3 116/365 – Quartier de l’Odéon, de l’Eglise Saint Sulpice à la rue de Vaugirard … et au delà (partie 5)

Ce photographe professionnel rencontré de bon matin m’a conseillé d’aller voir une statue en bronze qui se trouve à une petite centaine de mètres à peine d’ici. Tout juste devant l’Institut Hongrois (centre culturel) situé au n° 92 de la rue Bonaparte.
Une jeune fille pensive qui porte un chapeau à large bord est assise sur un banc. A son pied une pendeloque avec le nom de l’artiste  qui en est l’auteur. Il s’agit de Andras Lapis.

Sous le chapeau
Sous le chapeau

C’est en 1976 qu’il a créé le platre original de la statue, mais ce n’est qu’en 1992 qu’est créée la première statue fondée donc dans ce moule fabriqué en 1976. Cette 1ere statue est exposée à Szeged (une ville de Hongrie). L’exemplaire que l’on voit ici a été tout d’abord exposée à l’intérieur de l’Institut puis, placée au dehors. Il a été offert à l’institu en 2007.
Cette sculpture porte un nom : sous le chapeau

Revenons sur nos pas en direction de la rue de Vaugirard que nous allons emprunter juqu’à une petite rue pavée, la rue de Servandoni.

40 rue de vaugirard
40 rue de vaugirard

Je m’arrête car la lumière sur les facades en face du Sénat est de toute beauté et tranche avec celle plus sombre de celles du Sénat
Je fais encore un petit test un petit zoom puis un zoom plus poussé vers ce couple que l’on voit se promener tranquillement.

rue de Vaugirard, près du Sénat
rue de Vaugirard, près du Sénat
rue de Vaugirard, près du Sénat
rue de Vaugirard, près du Sénat

Empruntons maintenant la rue Servandoni, une rue etroite et pavée. Elle existait déjà en 1424 et depuis 1806 porte le nom d’un peintre , décorateur de théâtre et également architecte : Giovanni Niccolo Servandoni (né à Florence le 02-05-0695 et décédé à Paris le 19-01-1766)
C’est lui qui a fabriqué le portail de l’Eglise Saint Sulpice.

 

14 rue Servandoni
14 rue Servandoni

Au n°14 une grosse porte cochère .
Je n’ai pas photographié la maison mais les documents d’architecture et de patrimoine en disent textuellement ceci :  » maison probablement d’origine du XVIIe siècle, présentant une façade composée de trois travées et de quatre étages carrés sur rez-de-chaussée et dont des éléments ont été ajoutés au XVIIIe siècle (vantaux de porte, garde-corps). Appuis de fenêtres de formes géométriques au premier étage de la fin du XVIIIe siècle. La porte charretière sur rue, conserve des vantaux finement sculptés de deux médaillons représentant Servandoni montrant le plan de Saint-Sulpice et une allégorie de la Charité (inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1926). »

 

Au n° 12, c’est un ancien hôtel Louis XIV avec un portail en pierre à l’allure impressionnante. qui soutient une porte cochère de belle facture. Cette porte cochère ouvre sur une cour et le bâtiment a abrité  une communauté religieuse depuis 1692.
Les appuis de fer en fer forgé sont conservés et l’ensemble a servi de communauté religieuse de 1851 à 1961.
A la droite du portail se trouve une plaque commémorative qui dit ceci : Ici repose Messire François de Chansiergues d’Ornano, Diacre Chanoine d’Uzes qui repose en l’Eglise Saint-Gervais, entreprit la fondation des Petits Séminaires 1666

12 rue Servandoni
12 rue Servandoni

Retournons nous pour admirer le soleil qui continue de se lever et donne une jolie lumière sur les grilles des jardins du Sénat.

