3 251/365 – Paris place et esplanade du Trocadero , Tour Eiffel

Petite visite guidée.
Vous me suivez, tels des promeneurs parisiens qui aiment arpenter les rues de la capitale pour voir Paris autrement ?
Je sors du métro Trocadéro pour arrive sur la place du Trocadéro.
Face à moi côté gauche se trouve le Théâtre National de Chaillot et sur la droite vous verrez le musée National de la Marine de Paris et le musée de l’Homme.
Au centre le Palais de Chaillot qui est un grand ensemble de musées et esplanade.
Nous avons là une tres belle vue vers l’esplanade du Trocadéro, les jardins du Trocadéro et la tour Eiffel qui se trouve de l’autre côté du pont de l’Iena

Peu de circulation, un pur bonheur et … j’en profite

 

 

3 250/365 – Paris escaliers rue Paul Albert à Montmartre

0907Des escaliers de le rue Paul Albert je n’ai pas trouvé grand chose . Je sais seulement qu’ils portaient encore le nom d’escaliers Notre Dame au début su siècle.

Vous remarquerez sur les deux imprim écran google map, qu’ils montent fort, très fort et qu’il faut avoir le coeur solide (donc pas pour moi) pour le grimper

escaliers rue paul albert

beaucoup de charme cet escalier situé près de la Basilique Notre Dame du Sacré Coeur de Montmartre et du quartier des magasins de tissus.  Un endroit où les gens du quartier se rencontrent, se parlent et échangent au cours de leurs promenades
(diaporama ; 3 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

3 249/365 – Paris circulation Trocadéro 1 juin 2020 déconfinement

Voilà pourquoi je tenais tant à profiter d’un Paris encore relativement vide de circulation, de bouchons et de klaxonnements , au moment du déconfinement.
QUE du plaisir 😀

Diaporama : 3 photographies

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Traverser en dehors des passages cloutés là, maintenant …. relèverait du suicide ….

3 247/365 – Paris quartier du Marché Saint-Pierre un jour de fermeture à Montmartre

Le Marché Saint Pierre à Montmartre est un quartier où vous trouverez toute une série de boutiques de tissus, de boutons, de coupons, de linge de maison. Bref, tout ce qu’il faut si vous aimez occuper vos mans avec des aiguilles, du fil et du tissus pour de jolies créations personnelles.
Il vous faut un bouton particulier que vous cherchez en vain depuis des années , c’est là bas qu’il vous faudra aller
Le jour où j’effectuais mon reportage photo à Montmartre était jour de fermeture.
Il me faudra donc y retourner une autre fois pour une foison de jolies couleurs.

(diaporama : 5 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Petite histoire : Nous sommes à Levallois-Perret en 1879, deux familles cousines, les Dreyfus et les Molines font tous les jours la navette jusqu’au Sacré Coeur de la butte de Montmartre pour y vendre leurs tissus pour vêtements.
1920 , elles s’y installent et ont rapidement un succès foudroyant.
A l’apparition du prêt à porter, les commerçants se reportent vers le tissus d’ameublement .
Aujourd’hui on y trouve un petit peu de tout et également des tissus provenant de divers pays.

3 242/365 – Paris rue André Del Sarte

C’était il y a plusieurs mois en février 2020 lors d’une bien longue promenade dans le quartier de Montmartre

Située non loin du Square Louise Michel qui se trouve en contrebas de la Basilique du Sacré Coeur, la rue André Del Sarte  est une petite rue modeste qui a su rester dans son jus, authentique en fait, modeste et pleine de charme.
Située dans le quartier Clignancourt du XVIIIème arrondissement,cette rue a une longueur de 160 mètres elle n’a qu’une largeur de 9 mètres.
C’est depuis le 17 novembre 1880 qu’elle porte le nom du peintre italien Andre Del Sarte (16-07-1486/29-10-1530).
Elle s’est d’abord appelée rue Saint Martin et plus tard rue Luc Lambin (philantrope qui aidait les pauvres à payer leurs loyers)

