3 630/365 – Basilique de St Denis, nécropole des Reines et Rois de France – (5), visite guidée

Une visite de la crypte s’impose .

Intéressons nous d’abord au caveau de Turenne , à l’ossuaire et à toute l’histoire que cela concerne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est cruel, glauque, très glauque pour certains passages et infiniment irrespectueux des dépouilles. (voir les liens plus bas -en vert et en gras- )

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Caveau de Turenne ; le 19 janvier 1817 furent rapportés les ossements des Rois jetés dans la fosse commune en 1793.
La destruction des tombeaux royaux fut un véritable acte de barbarie.
Sous la révolution , commandité par la République naissante, les profanations s’étendirent sur une période de deux semaines avec un acharnement incroyable.
Le 12 octobre 1793 , fut donné l’ordre d’exhumer les restes des Reines et Rois de France, des princes et des princesses ainsi que des hommes célèbres.
Le 1er tombeau ouvert fut celui de Turenne ; son corps nullement altéré fut donc découvert en très bon état de conservation. Les spectateurs, en nombre s’agglutinaient pour découvrir ce corps de glace et chacun voulait avoir une partie de sa dépouille. Camille Desmoulin lui coupa même le petit doigt de la main droite.

Ouverture du caveau des Bourbons et on retire le cercueil du roi Henri IV mort en 1610 à l’âge de 57 ans.
Lui aussi était parfaitement bien conservé et avait gardé tous les traits de son visage. Il fut placé debout dans le passage des chapelle et fut ainsi livré aux insultes des gens ; une femme lui aurait reproché le fait d’avoir été roi, lui aurait donné un soufflet et il est tombé !
Avant d’être porté en fosse, il aurait eu le crâne coupé et sa cervelle aurait été remplacée par une liqueur composée d’aromate à l’odeur insupportable.

> si l’histoire de cette profanation vous intéresse, je ne saurais trop vous conseiller de cliquer sur le lien suivant en vert et en gras dont je me suis servi pour vous raconter cette histoire. 

> clic ici : histoire de la profanation des dépouilles royales et hommes importants de la Basilique St Denis

> et clic ici aussi :  profanation des tombes royales de la Basilique

Caveau Royal ; 12 cercueils dans cette chapelle souterraine ; Marie-Antoinette, Louis XVI, Louis XVIII, Louis-Joseph de Condé, Louis-Henri de Condé, le Duc de Berry, le duc d’Artois, Isabelle, Adélaïde, Victoire, Louis VII, Louise de Lorraine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Intéressons nous, voulez vous à des détails d’architecture et autres de la crypte, laissez promener votre regard sur les murs enchâsses d’arcades, de piliers , la base de colonne Carolingienne.
Cette base de colonne, décorée et sculptée de motifs végétaux fut découverte dans la bas côté nord de la Basilique en 1881.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais, avant de remonter vers la lumière, un arrêt s’impose à la Chapelle des Princes.
Ici reposent des corps inhumés après la révolution. Les cercueils de plomb sont entourés de bois et placés sur des tréteaux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ici reposent ; Victoire, Adélaïde, Louise-Isabelle d’Artois, Charles Ferdinand, Louis-Henri-Joseph de Bourbon, Louis-Henri de Bourbon.
Dans des urnes se trouvent ; le coeur de Charles-Ferdinand d’Artois, le coeur de Louis XVIII, le coeur de Louis XV, le coeur de Louis XIII, une parcelle du corps d’Henri IV, les entrailles de Louise Isabelle d’Artois,une parcelle du corps de Louis XIV.

Envie de revoir la publication précédente ?
Un petit clic sur le lien en vert et en gras  :
Basilique de St Denis (1)

Basilique de St Denis (2)

Basilique ST Denis (3)

Basilique de ST Denis (4)

Merci de la visite et … n’oubliez pas le guide 😀

Cet article est le dernier de la série.
Pour écrire ces articles, je me suis servie d’informations trouvées sur internet et j’y ai inclus de nombreux liens.
Il m’a fallu du temps pour le faire, quatre, cinq heures en moyenne par article. Car tout en effectuant ces recherches, je me laisse prendre par ma curiosité et je lis certains des documents trouvés (et parfois terriblement longs) sur internet, car je veux apprendre de cette histoire de France, ce pays dans lequel je vis depuis 15 ans. Si j’ai tout retenu ? Non, mais une bonne partie je pense, car la curiosité pour un sujet, la façon dont on l’aborde, fait que ce que l’on retient est ancré beaucoup plus profondément dans la mémoire.

