3 373/365 – Champignon des bois en automne

Nous resterons encore dans les champignons vénéneux .. ou pas (ne connaissant pas les espèces si l’un(e) d’entre vous pouvais m’aider, merci ).

Allongée dans l’humus, les feuilles en décomposition, les bonnes odeurs de sous bois, la mousse et quelques ronces je visais cette charmante ombrelle.
Charmante, vraiment ?

champignon des bois en automne

En arrière plan se trouvait (il était réellement gigantesque  mais … en morceaux) une très jolie espèce rouge à pois blanc. Son « envergure devait faire approximativement et sans exagération, une moyenne de 22/25 cm.

Publicités

16 réflexions sur “3 373/365 – Champignon des bois en automne

    1. Bonjour Eric
      Merci de ton aide
      En fait j’ai hésité car il y a quelques espèces rouges à pois blancs (différentes tailles)
      J’espère retourner en forêt ce weekend, les couleurs auront changées peut-être. J’irai encore à la recherche d’autres champignons mais j’espère y rencontrer un peu de brouillard aussi
      Eos attend des nouvelles du vétérinaire quand à la date qui sera arrêtée pour son opération, elle te fais le bonjour 😉

  1. La première mais pas sûr c’est peut-être amanite panthère.
    Regarde aussi la phalloïde.
    Content que ça ne tarde pas trop pour EOS. 🙂

    1. le premier champignon certes pas, mais le second, je t’assure qu’il était gigantesque Je ne m’y connais absolument pas, je regarderai la phalloïde sur un moteur de recherche puis image, je verrai bien
      Pour Eos, j’espère avant Noël. Tu peux envoyer un mail, je t’en dirai plus.

  2. Le champignon rouge parsemé de pois blanc est une amanite tue-mouche, un champignon non comestible, non toxique mais qui a ds conséquences hallucinogènes.
    Le second champignon est une amanite citrine. Ce champignon est peu comestible et ce du fait de son odeur de rave ou pomme de terre.
    Il est recommandé de l’éviter pour ne pas risquer de la confondre avec les amanites mortelles comme l’amanite phalloïde.

    1. Bonjour
      Merci de ces précisions.
      Concernant l’amanite tue mouche il y a également d’autres champignons rouges à pois blancs , d’autres tailles plus petits, autre forme. C’en seraient aussi ?
      Même si j’étais à moitié couchée à terre, je ne l’étais pas complètement à cause de quelques ronces, je n’ai don pas mit mon nez dessus pour sentir l’ombrelle

      1. Apprend d’abord qu’il faut éliminer d’office tout champignon qui a des lamelles blanches, un anneau autour du pied et une volve (voile universel plus ou moins membraneux qui se trouve au pied de certains champignons comme les amanites, le bolet Satan). En effet, il s’agit là de trois particularités qui caractérisent les espèces les plus dangereuses, à savoir l’amanite phalloïde, l’amanite printanière, l’amanite tue-mouches et l’amanite vireuse.
        Si tu veux en ramasser, ne cueille que les champignons que tu connais comme étant comestibles. Élimine les champignons qui sont en mauvais état et fais attention à prélever le champignon en entier pour faciliter son identification.
        De plus, il faut que tu places les champignons dans un récipient comportant si possible des divisions pour pouvoir séparer les espèces.
        Après ta cueillette, lave-toi les mains et si tu n’es pas parfaitement sûre de l’innocuité d’un champignon cueilli, fais-les examiner par un pharmacien pour plus de sûreté..

        1. Bonjour
          Merci de ces bons conseils
          Effectivement, en ce qui concerne la cueillette j’ai entendu qu’il ne faut pas mélanger les espèces et avoir des petits compartiments ; pour éviter qu’une espèce vénéneuse ne contamine une espèce comestible
          Le jour où je voudrai réellementen cueillir moi même, il faudra que je trouve un(e) mycologue averti, car je doute que les pharmaciens parisiens daignent prendre le temps des authentifications.

  3. Coucou Yoshimi , un petit tour par chez toi de bon matin car la journée promet d’être belle !
    Désolée pour le champignon , j’en connais très peu , mais aime les manger . Donc je ne te serais d’aucun secours . Par contre j’adore ta photo ! Caresse à Eos , à bientôt !

  4. J’adore ta photo avec les champignons. En passant, le chat est tout mignon.

    Belle journée.

    1. Bonjour
      C’est de saison et cela faisait tres longtemps que je n’avais plus fait de photographie de la nature.
      Mes promenades dans ma ville Paris pourraient reprendre d’ici l’hiver.
      ps : pour Eos, tu peux lui parler sur ses publications, elle te répondra .

      1. Merci pour ta réponse. Je t’invite à continuer de photographier, c’est hyper intéressant de voir tes photos. Bonne soirée et merci pour Eos, c’est gentil.

  5. Tous les articles sur les champignons chp m’interpellent.
    J’approuve les propos de Trigwen, j’ajouterai:
    – de privilégier les récipients les paniers en carton, en osier ou bois et surtout bannir le plastique,
    – d’ éviter les lieux pollués, les bords des routes… (rq les produits radioactifs, les métaux lourds sont mesurés grâce à leur concentration dans les chps)
    – de ne pas manger de grosses quantités de chp, pas plusieurs fois par semaine ni plusieurs fois par mois ( intoxication par accumulation)
    – de ne pas mélanger plusieurs espèces dans les plats lors de leur cuisson
    – se méfier du début de l’hiver où certains chp (ex fausse girolle cantharellus tubaeformis) peuvent geler la nuit et retrouver une forme fraîche le lendemain mais toxique comme les viandes avariées.
    – de garder des frais pour reconnaissance par les centres antipoisons, si intoxication.
    Quelques soient leur taille ou leur couleur + ou – rouge, les tue- mouches sont faciles à identifier. Elles ont toutes les mêmes caractéristiques et resteront toujours de splendides spécimens photogéniques mais TOXIQUES à ne pas consommer.
    Toutes les amanites (cf les 3 caractéristiques de Trigwen) et en général les champignons à lamelles sous le chapeau sont à éviter pour les non initiés.Risques de confusions mortelles.
    Mieux vaut vous orienter vers les champignons à tubes (bolets et cèpes) à part le satan, certains amers, indigestes ou à « déshabiller » voire bien cuire avant consommation, les risques sont moindres.
    Mais dans tous les cas partout en France les sociétés mycologistes et certains pharmaciens sont toujours de bon conseil avant toute consommation. ( je m’arrête là)
    Vive les sorties mycologiques et la découverte de la nature…

    1. Bonjour
      Merci beaucoup de toutes ces explications fort intéressantes.
      Pour le moment je me contente de les photographier (il va y avoir encore d’autres publications), mais un jour j’espère pouvoir partager une sortie « cueillette » .

Quelques mots pour dire ce que vous en pensez .... Merci de votre visite

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s