3 337/365 – Les plus beaux graffs du 93 – Street art

Ces derniers temps je me suis régulièrement promenée à Saint Denis ; ici et là ….
J’ai marché beaucoup, beaucoup … vraiment beaucoup (Saint Denis est grande et .. riche de tout)
J’y ai découvert beaucoup de choses.
J’y ai fait de fort jolies rencontres, sans préjugés …..
J’y ai aussi vu de très jolis graffs forts colorés pour la plupart.
En voiçi quelques uns.

félins – Katre – Marko93

Ce diaporama nécessite JavaScript.

street art à Saint Denis
street art à Saint Denis
street art à Saint Denis

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 082/365 – De Belleville à L’Hôtel du Nord – Le quartier de Belleville et la rue Denoyer (partie 1)

Nouvelle promenade 😀

J’avais envie aujourd’hui d’aller du côté de Belleville, puis de flâner tranquillement jusqu’au Canal St Martin et de voir ce que j’allais rencontrer durant ma promenade.

rue Denoyer
rue Denoyer

Je savais que la rue Denoyer allait changer dans les semaines ou les mois qui viennent. Du moins : cette année 2016.
Cliquez sur le lien en vert pour vous informer : >>>  rue Denoyer

Alors; d’accord, pas d’accord sur le projet …
Paris a besoin de logements, Paris a besoin que l’on rénove certains quartiers. Celui-ci en fait partie.
Je ne me souviens pas si on a fait tant de foin à propos de l’ancien dépôt de la RATP où bon nombre de graffeurs venaient s’adonner à leur passion. J’y allais de temps en temps et là il y avait parfois de véritables artistes qui faisaient de tres jolies choses.
Souvent je l’ai arpentée à la recherche de street art.

Ici, rue Denoyer,  j’y ai parfois fait des rencontres ; car c’est un quartier où les gens s’arrêtent et se parlent -pour qui prend le temps de le faire -.
Niveau graff aujourd’hui je suis assez déçue. Les quelques tres beaux graffs -qui changent regulièrement- sur le mur  qui se trouve à la droite de la rue lorsqu’on la descend, n’y sont plus. A la place je trouve ce que j’appellerais des barbouillagaes qui ne ressemblent à rien ou … pas grand chose.

Tous les petits ateliers d’artistes (et les quatts) qui se trouvent sur la gauche ont fermé. Tous ?
Non ; seul un résiste. Pedro etait sur la pas de la porte de son atelier et était justement en train d’être filmé par une petite équipe. Je me suis arrêtée quelques minutes auprès d’eux, Pedro a voulu échanger la casquette de Sharks de San Rosé que je portais contre une autre de je ne sais plus qui ou quoi qu’il m’apportait mais … j’aime ma casquette.

Je suis allée jusqu’au bout de la rue, pour la remonter tranquillement et scruter partout où je pouvais. Tout est et reste coloré, les betonneuses n’ont pas encore commencé leur travail. Tout est encore calme.

rue Denoyer
rue Denoyer

un regard à l’étage de l’immeuble où se trouvait encore un café il n’y a pas si longtemps. Un café qui installait chaises et tables de bistrot dans la rue Denoyer où les gens prenaient plaisir à s’installer. Un café qui n’a pas pu faire de a resistance et a cédé .

Deux graffs qui retiennent mon attention et une « mama » qui s’en revient des courses, tirans sa charette derrière elle.

rue Denoyer
rue Denoyer
rue Denoyer
rue Denoyer
rue Denoyer
rue Denoyer

un habitant, imperturbable me regarde le regarder … j’attends avec une infinie patience  qu’une personne qui commence à me « suivre et me gaver sérieusement » qui a chaque fois que je shoote vient se positionner au même endroit pour voir ce que je regardais … s’en aille !

rue Denoyer
rue Denoyer
le "harceleur" qui s'en va ... rue Denoyer
le « harceleur » qui s’en va … rue Denoyer

je porte un dernier regard sur deux graffs puis m’en vais tranquillement en direction du carrefour grouillant de monde en ce dimanche matin.   …… des chinois, et des chinois et  … encore des chinois …
J’ai toujours mon Canon en main lorsque je parviens de l’autre côté du carrefour.
Des « marcheuses » (c’est ainsi que l’on surnomme les petites chinoises qui se vendent pour une vingtaine d’euros)  vêtues de rouge et de rose pour la plupart et qui ressemblent à de simples mères de famille sont positionnées à l’entrée du métro puis devant le grand magasin d’articles et de nourriture chinoise.

Je vous dis à bientôt, pour la suite de mes aventures 😉

1 014/365 – Départ en vacance – « Expo Face au mur – Caserne de Reuilly »

Un dimanche avec Nath à l’expoFace au mur, Caserne de Reuilly à Paris 12

Expo Face au Mur - Caserne de Reuilly
Expo Face au Mur – Caserne de Reuilly

Il va y avoir une petite série, mais …. plus tard.
C’était bien, sympa, mais trop de monde toujours.
Je reste mitigée on va dire 😀

 

1 008/365 – Au bordel des Allemands – Villa Sapene – Urbex

La voiture garée en bord de route, je saute un petit talus pour m’engager sous le pont de l’autoroute. Beaucoup de graffs ici, dont certains qui en valent vraiment la peine.

Il fait chaud, très chaud. Le soleil brille mais heureusement que l’ombre des arbres sous lesquels je marche, et le pont de l’autoroute, m’apportent un petit peu de fraîcheur.

Un bâtiment en pleine forêt et à l’architecture impressionnante, vraiment très impressionnante.

Ancien manoir en ruine qu’un directeur de journal avait fait bâtir dans les années 1920.
Durant la seconde guerre mondiale, les Allemands l’ont réquisitionnée pour en faire une maison de plaisir ou plus communément un « bordel » pour servir aux officiers de la Wehrmacht
La guerre terminée, l’ancien manoir a été pillé  et si l’on fait attention, dans la cour on trouvera les restes de ce qu’a été une piscine.
Et, si on s’aventure plus vers l’extérieur, on pourra , en cherchant bien, retrouver trace d’anciens blockhaus qui servaient à protéger l’endroit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il ne reste plus rien, hormis des graffs, plein de graffs.
A mon arrivée, deux personnes y dormaient encore, très profondément, vraiment très profondément (rassurez-vous, ils respiraient). Mais je n’étais pas rassurée, ne sachant pas si ils étaient drogués (et peut-être en manque), voire armés ….
En fait, la veille , une rave y avait été organisée et il restait ces deux hommes, endormis bien profondément !

 

910/365 – Sanatorium de Dreux – Graffs au sanatorium

Lorsque je pars en exploration urbaine, j’essaie toujours de regrouper plusieurs sites. C’est-à-dire qu’avant de partir je choisis (avec la personne qui m’accompagne lors de ces sorties) un itinéraire permettant de faire plusieurs visites dans la journée .
C’est toujours très utile si l’on ne parvient pas à entrer sur un site. Parfois on rentre bien fatiguées car l’on a fait de 3 à 4 sites en une journée.

Sanatorium de Dreux Automne 2014
Sanatorium de Dreux

Le site est gigantesque, mais vraiment gigantesque et très glauque.

L’architecture est très, très intéressante en revanche. Architecture des années 1930. Mais elle, vous la verrez une autre fois. Vous vous douterez bien, après avoir regardé cette série de graffs que je n’en suis pas restée là.

Commençons notre visionnage du diaporama.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un excellent jeudi à tous mes visiteurs ❤