Je ne suis absolument pas un livre d’histoire, mais j’espère qu’au travers de ces articles agrémentés des photographies que j’ai prises en juin 2017 lors de ma visite, vous aurez pris du plaisir à les lire et qui sait, peut-être cela vous donnera t’il l’envie d’aller visiter cette Basilique de St Denis, une pure merveille.

3 627/365 – Basilique St Denis, nécropole des Reines et Rois de France – (4), Visite Guidée

Nous reprenons après un break, la visite que j’avais effectuée à la Basilique de St Denis en juin 2017 .
En été on s’est intéressé à l’architecture extérieure du bâtiment puis on avait commencé la visite intérieure en s’intéressant à l’orgue, aux vitraux, au transept et aux superbes stalles qui proviennent de la chapelle du château de Gaillon (Normandie).

Aujourd’hui nous allons nous intéresser à certaines des sépultures, dalles funéraires et au coeur de Louis XVII. Par après, dans une autre publication, nous descendrons dans la crypte.
Alors :  je ne suis pas un livre d’histoire;  je n’ai pas appris l’histoire de France; je n’ai d’ailleurs pas effectué mes études en France; j’ai, aux dires de certaines personnes ….. un langage très pauvre et peu évolué 😀 ; je dois donc effectuer quelques recherches sur internet pour parler au minimum de ce que je présente et espérer ainsi donner l’envie aux gens de venir visiter cet endroit .

Les tombeaux du transept
Dans le transept se trouvent plusieurs tombeaux comme celui de Charles V et Jeanne de Bourbon, Philippe III le Hardi, Charles Martel, Clovis II, Isabelle d’Aragon, Philippe IV le Bel … et si vous ouvrez vos vieux livres d’histoires ces noms vous rappelleront probablement les longues heures d’étude sur l’histoire de France !

Je ne vais pas tous vous les montrer, ce n’est pas non plus le but. Mais voiçi les tombeaux de Berthe, femme de Pépin et celle de Charles V et son épouse Jeanne de Bourbon.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Qui étaient ils ?
… recherches google ou autre …

Berthe : tout d’abord elle s’appelle Bertrade de Laon dite Berthe aux grands pieds, née en 720 et fille du Comte Caribert de Laon. Elle aurait eu un pied bot plus grand que l’autre d’où ; son surnom Berthe aux grands pieds.
Il se dit que son époux ; Pépin le Bref aurait eu d’une autre épouse ; 5 enfants totalement inconnus. En 741 Berthe devint sa maîtresse en 741 et Pépin son épouse Leutburgie, pour épouser Bertrade. Ce mariage aurait eu lieu ne 743 ou 744.
En 751 elle donne naissance à Carloman. La même année, avec son mari, elle est couronnée Reine de Soissons .
Elle accompagne son mari durant ses expéditions guerrières.
Pépin veut épouser une jeune fille qui se prénomme Angla et Pépin envisage de répudier Bertrade. Le Pape s’y oppose.
Pépin meurt en 768 et Bertrade fait monter sur le trône ses deux fils ; Charles et Carloman tout en gardans une partie du pouvoir.
En 771 Carloman meurt et Charles, son frère s’empare de ses biens et écarte sa mère Bertrade.
Bertrade se retre alors à l’ Abbaye de Choisy-au-Bac et elle y meut le 12 juillet 783.

>> pour en savoir plus sur Charles, son histoire, son pouvoir, … et vous dire ; mais bon sang … c’est lui ! cliquez donc sur le lien en verte et en gras ici :  Charles

Jeanne de Bourbon :  fille du Duc de Bourbon et d’Isabelle le Valois est née en 1337.
Le 8 avril 1350 elle épouse le dauphin Charles, qui deviendra le futur Charles V. Ils ont tous les deux 12 ans lors de ce mariage et ce n’est qu’en 1355 qu’ils partagent le même toit.
Elle aura 8 enfants ; Jeanne 1357, Bonne 1360, Jeanne, Charles VI 1366 Roi de France, Marie 1370, Louis 1372 Duc d’Orléans, Isabelle 1373, Catherine de France 1378.
Jeanne de Bourbon devient Reine de France en 1364.
En 1378 elle meurt en couche.

