encore me poursuivre, tu es loin d’imaginner l’etat dans lequel tu risques de rentrer chez toi…

Maintenant que je suis un peu plus calme, reprenons le cours de notre activité et en l’occurence, cette visite.
Ces vieux immeubles ont des escaliers intérieurs en bois ou autre d’une etroitesse pas possible comparés à nos immeubles modernes. Les marches pour certaines gardent l’emprunte des pas de milliers et milliers et milliers etc … de personnes qui les ont empruntées. On peut voir parfois de vieilles tomettes rouges briques .

tryptique cage escalier rue du Faubourg du Temple
tryptique cage escalier rue du Faubourg du Temple

Je ressors de la cour sans voir cet harceleur …
Plus loin sur la droite je reste bouche bée devant une architecture plus que surprenante pour ce quartier.

Palais du Commerce
Palais du Commerce

Au n°105 rue du Faubourg du Temple se trouve le Palais du Commerce.
Le Palais du Commerce a été construit de 1923 à 1924 par l’architecte Ferdinand Bauguil pour Théo Cremnitz entrepreneur et promoteur de cet ensemble de « magasin » d’exposition. »
A l’époque le bâtiment a abrité une cinquantaine de bureaux et d’ateliers. Il est constitué de deux niveaux ouverts sur des coursives et a été construit en béton armé.Il possede des sols paves de verre et une verrière qui se trouve en fond de galerie.
Au sous sol du bâtiment se trouve un bal musette (à l’époque c’etait un bal musette …) où ont débuté Edith Piaf et Mauri ce Chevalier. Actuellement la Java existe toujours mais disons que le style de musique que l’on y entend est … comment dire … différent.
Depuis 1994 le bâtiment est inscrit à l’inventaire supplémentaire des MH.

Palais du Commerce
Palais du Commerce
La Java
La Java

J’allais ressortir de cette galerie lorsque je vois qui ?
Ben tiens donc  … le harceleur. Je le vois sortir d’une petite arrière cour d’immeuble et il regarde dans tous les sens, il semble perdu et me chercher ….
Cachée derrière un mur , je me gausse littéralement de cette panique qui semble le gagner. Je le laisse me devancer de loin et … je vais de ce pas me diriger vers l’endroit d’où je l’ai vu sortir.
Ce n’est rien de moins qu’une toute toute petite cour d’un vieil immeuble où j’ai vu du linge « prendre l’air ».

Arrière cour d'immeuble vétuste, rue du Faubourg du Temple
Arrière cour d’immeuble vétuste, rue du Faubourg du Temple

Si vous le voulez bien nous allons remonter la rue du Faubourg du Temple  (si vous êtes fatigués ou fainéant,  vous pouvez utiliser google map 😉 , ce sera peut -etre plus  rapide) car j’ai oublié de vous montrer quelque chose.
Voyez plutôt : je m’etais arrêtée au niveau du 106 rue du Faubourg du Temple et de la rue Robert Houdin. L’architecture mérite que l’on s’y arrête pour regarder.

106 rue du Faubourg du Temple
106 rue du Faubourg du Temple

C’est fini pour aujourd’hui …
Prochaine épisode de cette promenade dans quelques jours ?

Envie de revoir les autres publications de  la promenade ?

C’est par ici : cliquez sur les liens en gras
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>> partie 1
De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>> partie 2

 

3 084/365 – De Belleville à l’Hôtel du Nord – le quartier de la Folie Méricourt, le quartier de l’Hopital Saint Louis par la rue du Faubourg du Temple (partie 2)

A la fin de l’article précédent je vous parlais de chinois … qui sont visiblement bien implanté dans ce quartier.

Je quittais le quartier de Belleville , la rue Denoyer et un harceleur sans aucune imagination photographique,  pour traverser ce grand carefour.
En commençant cette balade dans paname je n’avais aucune idée de l’endroit où elle me mènerait. C’est ainsi avec chacune de ces promenades que vous commencez toutes et tous à connaître.
Je pars puis je ne sais pas d’avance jusqu’où je vais aller. Et c’est en général quad la fatigue commence à me gagner.