SI aujourd’hui nous pouvons nous y promener (librement) et (presque) sans risque, il n’en fut pas de même d’antan.
Voyez vous … faits divers, crimes et autres meurtres à faire froid dans le dos y furent commis.
Cadavre gisant ensanglanté, suicide par absorption de cyanure de potassium, mort violente par trop forte absorption d’alcool, défenestration, pendaison, suicide au gaz ….
Une petite liste de personnage qu’il aurait mieux voulu ne pas croiser ; Désiré Landru, Guy Georges le célèbre tueur de l’est parisien, Thierry Paulin (un véritable monstre, en 1984 et en 6 semaines, huit homicides y furent commis >>>clic sur le nom en vert et en gras pour en savoir plus Thierry Paulin

(diaporama ; 2 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On ne peut que remarquer , tout au bout de la rue, une imposante façade. Il s’agit de celle d’une banque.
A l’origine cette façade ne ressemblait pas du tout à ce qu’elle est actuellement et divers superbes éléments d’architecture ont disparus ou été détruits.
Au dessus de la photographie suivante imaginez une toiture avec une grande  coupole au dessus de laquelle se trouvait un phare électrique. Les statues de Falgière ont disparu, tout comme les vitraux , la grande horloge. Il en est de même de l’architecture intérieure, disparue elle aussi ; une serre tropicale, un théâtre,
(diaporama ; 1 photographie)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

3 241/365 – Paris ciel de parapluies roses au Village Royal

Il y a quelques mois, en pleine canicule je me promenais entre la Place de la Concorde et l’Eglise de la Madeleine . Je me trouvais donc Rue Royale lorsque mon regard fut attiré par une couleur rose.
Je traverse pour arriver eu n° 3 Cité Berryer.
Cité …. non ce n’est pas ce que vous croyez. Nous sommes dans le Paris chic et glamour de la capitale et plus précisément au Village Royal (rénove en 1992) où l’on trouve les boutiques Chanel, Dior, Emling, Escales, Alain Martinière, etc …

Village Royal, un petit peu d’histoire f
Au XVIIème siècle encore, l’endroit n’est qu’un simple terrain le chemin des remparts ‘actuelle Rue Royale) et la rue de la Magedeleine (actuelle rue Boissy d’Anglas) et construite en lisière, une caserne militaire  occupée par des casernes militaires réservées aux mousquetaires de la Garde Royale de Louis XIII.
1745, l’endroit est vendu, la population dans le quartier s’accroît de plus en plus et on y construit un marché où sont vendus des produits frais. Le marché d’Arguesseau ouvre donc en 1746.
Entre 1760 et 1785 des bâtiments sont construits de part et d’autre de la caserne
1837 une première rénovation de l’endroit
1877 le marché porte désormais le nom de Cité Berryer , c’est en l’hommage à un homme politique marquant de son époque, un opposant de Napoléon III
1992 grande métamorphose de l’endroit
1994 l’endroit est rebaptisé Village Royal.

Mais revenons au pourquoi de mon intérêt de l’endroit à cause de la couleur rose.
Initialement prévue jusqu’au 3 mai 2020, je profite encore ce 28 mai de cette très jolie surprise.
C’est l’artiste portugaise Patricia Cunha  qui décore ainsi des quartiers un petit peu partout dans le monde, de parapluies multicolores.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il n’y avait pas qu’un ciel de parapluies roses. L’artiste Carole Feuerman y exposait ses créations (des sculptures hyperréalistes représentant des personnages.
Ma video debute de travers, pas de panique elle va se retourner toute seule

3 231/365 – Paris Montparnasse rue de la Gaité quartier des théâtres

C’était pendant la crise sanitaire du Covid, alors qu’on avait le « droit » de sortir dans un rayon de plus d’1 kilomètre autour de son domicile.
Une petite promenade vers le quartier des théâtres de Montparnasse, deux courtes vidéos pour vous montrer