Charles V : dit « le sage », nait à Vincennes en 1337, est le fils aîné de jean ll le Bon et de Bonne de Luxembourg. Alors qu’il n’est encore que Duc de Normandie la guerre de 100 ans le contraint de prendre une part active aux affaires
>> pour la suite de sa vie, cliquez sur le lien suivant en vert et en gras  :  Charles V
En 1378 , le 4 févier plus exactement, lorsque son épouse Jeanne de Bourbon meurt 2 jours après avoir accouché d’une petite fille se prénommant Catherine, Charles est déploré. Le couple s’aimait profondément et a toujours été uni par les liens sacrés du mariage sans aucune faille, sans aucune trahison. Il va lui offrir des funérailles , grandioses !
Le Roi fut éploré, inconsolable et ressentit durant très longtemps la douleur de cette séparation il reste dans un immense désarroi. La Reine et lui s’aimaient d’un amour immense.
Charles V meut au Château de Beauté le 16 septembre 1380.

Charles V est le 1er qui, à l’âge de 27 ans, commande son gisant. Pour en savoir plus, un petit clic sur le lien en vert et en gras ici :  gisant

 A savoir
Pour les personnes qui ont visité cette nécropole ou qui aimeraient la visiter. Les tombeaux tels que vous les avez vu (ou les verrez) ne sont absolument pas les originaux). 
Tels qu’ils sont, les gisants se retrouvent sur une simple pierre taillée. Pourquoi  donc ?

En 1952 fut instauré une restauration (dérestauration) .
L’architecte Jules Formigé mandaté pour cette « restauration » a massacré le travail effectué par Violet-le-Duc et Guilhermy au milieu du XIXème qui, à l’époque les avaient remis  dans l’état dans lequel ils étaient au XIIIème. Pour ce faire, ceux-ci avaient étudiés les dessins de Gaignières et des fragments qui subsistaient lors de la destruction des tombeaux originaux lors de la révolution.
On peut dire, en voyant l’état actuel des tombeaux, que cette « dérestauration » fut un échec total ! 
Regardez sur le dessin de Violet-le-Duc d’après les originaux de Gainières et fragments d’origine subsistant (photo libre de droit)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

les gisants se trouvaient deux par deux, à la tête de ces sarcophages (doubles sarcophages) étaient des piliers qui servaient à accueillir des cierges lors de cérémonies … on peut le remarquer dans e diaporama plus bas.
En 1793 lors de la Révolution ces monuments furent détruits . Bien plus tard, la restauration … bien dénaturée de l’original.
Regardez le diaporama puis allez donc visiter cette nécropole et voir l’état actuel de ces tombeaux. Maintenant que j’écris cet article et que je prends seulement connaissance de l’état dans lequel ils étaient avant 1958, je reste ébahie de ce massacre !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais  il subsiste les soubassements originaux d’un des tombeaux démantelés en 1952.
>> je vous propose  la lecture d’un article très intéressant dont je me suis servie pour en relater le minimum, pour continuer votre instruction de cette partie de l’histoire , de cliquer sur le lien suivant en vert et en gras ici : proposition de rétablissement …

Lors de ma visite , je me suis arrêtée longuement devant de somptueuses dalles funéraires.
Le détail des gravures sur la pierre est fin et délicat, regardez donc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Urne du coeur de François 1er
Avant de descendre dans la crypte, je me suis intéressée au monument contenant l’urne du coeur de François 1er

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le 31 mars 1547, au Château de Rambouillet meurt, François 1er.
Henri II, nouveau Roi donne de suite des instructions pour des  funérailles. Elles se veulent triples ; en effet, les corps du dauphin François et Charles, duc d’Orléans ne se trouvant respectivement à Tournus et Beauvais Henri II désire réunir ses frères et son père.
L’éviscération du corps de François 1er se déroule le 1er avril (en ces temps l’éviscération était de mise ; on embaumait le corps ensuite). Le jour d’après le cercueil et les deux coffrets contenant les restes de ses deux frères sont acheminés jusqu’au Prieuré de Haute Bruyère. Durent deux jours et deux nuits les cloches de l’Eglise sonnent sans discontinuer, le 6 avril les entrailles et le coeur de François 1er sont déposées dans un caveau de l’Eglise et 5 jours après sa dépouille est transférée au château du cardinal-évêque de Paris.
Le 21 mais les funérailles sont célébrées en la Cathédrale de Notre-Dame de Paris puis se dirige vers l’Abbaye de ST Denis.
C’est en 1556 que Henri II commande une urne où sont transférés le coeur et retourne au prieure de Haute-Bruyère.
>> oui mais … l’urne se trouve ici à St Denis ?  >> en effet, mais je n’ai  pas trouvé des informations sur al date de ce transfert. Si on peut m’aider, merci.
>> quelques informations sur l’urne de François 1er ici ; clic sur le lien en vert et en gras :  François 1er urne coeur