Le Président ... Mao ?
Le Président …

Nous allons donc descendre la rue du Faubourg du Temple,  et j’arrêterai mon regard lorsqu’il me dira « stooooooooooop ». Ce ne sera pas forcément devant quelque chose; un immeuble, un théâtre ou autre chose encore, de tres connu.
Je sais aussi que dans cette rue il y a beaucoup de grandes portes cochères à code … et hé hé , mon petit doigt me dit que l’une d’elles va s’ouvrir  pour vous faire découvrir un endroit hors du temps (mais ce sera pour un prochain article … sinon; ce ne serait pas drôle de ne pas vous faire attendre 😉  )

Je quitte donc le 20ème arrondissement pour m’immiscer entre deux autres nouveaux arrondissements et deux quartiers différents.
A gauche nous verrons le quartier de la Folie Méricourt et donc le 11ème arrondissement et à droite le quartier de l’Hôpital Saint Louis et le 10ème arrondissement.

Je ne tarde pas à remarquer au n° 108 de la rue une très vieille enseigne. Le nom de cette enseigne me fait de suite penser à la période de la révolution où les « sans culotte » ont été les principaux acteurs de la révolution. Ils étaient , comment dire … tres attaché au principe d’egalité et de fraternite entre toutes et tous.

Aux cent culottes
Aux cent culottes

Tout à côté une autre enseigne attire mon attention. Les gens voient que je photographie et ont l’air de se demander à « quoi » je peux bien m’intéresser 😉
Et bien, je m’intéressais à ceci

Dorléans-Strebet - 106 rue du Faubourg du Temple
Dorléans-Strebet – 106 rue du Faubourg du Temple
Dorléans-Strebet - 106 rue du Faubourg du Temple
Dorléans-Strebet – 106 rue du Faubourg du Temple

Je lève la tête pour déchiffrer et en préparant cet article je veux m’informer  et savoir « qui » pouvait bien être ce Monsieur Dorleans-Strebet.
Deux trois mots clés, enter puis je tombe (sans me faire mal) sur des infirmations qui disent que ce Monsieur Dorleans-Strebet était comme l’enseigne l’indique, un horloger.
Pour les curieux, cliquez donc sur le lien en vert pour vous informer ici >>> Monsieur Dorleans-Strebet

PS : s’il en est que mes « liens » dérangent car il y en a parfois beaucoup, je ne les oblige pas à s’arrêter ici 😀

Rue Robert Houdin, une toute petite rue attire mon attention.  En fait non, ce n’est pas la rue qui a attiré mon attention, mais un vieux commerce fermé bien vétuste.

tryptique rue robert houdin
tryptique rue robert houdin

Assez de blabla journalistique ? 😉
Que nenni, que nenni ..

bla bla bla
bla bla bla

Des commerces il y en a beaucoup dans cette rue très vivante que j’apprécie.
Il ya des commerces en tout genre; habillement bon marché, droguerie où l’on trouve de tout, un petit épicier qui vend des produits africains aux dimensions impressionnantes 😀 , (les produits , hein ? … )

Oh my God !
Oh my God !
robe traditionnelle choinoise
robe traditionnelle choinoise

Il y a aussi l’architecture de certains bâtiments qui m’interpelle, comme celui où se situe le centre d’orthodontie de Paris, au coin de la rue Jules Vernes  et du 96 d ela rue du Faubourg du Temple.

angle rue faubourg du temple, rue Jules Verne
angle rue faubourg du temple, rue Jules Verne
Cour de la Grâce de Dieu
Cour de la Grâce de Dieu

Quelque part sur la droite de la rue se trouve la Cour de la Grâce de Dieu .
D’abord on y entre par une porte cochère de dimension plus qu’impressionnante .
C’est une voie privée de 133 mètres de long pour une moyenne de 3,5 mètres de large. C’est une pièce de théâtre « la grâce de Dieu » qui a donné son nom à cette cour privée. Par un certain Monsieur Meyer, propriétaire du terrain (il a acheté les terrains en 1841) et qui était également directeur du théâtre de la gaité lyrique où s’est jouée cette fameuse pièce au succès plus que phénoménal

Elle est en travaux depuis longtemps, on n’y retrouve plus les bâtiments d’origine dont certains ont été construits en 1689, en 1760 …   Comme il y a une grille qui bouche l’entrée je n’ai pu m’approcher de plus près pour jouer les curieuses. Alors, je ne sais pas si dune partie des bâtiments d’origine a été gardée ou non.

