3 036/365 – Dans l’île de la Cité sur les traces de Cartouche par la rue des Ursins (partie 5)

Dans la rue des Ursins, arrière de l'immeuble dont l'entrée se fait par le 21 Quai aux Fleurs
Dans la rue des Ursins, arrière de l’immeuble dont l’entrée se fait par le 21 Quai aux Fleurs

On retourne sur ses pas dans la rue des Ursins car j’ai oublié la dernière fois … de vous faire remarquer quelque chose au tout début de la rue. Sur la gauche on verra une bien jolie et grande verrière. La fenêtre haute et large est de toute beauté. L’immeuble qu’on longe dans la rue des Ursins est en fait l’arrière du 21 Quai aux Fleurs.

On se retourne pour admirer les façades et une toiture en forme de dôme.
rue des Ursins,janvier 2016,copie blog,©Yoshimi-Paris Photographie,I7D_6759 (11)Quelques petits détails attirent mon oeil.
Au dessus d’une porte de garage au niveau du n°4 de la rue

4 rue des Ursins
4 rue des Ursins
7 rue des Ursins
7 rue des Ursins

Au niveau de la maison qui porte le n°7
De cette parcelle , les documents d’architecture et d’histoire disent  ceci  »  … c’est une parcelle de 525 m2 occupée par deux immeubles bâtis à des époques différentes. La maison qui se trouve sur la rue des Ursins se trouve sur le plan de l’abbé Delagrive de 1754 et s’élève sur trois étages. La toiture est en tuiles plates.La façade est en pierre et large de trois travées. Par après elle a été surélevée d’un niveau . Le  bâtiment a cependant 18 m de profondeur et possède une petite cour avec un escalier en bois qui date du XVIIème.

rue des Ursins
rue des Ursins

>>il y a quelques années j’étais entrée dans la parcelle du côté de la rue Chanoinesse et j’avais vu (et photographié) tout cela. C’est réellement de toute beauté mais … je n’ai pas gardé ces photographies. Maintenant la porte est verouillée avec un code d’entrée …

Jean Racine y a vécu , de 1673 à 1676

7 rue des Ursins
7 rue des Ursins

En face de cette maison se trouve un petit jardinet de 25 m de long sur 7 m de large. Il se dit que c’est le plus petit espace vert du 4ème arrondissement. Ce jardinet n’est pas accessible au public. Il y a cependant une très jolie petite fontaine ; cette fontaine est un simple vasque avec deux têtes de tigre.

Fontaine à tête de tigre - Rue des Ursins
Fontaine à tête de tigre – Rue des Ursins
Fontaine à tête de tigre - Rue des Ursins
Fontaine à tête de tigre – Rue des Ursins

Au bout de ce jardinet on remarquera sous l’escalier qui mène aux quais, un endroit muré qui a pu être un ancien accès à une habitation (rappelez vous dans un autre article ; l’on disait que l’île de la Cité avait du être dans le passé plus basse qu’à l’heure actuelle.

rue des Ursins
rue des Ursins
rue des Ursins
rue des Ursins

Pour revoir les parties 1,2 et 3 de la promenade il vous suffit de cliquer sur les liens en vert ci-dessous :
Dans l’Ile de la Cité sur les traces de Cartouche par la rue de la Colombe –  partie 1
Dans l’Ile de la Cité sur les traces de Cartouche par la rue de la Colombe – partie 2
Dans l’Ile de la Cité sur les traces de Cartouche par la rue de la Colombe – partie 3
Dans l’Ile de la Cité sur les traces de Cartouche par la rue des Ursins – partie 4

Publicités

3 030/365 – Dans l’île de la Cité sur les traces de Cartouche, par la rue des Ursins (partie 4)

Nous voiçi au 4ème volet de notre poursuite de Cartouche, rue des Ursins, dans l’île de la Cité.

Rue des Ursins
Rue des Ursins

La rue des Ursins a une longueur de 113 m et une largeur de 6 m.
En 1321, la rue des Ursins s’appelait la rue du Port Saint-Landry.  Puis, en 1730, sur le plan de Roussel elle s’est appelée rue Denfer. Puis, un nouveau nom apparait sur le plan Meyer’s Handatlas  en 1834 : Rue Basse des Ursins
J’ai également d’autres informations sur cette rue qui dit ceci : « précédemment rue Basse des Ursins ».
C’était, en 1300, le Port Saint-Landry, en 1321 la rue Saint-Landry, ou rue du Port Saint-Landry ou Grande rue Saint-Landry sur l’Yaue. Rue Basse du Port Saint-Landry au XVIIème siècle. Elle a aussi porté le nom de rue d’Enfer (via Inférior).
La rue des Ursins porte en fait le nom de l’ancien hôtel des Ursins qui fut démoli en 1637. Seules deux tourelles subsistent, qui surplombent la Seine. Cet ancien hôtel des Ursins aurait appartenu à une certaine famille des Ursins >> d’où, son nom.
Jean Juvenal des Ursins : clic >>>  Jean Juvénal des Ursins