Nous sommes ici dans le quartier des théâtres de Montparnasse (14ème arrondissement de Paris) et plus principalement rue de la Gaité. Des petites maisons à deux ou trois étages en début de rue et plus loin dans celle-ci on verra des immeubles de quelques étages seulement. On pourra toujours voir la tête de la tour Montparnasse, haute de 58 étages. La crise du coronavirus a fait se refermer les portes et les volets sur des programmes encore à l’affiche en ce moment , tel que le muguet de Noël (au théâtre de Montparnasse). Et nous sommes au mois d’Avril . Le théâtre de la Gaité Montparnasse inauguré en 1868 a été édifié par le limonadier François Jamin et construit avec des matériaux récupérés lors de la démolition du théâtre de l’exposition universelle de 1867. Sa capacité d’accueil est de 398 places. Le théâtre Montparnasse lui , c’est la veuve d’Henri Larochelle qui l’a fait construire en 1886 avec Louis-Hubert Hartman. Une capacité de 915 places (715 pour la grande salle) et 200 places pour celle du petit Montparnasse. Le bâtiment est inscrit aux Monuments Historiques depuis 1984 C’est un sentiment étrange de se promener dans les rues de Paris encore vides de circulation. Les volets des commerces de bouche (pas ceux réservés pour les adultes …) sont encore fermés. On se croirait presque en plein mois d’août lorsque Paris se vide de ses habitants et qu’il fait si bon s’y promener.

Nous continuons à parcourir la rue de la Gaité, le quartier des théâtres à Montparnasse. Bobino est une salle de music-hall très célèbre. Son nom est issu d’un clown et marionnettiste du XIXème siècle. Inaugurée en 1873 cette salle ne fut qu’une petite guinguette qui a bien évoluée depuis. Ce n’est qu’au lendemain de la première guerre mondiale que la salle devient un music-hall. Cet endroit mythique est détruit en 1985. 1991 réouverture du lieu qui porte désormais un nouveau nom, celui de studio Bobino Eté 2010 les portes se referment quelques mois et est ré appelée Bobino. La salle peut accueillir 900 spectateurs. La comédie Italienne se reconnaît à sa façade bleue et aux ornementations y faisant partie. Avant de bifurquer dans la rue du Maine, vous apercevrez l’enseigne d’un autre théâtre ; le théâtre de la rive gauche qui est un théâtre privé d’une capacité de 400 places. La rue du Maine est une petite rue pavée étroite où se trouve un charmant petit square , le square Gastn Baty C’est ici que se termine notre petite visité guidée du quartier des théâtres de Montparnasse, une façon de voir Paris autrement. Peut-être que vous aussi vous viendrez ici tel un promeneur parisien, un piéton parisien qui aime parcourir comme moi les rues de la capitale

ps : ce sera peut-être le dernier article que je publie avant de déménager, mais je passerai encore pour vous répondre et vous dire bonjour sur vos espaces. A partir du 5 octobre je serai sans internet jusque prochaine connexion.

3 229/365 – Paris La Sainte Chapelle Ile de la cité (2ème partie) journées du patrimoine

Intéressons nous aujourd’hui à quelques éléments de décoration de la chapelle basse et à un  petit peu d’histoire.

On sait déjà que la Sainte Chapelle a été bâtie pour recevoir les reliques de la crucifixion achetés par Louis à Baudoin II (dernier Empereur Latin de Constantinople). La Chapelle basse et la chapelle haute ont chacune été consacrée par une personne différente. Celle qui nous intéresse aujourd’hui, la chapelle basse, a été consacrée en 1248 par Pierre Berruyer, archevêque de Bourges.

Durant la Révolution, tout ce qui était symbole religieux royal a été détruit ou dispersé. Ainsi, une partie des vitraux a été démonté et vendu, la chapelle haute a été transformée en dépôt d’archive,
La Bibliothèque Nationale (le cabinet des antiques) a conservé certaines reliques qui ont été rendues au Clergé en 1804. Ces reliques ont depuis été conservées à Notre Dame de paris (qui comme vous devriez le savoir a subi un important incendie). Les reliques ont elles été miraculeusement sauvées.