Un autre coeur, celui de Louis XVII

Il ne m’a pas été facile de réaliser une photographie bien nette du coeur de Louis XVII.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La prochaine publication, nous descendrons dans la crypte.

Envie de revoir la publication précédente ?
Un petit clic sur le lien en vert et en gras  :
Basilique de St Denis (1)

Basilique de St Denis (2)

Basilique de St Denis (3)

A bientôt pour a suite, merci de la visite et … n’oubliez pas le guide 😀

3 550/365 – Château de Versailles, le cabinet du conseil (13), visite guidée

A la sortie de la galerie des glaces, avant d’arriver à la chambre du Roi, on traverse le cabinet du Conseil.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Résultant de la réunion de deux pièces (le cabinet du Roi où Louis XIV tenait ses conseils) et (le cabinet des termes, lieu intime où le Roi aimait se retrouver en cercle restreint ou en famille), c’est sous Louis XV, en 1755 que la pièce connait son format actuel.
On y retrouve des vases en porcelaine de Sèvres, une pendule de style Rocaille (1754), de somptueux tissus …
Antoine Rousseau et Ange-Jacques Gabriel s’occuperont pour le premier ; des dessins des boiseries sculptées, et pour l’autre ; d’orner sa composition de petits génies qui symbolisent les différents conseils du Roi en temps de pais et en temps de guerre.

L’on dit que le 22 avril 1769, Madame du Barry y fit sa révérence (elle se trouvait là parmi tant d’autres …)

On remarquera que bleu est la couleur prédominante des tissus utilisés pour la décoration de ce cabinet.
Ces tissus ont été réalisés à Lyon d’après un modèle réalisé pour Louis XV.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci de la visite et … n’oubliez pas le guide 😀

Les visites précédentes se trouvent ici (clic sur les liens en vert et en gras)

1ère partie – première antichambre de Madame Victoire

2ème partie – seconde antichambre ou pièce des Nobles de Madame Victoire

3ème partie – grand cabinet de Madame Victoire

4ème partie – chambre de Madame Victoire

5ème partie – cabinet intérieur de Madame Victoire

6ème partie – bibliothèque de Madame Victoire

7ème partie  –  cabinet intérieur de Madame Adélaïde

8ème partie  –  chambre de Madame Adélaïde

9ème partie  –  grand cabinet de Madame Adélaïde

10ème partie  –  la salle des hoquetons

11ème partie  –  la chapelle Royale

12ème partie  –  la galerie des glaces

3 547/365 – Château de Versailles, la chapelle Royale (11) Visite guidée

A l’heure actuelle et 40 ans après la dernière restauration, des nouveaux travaux d’envergure ont débuté à la chapelle Royale ; les parements, les vitraux, la statuaire et la couverture avaient un besoin urgent de restauration. La restauration se fera en plusieurs étapes.

Une campagne d’adoption a été lancée et les particuliers, comme les entreprises peuvent adopter une statue. Il recevra alors un certificat d’adoption et aura des nouvelles suivies de la restauration.
>>>  le dossier de mécénat se trouve sur le lien en vert et en gras ici : >>>  dossier de mécénat

Je vous propose maintenant de continuer la visite guidée du château de Versailles avec la chapelle Royale

Au fond de la chapelle et au premier étage vous remarquerez un grand orgue. François-Henri Clicquot (1709/1710) – les claviers de celui-ci ont été entretenu par François Couperin 

Chapelle Royale, Château de Versailles

C’est Jules Hardouin Mansart qui en propose au Roi le plan en 1699.
Jules Hardouin Mansart meurt en 1708 avant la fin des travaux et c’est son beau frère Robert de Cotte qui s’occupe de les terminer. La chapelle sera consacrée en 1710.
Jules Hardouin Mansart voulait que le le plafond de la voûte soit sans arc, privilégiant une surface unie consacrée à la Sainte Trinité. Il se trouve à 25 mètres du sol.
La chapelle Royale est une chapelle palatine (chapelle située dans un château ou un palais et destinée à l’usage du Souverain). Elle possède deux niveaux.
Le sol de la chapelle est en marbre polychrome. Des colonnes corinthiennes de pierre blanche, des peintures, des sculptures, des arches, des bas reliefs font de l’ensemble une merveille qu’on ne cesse d’admirer.