Il a existé une rue Haute des Ursins et tout un quartier qui n’existe plus, car il a fait place à l’Hôtel Dieu. Cette rue commençait à la rue Saint Landry pour finir à la rue Glatigny. Sa longueur était de 38 mètres ! Elle était située dans l’ancien 9ème arrondissement de Paris. Dans cette rue a habité Jean Jouvenel des Ursins dont j’ai parlé en début d’article.

19 rue des Ursins
19 rue des Ursins

Sur notre droite on va commencer par le n° 19 de la rue des Ursins : un immeuble de rapport de trois étages surmonté d’un niveau sous comble et construit première moitié du XIXème. Cet immeuble occupe une partie de l’ancienne propriété de l’Archidiactre E.de Guerlande qui fit construire la Chapelle Saint Agnan à partir de 1115. Une porte cochère donne accès à une cour étroite. Cette même porte est encadrée par deux colonnes en pierre. D’ailleurs, le rez-de chaussée est porté par onze colonnes provenant de l’ancien Couvent des Jacobins .
Au n° 19 de la rue des Ursins sont les restes de la Chapelle Saint –Aignan.
La Chapelle a été abattue en 1795, mais la nef a visiblement été conservée et étant dans le domaine privé, ne se visite pas.
Le 29 mars 1928 elle fut inscrite à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques et c’est seulement le 29 juin 1996 qu’elle fut classée. Une lithographie du XIXème siècle (lien  >>>) nous montre qu’une partie de la chapelle a servi d’écurie.
Il se dit que, durant la Révolution, on y disait secrètement la messe et que des prêtres y venaient déguisés en maçon ou en porteur d’eau.
Pour en savoir plus sur cette chapelle, je vous invite à cliquer sur ces deux liens pour y lire quelques pages d’histoire.
lien n° 1 chapelle Saint Aignan >>> clic ici
lien n° 2 chapelle Saint Aignan >>> clic ici
Beaucoup de sourdces indiquent que les restes de la chapelle se trouvent aux n° 15 et 17. Pourtant ce site culturel gouvernemental indique le contraire … >>> clic ici 

15-17 rue des Ursins
15-17 rue des Ursins

Nous allons maintenant nous intéresser à la parcelle suivante qui est une double maison pourtant les numéro 15 et 17. Une merveille architecturale au n° 15 et 17 de la rue des Ursins, et qui abrite le Séminaire de Paris ou Séminaire de la Maison Saint Agnan.
Cette double maison a été construite en 1899 par l’architecte Jules Astruc. On dit de son architecture, qu’elle est caractérisée par le style éclectique en vogue à la fin du XIXème siècle.
La façade sur rue et longue de cinq travées est composée de fenêtres.
Sur le côté un ancien passage cocher donne sur une cour pavée.
Au dessus des deux portes d’entgrée on remarquera une longue marquise et en levant la tête on verra un beau et large bow-window surmonté d’une lucarne. La façade est composée principalement de briques rouges et jaunes.

15-17 rue des Ursins
15-17 rue des Ursins
15-17 rue des Ursins
15-17 rue des Ursins

Au dessus de la Marquise sur un socle, levez donc les yeux pour admirer une grande statue qui représente une vierge a l’enfant et en levant plus haut les yeux, en atteignant le ciel … on verra le grand bow-window surmonté d’une lucarne.

Statue de Vierge à l'enfant - 15,17 rue des Ursins
Statue de Vierge à l’enfant – 15,17 rue des Ursins
15-17 rue des Ursins
15-17 rue des Ursins

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour revoir les parties 1,2 et 3 de la promenade il vous suffit de cliquer sur les liens en vert ci-dessous :
Dans l’Ile de la Cité sur les traces de Cartouche par la rue de la Colombe – partie 1
– Dans l’ Ile de la Cité sur les traces de Cartouche par la rue de la Colombe – partie 2
– Dans l’ Ile de la Cité sur les traces de Cartouche par la rue de la Colombe – partie 3