Rue Servandoni
Rue Servandoni

Au bout de la rue nous nous retrouvons face à l’Eglise Saint Sulpice et tournons rue Palatine pour nous retrouver en face de l’Université Paris Diderot et l’ UFR d’Odontologie Garancière. Nous tournons à droite dans la rue Garancière et tres vite sur la droite, au n° 4 de la rue,  encore une porte cochère de belle facture et une plaque commémorative.

4 rue garancière
4 rue garancière

Cette porte cochère ouvre sur une grande cour pavée qui fait partie d’une grande parcelle. Les documents d’architecture et du patrimoine en disent ceci :  » Au coeur de la parcelle, au fond de la cour ouverte par un portail sur la Garancière, un grand bâtiment d’origine du XVIIe siècle abrita le couvent des Filles de la société de la Vierge, ou « Filles de Madame Saujon » du nom de la fondatrice Marie-Anne de Campet de Saujon qui acheta en 1663 sa maison à Madame d’Elbenne pour y loger cette communauté qui s’étendait jusqu’à la rue Servandoni (Rochegude). La communauté est supprimée en 1674 et Madame de Saujon lègue ses biens à Elisabeth de Beauvau. Le bâtiment est acquis en 1750 par le Marquis de l’Aubespine. Une inscription très haut située dans l’angle du bâtiment indique toujours que le bâtiment était placé sous l’invocation de la vierge. La parcelle a été densifiée au nord, rue Palatine, par des immeubles de rapport construits vers 1900. Addition de bâtiments sur la rue Garancière tout au long du XVIIIe siècle. Escalier du XVIIe dans la partie sud du grand bâtiment à fronton.

4 rue garancière
4 rue garancière

La plaque dit ceci : Dans cette maison naquit Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838), agent général du clergé, evêque d’Autun, député de la Constituante, Ministre des Relations Extérieures du Directoire, du Consulat, de l’Empire et de la Restauration, Président du Gouvernement provisoire de la France en 1814, ambassadeur à Londres en 1830.

 » je ne me suis jamais pressé, et cependant je suis toujours arrivé à temps » (Prince de Talleyrand)

On va un petit peu reposer les pieds, se prendre un café, grignoter un biscuit (je n’ai rien pris d’autre avec moi) , car il fait faim, il est passé 8h00 du matin et ca crie famine …
A plus tard pour la suite de cette promenade 😀

Envie de revoir les autres publications de la promenade ?
C’est par ici : cliquez sur les liens en gras.

– Quartier de l’Odéon, de l’Eglise Saint Sulpice à l’avenue de Vaugirard :  >>>  partie 1
– Quartier de l’Odéon, de l’Eglise Saint Sulpice à l’avenue de Vaugirard :  >>>  partie 2
– Quartier de l’Odéon, de l’Eglise Saint Sulpice à l’avenue de Vaugirard :  >>>  partie 3
– Quartier de l’Odéon, de l’Eglise Saint Sulpice à l’avenue de Vaugirard :  >>>  partie 4

 

Publicités

8 réflexions sur “3 116/365 – Quartier de l’Odéon, de l’Eglise Saint Sulpice à la rue de Vaugirard … et au delà (partie 5)

  1. Bonsoir Yoshimi, tes photos sont magnifiques et c’est un vrai régal de voir cette superbe lumière. Un grand merci. Le secret est de se lever tôt.
    Douce soirée bien amicalement.

  2. Je suis trop contente de voyager dans Paris gra^ce à tes photos et tes textes, cela fait du bien de me changer de ma campagne bretonne (que j’adore pourtant).Pensées de « Kertruc »..Sylvie

    1. Bonjour
      Cela me fait vraiment plaisir de savor que ces promenades sont appréciées 😀
      Tu sais, j’adore la ville , vraiment et j’ai besoin d’y vivre.
      Mais je ne peux pas me passer d ela campagne, j’aimerais pouvoir un jour revenir dans la montagne, à la mer egalement (mais pas y rester pour vivre)

Quelques mots pour dire ce que vous en pensez .... Merci de votre visite

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s