Cette chapelle sera le dernier grand chantier de Louis XIV à Versailles.

Imaginez ceci ; lorsqu’il entra pour la première fois dans sa Chapelle, le Roi Louis XIV y fit chanter un motet pour juger de l’acoustique de la chapelle.

Un document bien intéressant sur l’historique de la Chapelle de Versailles, clic sur le lien en vert et en gras ici >>>> chapelle de Versailles

Continuons la visite avec un zoom sur l’Autel et ses ornementations dorées.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La resurrection du Christ – Charles de la Fosse (1708/1710) – le triomphe de la couleur à Versailles. Peintre du Roi Soleil,    Charles de la Fosse (1636/1716),

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dieu le Père dans sa gloire  –  Antoine Coypel (1708/1710)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une petite anecdote : chaque jour, le Roi venait aux alentours de 10 heures pour sa messe. Il se trouvait entouré de sa Cour dans la tribune Royale. Les dames, elles occupaient une tribune latérale.
Quand au public, le public … lui … se retrouvait dans la nef.

Merci de la visite et … n’oubliez pas le guide 😀

Les visites précédentes se trouvent ici (clic sur les liens en vert et en gras)

1ère partie – première antichambre de Madame Victoire

2ème partie – seconde antichambre ou pièce des Nobles de Madame Victoire

3ème partie – grand cabinet de Madame Victoire

4ème partie – chambre de Madame Victoire

5ème partie – cabinet intérieur de Madame Victoire

6ème partie – bibliothèque de Madame Victoire

7ème partie  –  cabinet intérieur de Madame Adélaïde

8ème partie  –  chambre de Madame Adélaïde

9ème partie  –  grand cabinet de Madame Adélaïde

10ème partie  –  la salle des hoquetons

 

3 543/365 – Château de Versailles, la salle des Hoquetons (10), Visite guidée

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le décor en trompe l’oeil (original ) de cette pièce fut achevé en 1672.
Cette pièce a donné dans le passé accès à la chambre des bains.
Elle abritait les gardes de la Prévôté de l’hôtel chargés de la police intérieure du château et appelés « Hoquetons ».  Ces gardes s’appelaient ainsi car ils  arboraient une tenue (une tunique) héritée des archers du Moyen-âge.
La salle porte donc leur nom.

Des statues se trouvant actuellement dans des niches représentent un Maure en marbre polychrome et une figure de femme drapée.

En 1751, la pièce fut divisée en deux antichambre pour Madame de Pompadour.  C’est à cette époque qu’elle perdit sa fonction initiale … elle passait donc du statut de Maîtresse à celui de confidente et a occupé un rôle artistique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les visites précédentes se trouvent ici (clic sur les liens en vert et en gras)

1ère partie – première antichambre de Madame Victoire

2ème partie – seconde antichambre ou pièce des Nobles de Madame Victoire

3ème partie – grand cabinet de Madame Victoire

4ème partie – chambre de Madame Victoire

5ème partie – cabinet intérieur de Madame Victoire

6ème partie – bibliothèque de Madame Victoire

7ème partie  –  cabinet intérieur de Madame Adélaïde

8ème partie  –  chambre de Madame Adélaïde

9ème partie  –  grand cabinet de Madame Adélaïde

Suite de la visite guidée d’ici peu.

Merci de votre visite et …. n’oubliez pas le guide 😀

3 542/365 – Château de Versailles, les appartements de Mesdames, grand cabinet de Madame Adélaïde (9)

La forme de cette pièce serait due à Madame de Pompadour.
Originellement, de riches boiseries ornaient cette pièce. Riches boiseries qui de ce jour ont disparues.
Dans une grande niche se trouve un orgue. Celui-ci est en chêne sculpté, peint et doré.
Les enfants de Louis XV adorant la musique, cet orgue a été placé pour eux dans cette pièce. Il pourrait s’agir d’un des trois orgues commandés au facteur d’orgue Sommer, en 1747 pour le Dauphin et pour Madame Adélaïde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le tapis, de la Manufacture de Savonnerie a été tissé à la fin du XVIIIème siècle d’après celui de la chambre de  Marie Leczinska.