En 1846 d’importants travaux de restauration ont d »buté et c’est en 1862 que la Sainte Chapelle est classée Monument Historique (MH).

>>> et si vous désirez en savoir plus et aller plus en détail sur l’histoire de ce magnifique édifice religieux … google ou tout autre moteur de recherche est votre ami ….

La décoration des piliers et des murs est de toute beauté
Jugez en par vous même
Sur la photographie rapprochée vous aurez bien évidemment reconnu (je l’espère) la tour de Blanche de Castille que l’on a vu sur les bas reliefs de l’entrée de la chapelle basse.

(diaporama : 2 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

(diaporama : 2 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 Quelques statues d’ange , de Saints et apôtres ornent également la partie basse de la Sainte Chapelle
(diaporama : 3 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Un petit peu d’histoire … sur le sol de la Sainte Chapelle (chapelle basse)
Le sous sol de la Sainte Chapelle fut un cimetière. Y furent enterrés des chanoines, trésoriers, chantres, clercs …
Ce sont des chanoines qui ont fait creuser une cave sur tout le long de la chapelle pour les sépultures des paroissiens et sous le chœur  fut creusé un caveau pour les trésoriers,chanoines,clercs ..
Lors d’une remontée de la Seine en 1690, les dalles durent être remontées de 30 cm et la restauration les ont pas mal abîmées. En 1867 sur les 37 dalles, 33 étaient à peu près entières et les 4 autres tiretaine plus que débris. Elles ont vaille que vaille résisté jusqu’au 21ème siècle et c’est lors de la grande restauration (2008/2015) qu’on y a mit provisoirement une couche de béton (pour les protéger)

Voici ce qu’elles étaient avant (images internet)
(diaporama : 2 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Maintenant …
(diaporama : 3 photographies)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous nous retrouverons d’ici quelques jours pour la suite de la visite pour la visite de la Chapelle haute
N’oubliez pas le guide 😉

Envie de revoir la publication précédente ?
Un petit clic sur le lien en vert et en gras ici : Sainte Chapelle 1ère partie

 

3 227/365 – Paris escaliers butte Montmartre rue André Barsacq

Il y a tellement d’escaliers dans le quartier de Montmartre qu’on pourrait créer un sujet rien que sur eux !

De configuration et de longueur différentes (certains avec plusieurs paliers), avec des volées plus ou moins saillantes, des déclivités qui parfois peuvent rebuter certains grimpeurs,  ils ont tous leur charme.
Le plus long est celui de le rue du Mont Cenis (mais je vous l’ai montré il y a plusieurs semaines).

Pour l’heure, nous sommes à côté du funiculaire de Montmartre et plus précisément entre deux volées de l’escalier rue Foyatier. Entre deux volées de marche s de cet escalier se trouve un autre celui de la rue André Barsacq
Diaporama : 2 photographies

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

3 226/365 – Paris Montmartre Place Dalida

Dalida, dès que j’entends ce nom prononcé ou que je le lis quelque part, immédiatement il y a un de ses airs les plus connus qui me vient en tête (Bambino, Gigi l’Amorozo, ….)
Elle a été une artiste avec une carrière impressionnante avec 120 millions d’album vendus à travers le monde.

Avez vous remarqué que certaines parties du buste de Dalida sont usées ? 😉 C’est parait il une pratique de certains touristes et amoureux de Dalida qui n’est pas au goût de tous les habitants de ce quartier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plusieurs fois je suis passée par ici et à chaque fois je regardais cette maison qui apparaît aux yeux quand on a fini de gravir les escaliers. Souvent les volets baissés, qui paraît abandonnée et en mauvais état à certains endroits.
Cette fois-ci je suis venue la voir d’un petit peu plus près pour apprendre qu’il s’agit de la Villa Radet (ou villa du Radet) . Cette villa accueille la cité internationale des arts

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous désirez en savoir plus, je vous propose de cliquer sur le lien en vert et en gras après la flèche  : ici >>>  Villa Radet