Cour de la Grâce de Dieu
Cour de la Grâce de Dieu

J’espère que vous avez apprécié cette promenade et les découvertes.
Je vous dis à plus tard, pour de nouvelles aventures et la suite de cette série qui devrait comporter près de 7 articles je pense.
Merci de vos passages qui me font plaisir et de vos appréciations appréciées 😀
Bonjour et bienvenue aux nombreux nouveaux visiteurs 😉 , qui se manifestent ou pas.

 

Envie de revoir la 1ère partie de  la promenade ?

Cliquez sur le lien marqué en gras ici : De Belleville à l’Hôtel du Nord : >>> partie 1

3 082/365 – De Belleville à L’Hôtel du Nord – Le quartier de Belleville et la rue Denoyer (partie 1)

Nouvelle promenade 😀

J’avais envie aujourd’hui d’aller du côté de Belleville, puis de flâner tranquillement jusqu’au Canal St Martin et de voir ce que j’allais rencontrer durant ma promenade.

rue Denoyer
rue Denoyer

Je savais que la rue Denoyer allait changer dans les semaines ou les mois qui viennent. Du moins : cette année 2016.
Cliquez sur le lien en vert pour vous informer : >>>  rue Denoyer

Alors; d’accord, pas d’accord sur le projet …
Paris a besoin de logements, Paris a besoin que l’on rénove certains quartiers. Celui-ci en fait partie.
Je ne me souviens pas si on a fait tant de foin à propos de l’ancien dépôt de la RATP où bon nombre de graffeurs venaient s’adonner à leur passion. J’y allais de temps en temps et là il y avait parfois de véritables artistes qui faisaient de tres jolies choses.
Souvent je l’ai arpentée à la recherche de street art.

Ici, rue Denoyer,  j’y ai parfois fait des rencontres ; car c’est un quartier où les gens s’arrêtent et se parlent -pour qui prend le temps de le faire -.
Niveau graff aujourd’hui je suis assez déçue. Les quelques tres beaux graffs -qui changent regulièrement- sur le mur  qui se trouve à la droite de la rue lorsqu’on la descend, n’y sont plus. A la place je trouve ce que j’appellerais des barbouillagaes qui ne ressemblent à rien ou … pas grand chose.

Tous les petits ateliers d’artistes (et les quatts) qui se trouvent sur la gauche ont fermé. Tous ?
Non ; seul un résiste. Pedro etait sur la pas de la porte de son atelier et était justement en train d’être filmé par une petite équipe. Je me suis arrêtée quelques minutes auprès d’eux, Pedro a voulu échanger la casquette de Sharks de San Rosé que je portais contre une autre de je ne sais plus qui ou quoi qu’il m’apportait mais … j’aime ma casquette.

Je suis allée jusqu’au bout de la rue, pour la remonter tranquillement et scruter partout où je pouvais. Tout est et reste coloré, les betonneuses n’ont pas encore commencé leur travail. Tout est encore calme.

rue Denoyer
rue Denoyer

un regard à l’étage de l’immeuble où se trouvait encore un café il n’y a pas si longtemps. Un café qui installait chaises et tables de bistrot dans la rue Denoyer où les gens prenaient plaisir à s’installer. Un café qui n’a pas pu faire de a resistance et a cédé .

Deux graffs qui retiennent mon attention et une « mama » qui s’en revient des courses, tirans sa charette derrière elle.

rue Denoyer
rue Denoyer
rue Denoyer
rue Denoyer
rue Denoyer
rue Denoyer

un habitant, imperturbable me regarde le regarder … j’attends avec une infinie patience  qu’une personne qui commence à me « suivre et me gaver sérieusement » qui a chaque fois que je shoote vient se positionner au même endroit pour voir ce que je regardais … s’en aille !

rue Denoyer
rue Denoyer
le "harceleur" qui s'en va ... rue Denoyer
le « harceleur » qui s’en va … rue Denoyer

je porte un dernier regard sur deux graffs puis m’en vais tranquillement en direction du carrefour grouillant de monde en ce dimanche matin.   …… des chinois, et des chinois et  … encore des chinois …
J’ai toujours mon Canon en main lorsque je parviens de l’autre côté du carrefour.
Des « marcheuses » (c’est ainsi que l’on surnomme les petites chinoises qui se vendent pour une vingtaine d’euros)  vêtues de rouge et de rose pour la plupart et qui ressemblent à de simples mères de famille sont positionnées à l’entrée du métro puis devant le grand magasin d’articles et de nourriture chinoise.

Je vous dis à bientôt, pour la suite de mes aventures 😉