Nous y trouverons une table à thé circulaire en acajou et bronze doré qui est attribuée à Bernard Molitor (vers 1790), divers peintures, commode et chaises, des bras de lumières, vases et biscuits.

 

Si vous avez envie de revoir les publications précédentes, je vous propose de cliquer sur les liens en vert et en gras ci-dessous.

1ère partie – première antichambre de Madame Victoire

2ème partie – seconde antichambre ou pièce des Nobles de Madame Victoire

3ème partie – grand cabinet de Madame Victoire

4ème partie – chambre de Madame Victoire

5ème partie – cabinet intérieur de Madame Victoire

6ème partie – bibliothèque de Madame Victoire

7ème partie  –  cabinet intérieur de Madame Adélaïde

8ème partie  –  chambre de Madame Adélaïde

La visite guidée continuera tres vite 😀

Merci de la visite et …. n’oubliez pas le guide

 

 

3 541/365 – Château de Versailles, les appartements de Mesdames, Chambre de Madame Adélaïde (8)

La chambre de Madame Adélaïde est une très grande pièce bien éclairée.

Les textiles … le broché (par Tassinari et Chatel) qui orne les murs de l’alcôve du lit ainsi que les garnitures des autres pièces du mobilier de la chambre (d’après une tenture commandée en 1788)  pour le grand duc Paul de Russie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Le lit à trois chevets est en hêtre sculpté et doré (attribué à Georges Jacob vers 1770/1775)
    Il remplace le lit à la Duchesse (placé dans une autre position), et qui se trouvait là jusqu’à la Révolution
  • Les paires de fauteuil lui sont également attribuées
  • Le tapis est de la Manufacture de la Savonnerie d’après un dessin de Pierre-Josse Perrot (vers 1750)
  • Le lustre à seize lumières en  bronze doré et cristal de roche de la fin du XVIIIème

Diverses décorations dans cette pièce comme des candélabres, des biscuits, paire de pot pourri, pendule

Nous trouverons également 6 ployants qui ont été livrés en 1769 par Nicolas Quinibert Folio (menuisier) et Toussaint Folio (sculpteur). Ils sont en hêtre sculptés et dorés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les 7 publications précédentes se trouvent ici (clic sur les liens en vert et en gras).

1ère partie – première antichambre de Madame Victoire

2ème partie – seconde antichambre ou pièce des Nobles de Madame Victoire

3ème partie – grand cabinet de Madame Victoire

4ème partie – chambre de Madame Victoire

5ème partie – cabinet intérieur de Madame Victoire

6ème partie – bibliothèque de Madame Victoire

7ème partie  –  cabinet intérieur de Madame Adélaïde

 

Nous continuerons l’exploration des autres pièce un autre jour.

Merci de votre visite et … n’oubliez pas le guide 😀

 

3 537/365 – Château de Versailles, les appartements de Mesdames, cabinet intérieur de Madame Adélaïde (7)

Nous reprenons enfin, après une pause de trois mois, notre visite du château de Versailles.

 

Reprenons la visite guidée.
Nous étions sorti de la bibliothèque de Madame Victoire.
Nous voici maintenant dans le cabinet intérieur de Madame Adélaïde.
Cette pièce a connu elle aussi plusieurs destinations et a accueilli plusieurs personnages illustres comme le fils légitime de Louis XIV et de Madame de Montespan, le comte de Toulouse, le duc de Penthièvre fils du conte de Toulouse, la duchesse de Penthièvre, la Marquise de Pompadour est morte dans cette pièce en avril 1764, le corps de la Dauphine Marie Josèphe de Saxe y fut exposé, Madame Victoire , puis ce fut enfin la chambre de Madame Adélaïde.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’on peut dire qu’ici , la couleur verte prédomine. Fauteuils, chaises et tabourets sont recouverts d’un velours vert d’eau et rehaussés de dorures. Le paravent est également recouvert de ce même velours et doré comme le mobilier.

Une alcove accueille un meuble recouvert de tissu rappelant l’été. Des chandeliers, biscuits et tableaux complètent le décor de la pièce.

