3 520/365 – Une matinée avec Criquette Head Maarek aux pistes d’entraînement de Chantilly

Un petit peu plus de deux ans après ma première venue aux écuries de Criquette Head Maarek,  la veille du dernier Qatar du cheval Trêve j’appelle Criquette aux écuries pour savoir si je peux venir lui dire bonjour.
Il est convenu que j’arrive en gare de Chantilly ce matin puis que je monte tranquillement jusqu’aux écuries.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Presque tous les chevaux sont partis maintenant et il reste ses propres chevaux qui ne sont pas encore dispatché chez des entraîneurs divers puis quelques autres qui ne sont pas encore parti.

Venez donc suivre le deuxième lot avec moi.
J’accompagne dans la voiturette électrique jusqu’aux pistes.
Criquette n’entraîne plus depuis une semaine maintenant, mais les chevaux doivent sortir.
Le ciel est bouché et en arrivant au réservoir Criquette sent qu’il ne va pas tarder à neiger.
Et … de fait, de touts petits flocons commencent à tomber dru.
Il fait pas loin de quatre degrés sous zéro et la neige tombe de plus en plus épaisse et de plus en plus fort avec en prime un vent glacial et les chevaux de l’écurie …. sages comme des images, même le petit deux ans facétieux 😀

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous croisons quelques lots. Les pistes sont gelées sauf une  qui longe la piste des réservoirs et est en sable fibré (qui ne gèle pas).

Avant de retourner aux écuries je demande si nous pouvons nous arrêter au rond « Trêve » pour une photographie. La personne qui nous avait accompagnée sur les pistes me propose d’en prendre une de moi que je garderai bien précieusement .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il neige de plus en plus fort. Je suis ravie, vraiment ravie. Cela faisait au moins trois ans que je n’avais plus vu la neige tomber. A Paris il doit certainement tomber quelques flocons mais certes pas comme ici où la neige tient bien au sol.
Il neige tellement fort que l’on me reconduit en voiture jusque la gare. J’ai du temps avant de prendre le train et je décide d’aller à travers le petit bois juqu’aux pistes de l’hippodrome de Chantilly. Envie de le voir sous la neige (la photographie sera pour plus tard).

Aux écuries, un autre lot sort pour les pistes. Ce n’est pas le monogramme de Criquette sur les couvertures. Il neige vraiment très fort.
Les gens qui travaillent dans le milieux sont vraiment des passionnés pour être dehors par tous les temps, vraiment tous les temps.
Un cheval mange tous les jours ….
Un cheval doit être pansé tous les jours ….
Un cheval salit sa litière tous les jours ….
Un cheval doit sortir tous les jours ….
Ce n’est pas toujours facile quand il fait plusieurs degrés sous zéro, de se lever à 5/6 heures du matin, de venir aux écuries quel que soit le temps, de travailler dur … Ne restent que ceux qui ont « CA » dans le sang 😀

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

3 511/365 – Criquette Head-Maarek arrête d’entraîner

C’est hier soir que j’apprends que Criquette Haed-Maarek prend sa retraîte.
A l’aube de ses 70 ans

Criquette Head-Maarek

1978, Criquette prend la suite de son père le célèbre jockey Alec Head .
Un an après elle gagne son premier Arc de Triomphe avec le cheval Three Troikas
Criquette et son frère Freddy Head le célèbre jocley seront adversaires (sur les pistes) durant près de 17 ans.
Jeudi 1 février 2018 Criquette sellera son dernier partant.

Criquette est une personne humaine qu’on ne peut qu’apprécier. Elle a le cœur sur la main et sait accueillir les gens.

La cour de Criquette Head Maarek

En octobre 2015 on me donne un numéro à appeler pour demander l’autorisation de venir voir les chevaux de Criquette à l’entraînement. J’appelle et … bon Dieu c’est elle même au téléphone.  Le rendez-vous est prit et le 3 octobre 2015 je me lève (à Paris) à 5h00 du matin pour prendre deux bus, traverser tout Paris, arriver à la gare du Nord puis faire une heure de train en direction de la gare de Chantilly.
Une fois arrivée à la gare, téléphoner pour m’annoncer puis … trois quart d’heures de marche (et une longue montée) pour arriver aux écuries,  juste à temps pour le deuxième lot. (il est déjà aux alentours de 8h30 (ce qui est tard)

En arrivant aux écuries je m’annonce à un des garçons et oh mon Dieu, je me souviendrai toute ma vie de ce moment … Criquette descend aux écuries pour m’accueillir avec un sourire que je ne suis pas prête d’oublier et ces mots  « ah , la voiçi la courageuse …  »

J’ai suivi le deuxième lot et au retour j’ai demandé à suivre le troisième …

Les ordres, au rond « le fabuleux »

Criquette Head-Maarek

Je n’étais plus entrée dans une écurie de galopeurs depuis près de 30 ans, je n’avais plus foulé une piste d’entraînement depuis près de 30 ans .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aujourd’hui encore il m’est difficile de décrire l’émotion ressentie.
En tout cas, grâce à Criquette,  j’ai pu revivre d’une certaine manière tout ce qui m’a fait vibrer en Belgique lorsqu’un jour de chance, la boîte de Pandore s’est ouverte pour moi et que j’ai pu vivre de l’intérieur un rêve que je ne faisais que voir à la télévision lorsque je regardais les courses ou que parfois j’allais y assister.

Pour ca … merci Criquette.

J’ai toujours voulu revenir et cela était possible  mais la distance est longue de Paris, sans voiture.
Si l’un(e) d’entre vous habite Paris, est passionné et aimerait voir des galopeurs à l’entraînement. Si elle ou il sait se lever très tôt et … possède un véhicule … qu’elle ou il se manifeste en commentaire (que je ne publierai pas).