Je vous propose de vous asseoir sur ce fauteuil qui a l’air très confortable et attendre ainsi la suite de la visite .

Les appartements de Mesdames, cabinet intérieur de Madame Adelaide, Château de Versailles

Pour nous rafraîchir la mémoire, si nous consultions les 6 premières publications ?
Clic sur les liens en vert et en gras pour accéder aux articles précédents.

1ère partie – première antichambre de Madame Victoire

2ème partie – seconde antichambre ou pièce des Nobles de Madame Victoire

3ème partie – grand cabinet de Madame Victoire

4ème partie – chambre de Madame Victoire

5ème partie – cabinet intérieur de Madame Victoire

6ème partie – bibliothèque de Madame Victoire

Et … n’oubliez pas le guide 😀

3 394/365 – Château de Versailles,les appartements de Mesdames,bibliothèque de Madame Victoire (6)

La publication concernant cette pièce sera courte. La pièce en elle même n’est pas très grande comparativement aux précédentes et le nombre de visiteurs qui s’y presse commence à former un bouchon .
Donc beaucoup de monde, petite pièce, cadrages fait très rapidement.
Des éclairages viennent gêner mais on fera avec.

Quelques ouvrages (aux armoiries de Mesdames) proviennent des bibliothèques de Mesdames de Versailles ou du château de Bellevue.
L’ouvrage ci-dessous est un recueil d’airs avec accompagnement pour harpe de Meyer

Les appartements de Mesdames , Bibliothèque de Madame Victoire , Château de Versailles

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • quatre fauteuils deu cabinet intérieur de la dauphie Marie-Antoinette à Choisy, par Nicolas-Quinibert Foliot (1770)
  • secrétaire en pente de Mesdames Sophie et Louise à Versailles, par Jacques-Philippe Carel, plaqué en bois de violette, de rose et d’amarante et bronze, livré par Gaudreaus en 1751
  • petite table à écrire de Mesdames Henriette et Adélaïde à Versailles, plaquée de bois de violette, par François-Antoine Gaudreaus, livrée en 1746 pour leur appartement de l’aile du midi
  • livres reliés du XVIIIème siècle aux armes de Mesdames,de Marie Leszczinska et de Marie-Josèphe de Saxe. Quelques uns de ces ouvrages proviennent du château de Bellevue et en portent la marque

Le tapis est … juste … magnifique 😀

Pour les 5 premières visites, veuillez vous reporter sur les liens suivants (clic sur les liens en vert et en gras)

1ère partie  –  première antichambre de Madame Victoire

2ème partie  –  seconde antichambre ou pièce des Nobles de Madame Victoire

3ème partie  –  grand cabinet de Madame Victoire

4ème partie  –  chambre de Madame Victoire

5ème partie  –  cabinet intérieur de Madame Victoire

 

Merci de votre visite et n’oubliez pas le guide

 

 

 

 

3 352/365 – Panneau de velours de soie cramoisi, Grand Trianon Château de Versailles (4)

Grand Trianon Panneau de velours de soie cramoisi semé d’aigles impérials russes

Nous sommes à la sortie du Grand Trianon avec cette éclatante tapisserie rouge.

C’est un panneau en velours de soie cramoisi semé des aigles impériales Russes – 1856
Il provient de la manufacture LE MIRE, père et fils (1811-1865)

Commandé à Lyon en janvier 1856 et livré aux tapissiers russes en février 1858, ce meuble textile en lampas brocard cramoisi est enrichi de l’aigle impériale rebrodée.

L’échantillon d’époque représenté ici révèle le faste de la petite salle du trône du palais d’Hiver.
Mise en oeuvre dans la première moitié du XIXème siècle, cette pièce d’apparat constitue un hommage au règne de Pierre le Grand.

voici ci-dessous un détail de cette très jolie pièce.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour la 5ème et dernière partie de notre visite au Grand Trianon, nous sortirons pour une courte promenade au jardin.
A très vite 😀

Pour revoir les 3 premières publications, c’est par ici.
Suivez le guide !
La 1ère partie de la visite se trouve ici , cliquez sur le lien en gras et en vert ici :1ère partie de la visite

La 2ème partie de la visite se trouve ici , cliquez sur le lien en gras et en vert ici : 2ème partie de la visite

La 3ème partie de la visite se trouve ici , cliquez sur le lien en gras et en vert ici : 3ème partie de la visite